Tilt & Shift : maîtriser la netteté et les perspectives de ses photos

Maîtriser la netteté par les mouvements de bascule (Tilt)

Les deux derniers points s’adressent à ceux qui désireraient aller plus loin dans la compréhension du fonctionnement des bascules et des décentrements et nécessitent l’emploi d’un vocabulaire spécifique. Bien connue des utilisateurs de chambre grand format, la règle de Scheimpflug stipule que les plans de l’objectif, de la surface sensible (film ou capteur) et de la netteté se croisent en une droite unique. Traduction : si les plans de la surface sensible et de l’objectif sont parallèles, comme c’est le cas de l’immense majorité des appareils, le plan de netteté leur sera également parallèle (car ils se croisent théoriquement en l’infini).

P = surface sensible
O = plan de l’objectif
S = plan de netteté passant par le sujet

Par contre, si les plans de la surface sensible et de l’objectif ne sont pas parallèles, alors le plan de netteté sera oblique.

P = surface sensible
O = plan de l’objectif
S = plan de netteté passant par le sujet

A l’aide du matériel adéquat, on peut ainsi se servir de cette propriété pour concentrer la netteté sur une seule partie de l’image et en tirer un profit esthétique, par exemple : l’obtention sur une même image de la netteté de plusieurs objets qui ne devraient pas l’être normalement ou au contraire la concentration de la netteté sur une zone très restreinte du sujet.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Anonyme
    ouais, au cinéma, ce sont surtout des séquences en 60 images/seconde qui pullulent dans les films aujourd'hui pour faire "plus vrai" dans l'action. Sauf que quand on regarde les arrières plans, ben c'est accéléré. bref, la technologie d'il y a 10-15 ans au futuroscope.
    1
  • scoolup
    Bonjour à tous.

    En fait, c'est ce que nous faisions il y a quelques (dizaines) d'années, avec les moyens du bord, mais pour des photos uniquement.
    Nous séparions les objectifs des boitiers reflex de l'époque, et utilisions de l'adhésif pour éviter la lumière parasite.
    Puis, manuellement, nous "décentrions" l'objectif jusqu'à l'obtention du résultat attendu.

    La technique était surtout utilisée pour avoir une plage de netteté suffisante afin de photographier par exemple une maquette.

    Nostalgie, quand tu nous tient......
    2
  • Anonyme
    Joli dossier, bravo
    1