[Test] Samsung Galaxy Note 8.0 : pour quelques pouces de plus

Le Galaxy Note 2 n’est jamais loin

Le Galaxy Note 2Le Galaxy Note 2Dès que l’on se saisit du Galaxy Note 8.0, difficile de ne pas penser à son cousin le Galaxy Note 2. Certes, 2,5 pouces séparent leurs écrans. Pourtant, le design est quasi identique. « Quasi », puisqu’il existe heureusement quelques distinctions, à commencer par l’emplacement du sélecteur de volume, sur la tranche droite à l’instar de celui dédié à l’alimentation.

Le stylet par contre est installé dans un logement similaire, dans la partie inférieure de l’appareil. Les trois boutons sous l’écran sont toujours à la même place sauf que le positionnement n’est pas idéal : les touches sont trop proches du centre, les pouces peinent à les atteindre sans se tordre lorsque l’on tient la tablette en portrait.

À vrai dire, on commence à se lasser des innombrables variations autour du design du Galaxy S3. Le plastique est omniprésent, les bords sont arrondis et le blanc de notre modèle de test n’est pas le plus élégant que nous ayons pu voir. En un mot, le Galaxy Note 8.0 fait un peu « toc ».

Une fiche technique déjà vue

Et s’il n’y avait que l’esthétique qui se répète... À l’intérieur, il s’agit ni plus ni moins que du matériel du Galaxy Note 2. La fiche technique est donc digne d’un haut de gamme de l’année dernière. Le processeur est signé Samsung, un Exynos à quatre coeurs cadencés à 1,6 GHz et 2 Go de mémoire sont implantés dans l’appareil.





La partie photo n’est par contre pas à la fête. Le capteur 5 mégapixels placés au dos de la tablette fait l’impasse sur un flash et ne peut filmer dans une définition supérieure au 720p. La qualité des clichés n'est pas phénoménale et la faible performance du capteur en condition de luminosité précaire ne peut pas être compensée par un flash. 




16 Go seulement de stockage sont intégrés à la Galaxy Note 8.0, qui peut heureusement étendre cette capacité grâce au port micro SD.

Un écran plus grand, mais pas forcément meilleur

L’écran du Galaxy Note 8.0 fait donc 8 pouces, mais il n’a plus grand-chose à voir avec ce que l’on connaît sur le Note 2 pour le coup. Point d’AMOLED ici, c’est le TFT qui a été retenu dans le cahier des charges. Autant oublier l’intensité et la profondeur des noirs, au profit d’un meilleur équilibre des couleurs, aux tons moins saturés et un peu plus justes. La définition est la même que sur la phablet Note 2, 1280 x 800. Ce qui nous apporte une résolution de 189 ppp, soit une finesse supérieure à celle de l’iPad Mini (163).

Vient la question de la batterie. Elle est amovible et indique 4 600 mAh. En terme de capacité, la mini tablette d’Apple fait clairement mieux. Reste son poids, 338 grammes pour la version WiFi testée ici, mais une déclinaison 4G est prévu, capable de passer des appels ...  à la limite du ridicule à l’oreille, le kit main libre sera absolument indispensable dès que l’on franchira le seuil de sa porte.

Verdict : Le Galaxy Note 8.0 n’innove clairement ni par son aspect, ni par ses caractéristiques. L’ergonomie n’est pas optimale, surtout en mode portrait, et ses performances n’ont plus rien d’impressionnant. En clair, tout cela sent le réchauffé.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum