Test du LG Optimus Black : le compromis parfait entre puissance et design ?

Un design lêché

Une fois en main, on ressent bien évidemment sa légèreté, mais aussi une certaine solidité qui n’est pas désagréable sur un mobile de ce standing. Contrairement à d’autres modèles, comme le Galaxy S, LG a approché au maximum la coque arrière du Black à la structure et la batterie. l’espace ainsi économisé offre bien entendu une plus grande finesse, mais permet aussi d’éviter les craquements désagréables de la coque, procurant de facto une sensation de robustesse.

Dur à l’oreille

Au chapitre des déceptions, on peut évoquer le contour de l’écran qui est trop surélevé. Certes, la dalle n’en est que mieux protégée puisqu’elle ne sera jamais en contact direct avec une surface. Néanmoins, une fois le téléphone à l’oreille, cela devient un véritable supplice. Les bords tranchent, obligeant l’utilisateur à ne pas coller son téléphone à son oreille. Ce bord ne dépasse pas le millimètre, mais fait déjà oublier les longues conversations téléphoniques.

Un bouton peu pratique

Comme la majorité des smartphones Android, le Black n’utilise qu’un bouton pour la sortie et la mise en veille. Disposé sur la partie supérieure droite de l’appareil, il se révèle bien peu pratique. Et, c’est dans sa fonction sortie de veille qu’il pêche, obligeant le plus souvent à utiliser ses deux mains pour atteindre la page d’accueil.

À côté de cela, un autre bouton a retenu notre attention. Situé sur le côté gauche du Black, ce bouton « G » fonctionne en étroite collaboration avec le gyroscope. Nous y reviendrons en abordant la surcouche LG.