Apple vs. Samsung : un an de guerre en dix batailles

Samsung tombe encore en Europe

Malgré cette petite victoire australienne fin 2011, Samsung va essuyer deux revers de suite, en Europe cette fois, en décembre 2011 et janvier 2012 : Samsung n’obtiendra pas l’interdiction de l’iPhone 4S en France, et la justice allemande décide de rejeter l’appel du coréen concernant l’interdiction de vente de la Galaxy Tab 10.1.

Comme pour les autres plaintes dans le monde, Samsung tentait d’obtenir gain de cause en accusant Apple sur l’utilisation de brevets sur les technologies sans fil qui ne lui appartiendraient pas. Et c’est vrai, les brevets en question n’appartiennent pas à Samsung, mais à Qualcomm, partenaire de Samsung. Cependant, la justice française n’a pas manqué de noter que Samsung et Qualcomm étaient liés par un contrat qui interdisait l’entreprise coréenne à attaquer en justice les constructeurs utilisant les technologies de Qualcomm.

L’Allemagne, quant à elle, restera définitivement une exception en matière de tablettes pour Samsung, puisque la marque doit se contenter d’y vendre le modèle spécialement conçu pour ce pays : la 10.1N. L’appel de Samsung ayant été rejeté, la marque n’a plus d’autre recours, mais profite tout de même de pouvoir vendre la version redesignée de cette même tablette, bien qu’Apple tente également d’en obtenir l’interdiction.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • shooby
    On va de plus en plus vers un "modèle juridique" où les tribunaux ne se laissent pas berner par cette supercherie en refusant les requêtes des belligérants quels qu'ils soient. C'est pas plus mal pour nous
    0
  • shooby
    Anonymous a dit :
    Bon article! J'aime regarder. . .

    Dans l'histoire j'aurais tendance à dire "tout ça pour ça ?"
    0
  • Bonjour Boloss
    Mon médecin, il m’a déconseillé de sortir avec des rousses…


    http://www.bonjourboloss.fr
    0
  • blaisepalmer
    cette histoire de brevets va faire couler beaucoup d'encre et de salives entre les grandes firmes high tech ;le dé est jeté ,toute occasion est bonne pour traduire son principal rival devant les tribunaux ,tout celà pour question des gros intérêts financiers
    0