Aspire S7 : test du premier Ultrabook tactile d'Acer

Prise en main

Un refroidissement (enfin) bien pensé

Enfin un circuit de refroidissement cohérent. L’Aspire S7 est un des trop rares ordinateurs à pouvoir être utilisé sur n’importe quelle surface. À l’accoutumé, une partie du système de refroidissement est situé sous la machine ce qui en interdit l’utilisation sur une couette ou toute surface molle au risque de faire surchauffer les composants. Acer bouscule cette méthode et utilise un système nommé Twin Air qui capte et rejette l’air par l’arrière de la machine. Ainsi, la coque n’est jamais chaude et l’électronique est toujours fraîche et protégée. Une très bonne initiative.

Le premier geste effectué avec un ordinateur portable est bien entendu de soulever son capot. Si cela paraît anodin, il est aisé de tester l’équilibre de la machine en essayant de l’ouvrir avec une seule main. Avec l’Aspire S7, la partie basse reste bien attachée à la table. Il est bien équilibré.

Ouvert, on découvre comme prévu un clavier entouré d’aluminium grainé très agréable au toucher. On cherche le bouton de mise sous tension quelques secondes avant de s’apercevoir qu’il est en fait niché sur le côté gauche de la machine, à côté de la connectique. Pour l’avoir expérimenté, c’est assez gênant lorsqu’on tient l’ordinateur entre les mains. Dans une telle position, il est presque inévitable de ne pas presser dessus accidentellement et donc de voir l’ordinateur se mettre en veille.

Réduction du clavier



En regardant le clavier du S7, un petit quelque chose choque. Mais quoi, bon sang ? Ah oui, une rangée de touches a disparu. Les fonctions (F1, F2, etc.) ont été chassées. Ce n’est même pas pour un gain de place, mais par souci de design. Elles n’ont pas tout à fait disparu puisqu’on les retrouve imbriquées avec les touches numériques déjà encombrées par des symboles en tout genre. À l’usage, c’est un véritable casse-tête. Pour effectuer un classique Alt-F4, il faut y ajouter la touche Fn pour Alt-Fn-F4. L’exposant 2 a également sauté. Il est désormais accolé à la touche Capslock qui se retrouve complètement réduite pour lui laisser une petite place.

Et la torture n’est pas terminée. Pour achever l’utilisateur, le clavier est extrêmement fin, trop d’ailleurs. Ça part d’une bonne intention pour affiner au maximum la machine, mais en définitive, la course des touches est quasiment inexistante. Pour rattraper ces mauvaises impressions, signalons que le Touchpad a le mérite d’être de bonne taille et de bien se comporter.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Basilic et Pistou
    Citation:
    On cherche le bouton de mise sous tension quelques secondes avant de s’apercevoir qu’il est en fait niché sur le côté gauche de la machine, à côté de la connectique. Pour l’avoir expérimenté, c’est assez gênant lorsqu’on tient l’ordinateur entre les mains. Dans une telle position, il est presque inévitable de ne pas presser dessus accidentellement et donc de voir l’ordinateur se mettre en veille.


    Vu comme ça, ça me paraît ne pas être un réel problème !! :lol:

    Attention aux doubles négations, un inconvénient peut vite se transformer en avantage !

    Citation:
    L’Aspire S7 remplit bien ce critère imposé par Intel en démarrant en 10 secondes. Attention, le SSD n’est pas le seul fruit de ce démarrage en trombe. Windows 8 y est aussi pour quelque chose.


    J'aurias plutôt dit "L’Aspire S7 remplit bien ce critère imposé par Intel en démarrant en 10 secondes. Attention, ce démarrage en trombe n’est pas le seul fruit du SSD . Windows 8 y est aussi pour quelque chose.
    0