Tilt & Shift : maîtriser la netteté et les perspectives de ses photos

Le Tilt-Shift à l’aide d’un matériel très spécialisé

Dans la majorité des cas que nous allons aborder les réglages prennent plusieurs secondes et imposent une immobilité parfaite de l’APN, la possession d’un pied est donc très souvent indispensable.La première solution pour bénéficier du contrôle des bascules et des décentrements passe par l’acquisition d’objectifs spécifiquement conçus pour cet usage et destinés au reflex. A ce jour, seuls Canon et Nikon disposent d’une telle gamme optique (gamme TS-E chez Canon et PC-E chez Nikon). Elle se compose uniquement de focales fixes onéreuses destinées aux experts et aux professionnels (compter entre 1400 et 2500 euros selon les modèles).

Pour les amoureux de la qualité d’image fortunés, il existe des systèmes pour boitiers moyens format numériques mais attention, les prix dans ce secteur très spécialisé ont de quoi donner le tournis : compter au minimum 15 000 euros pour le boitier et un objectif neufs et environ 4500 euros pour le système tilt-shift (chez Hasselblad). Autre solution, elle aussi onéreuse : plusieurs fabricants d’appareils grand format produisent des systèmes qui permettent de monter votre réflex sur une chambre à soufflet. Mais comme il faut de toute manière acquérir une chambre « à l’ancienne », le budget pour du matériel se compte là encore en milliers d’euros.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    ouais, au cinéma, ce sont surtout des séquences en 60 images/seconde qui pullulent dans les films aujourd'hui pour faire "plus vrai" dans l'action. Sauf que quand on regarde les arrières plans, ben c'est accéléré. bref, la technologie d'il y a 10-15 ans au futuroscope.
    1
  • scoolup
    Bonjour à tous.

    En fait, c'est ce que nous faisions il y a quelques (dizaines) d'années, avec les moyens du bord, mais pour des photos uniquement.
    Nous séparions les objectifs des boitiers reflex de l'époque, et utilisions de l'adhésif pour éviter la lumière parasite.
    Puis, manuellement, nous "décentrions" l'objectif jusqu'à l'obtention du résultat attendu.

    La technique était surtout utilisée pour avoir une plage de netteté suffisante afin de photographier par exemple une maquette.

    Nostalgie, quand tu nous tient......
    2
  • Anonyme
    Joli dossier, bravo
    1