Test du Nokia N96 : la vie sans écran tactile

Tradition respectée

Nokia N96Sur son aspect général, le N96 n’apporte pas de réelle évolution vis-à-vis de son prédécesseur. Ses traits se sont arrondis pour lui donner une forme plus consensuelle. Un utilisateur du précédent modèle des N-Series ne sera sans doute pas dérouté par ces nouvelles lignes. Gardien de la tradition, Nokia s’est tout de fois permis de changer les matériaux utilisés. A la place du plastique un peu râpeux et anti dérapant du N95 8 GB, un autre plus lisse et plus doux au toucher fait son apparition. Une manière supplémentaire de faire jouer l’élégance.

Une finition à 800 € ?

La finition de l’appareil est elle aussi correcte mais on en attendait plus du très haut de gamme du Finlandais. Un regret de taille tout de même : le fameux jeu au niveau du clavier coulissant. Celui-là même consenti par Nokia pour épargner les touches de son clavier. En une année, le premier constructeur mondial de téléphones mobiles n’a pas trouvé de solution contre ce détail qui est difficilement acceptable pour un téléphone à 800 €.

Et l’ergonomie dans tout ça ?

Côté ergonomie, autant être direct : aucune surprise. Toutes les ficelles du N96 sont issues des expériences N95 et N95 8 GB. Les habitués n’auront aucun mal à se retrouver dans ce nouveau modèle qui garde le même form factor. Clavier coulissant bidirectionnel, touches multimédia adaptées, mêmes raccourcis intuitifs, tout y est. Sur ce point, Nokia n’a pris aucun risque réduisant le N96 à une simple mise à jour de son prédécesseur.