[Test] Zenfone 3 : Asus montre ses muscles

L’avis du photographe

Built for photography. C’est le sous-titre choisi par Asus pour promouvoir le Zenfone 3. Autant dire que nous attendions beaucoup de ce nouveau smartphone, d’autant que le caractéristiques techniques laissaient présager du meilleur : objectif à six lentilles stabilisé optiquement, capteur Sony de 16 MP,  mise au point en 0.03 s quelle que soit la distance ou la luminosité (mieux qu’un reflex !), ouverture à f/2…bref, de quoi combler le photographe le plus exigeant.

Et c’est vrai que le dossier de presse présente des images à faire pâlir de jalousie les appareils photos haut de gamme. Bon, à y regarder de plus près, aucune n’est affichée dans sa définition native, or, nous savons qu’il suffit de réduire la taille d’affichage pour gommer les défauts. C’est pour cela que les photos semblent toujours plus flatteuses, affichées sur l’écran du téléphone que sur celui de l’ordinateur. Mais c’est pour nous la seule manière de départager deux téléphones. Alors, que vaut réellement ce « super » photofone ? Pour en juger, nous sommes partis le tester au cours d’une balade matinale, un bon exercice, qui permet de juger du comportement de l’appareil face au changement rapide des conditions de lumière. Le Zenfone 3 active par défaut l’optimisation des photos : la saturation, le contraste, la netteté ou encore la réduction du bruit sont modifiés de manière à rendre le cliché plus flatteur. Nous avons désactivé cette fonction, pour juger du rendu natif des photos. Il est de toutes façons plus judicieux de corriger la photo a posteriori, tous ces réglages (et d’autres encore) pouvant être appliqués avec précision, en utilisant le module de retouche du téléphone.

De belles photos…sur l’écran du smartphone

Premier constat, l’appareil respecte convenablement les couleurs. Par de saturation excessive des teintes chaudes, notamment. En revanche, en mode Auto, activé par défaut, on note une légère sous-exposition. Mieux vaut ça que le contraire. En zoomant à 100% dans l’image, on constate quand même qu’une accentuation est appliquée par défaut. Cela de traduit par la présence d’une fine bande très claire marquant la séparation entre deux zones fortement contrastées. Là encore, l’artifice est invisible sur l’écran du téléphone, voire de la tablette. Mais vous devez en tenir compte, si vous envisagez de recadrer une photo, car le défaut pourrait alors devenir bien visible. Les détails des zones très contrastées peuvent également présenter des aberrations chromatiques, mais sans exagération heureusement. Notons en revanche que le vignettage (assombrissement des coins de l’image) est presque inexistant.

En fait, le plus gênant est à venir. Malgré la haute définition du capteur, les détails manquent de précision. Le défaut est à peine notable sur les photos prises en gros plan, mais il est bien visible sur les sujets éloignés. Si le phénomène reste discret quand les conditions lumineuses sont optimales, il devient flagrant quand la lumière est moins favorables, y compris en extérieur. Et ça, c’est impossible à rattraper en retouche, y compris avec un logiciel externe, comme Lightoom d’Adobe. 

Pour éviter cela, une solution aurait consisté à proposer un mode d’enregistrement en RAW, comme le proposent certains smartphones haut de gamme. Pourquoi une telle absence sur le Zenfone 3 ? Peut-être parce que sans traitement logiciel, les photos brutes de capteur seraient tout bonnement inexploitables… Attention quand même, nous le répétons (pour la dernière fois, promis), ce constat sévère s’explique par l’examen précis des photos affichées à 100% sur un écran de PC. Or, la grande majorité des utilisateurs consultent les images sur l’écran du smartphone ou de l’ordinateur, et donc en taille réduite. Et après tout, ce n’est pas si différent de ce que nous faisions du temps de la photo argentique : la plupart des tirages n’excédaient pas 10X15 cm, une taille inférieure à celle de l’écran d’une tablette…

Quand la lumière est favorable, l’appareil se montre nettement plus convaincant.Quand la lumière est favorable, l’appareil se montre nettement plus convaincant.

Bon, la qualité des images n’est pas exceptionnelle, mais qu’en est-il de sa réactivité ? Disons-le d’emblée, on ne sait pas comment Asus a calculé une vitesse d’autofocus de 0.03 seconde, mais on en est loin ! Pour autant, l’AF se révèle vraiment convaincant, notamment grâce à la grande ouverture fixe de l’objectif. La réactivité est comparable à celle d’un compact. Et d’un modèle plutôt haut de gamme, en plus. L’avantage, c’est qu’il fonctionne en continu, ce qui s’avère bien utile pour  photographier des scènes d’action par exemple. Il est en outre assez précis, même s’il patine parfois lorsqu’il s’agit de faire le point sur des zones peu contrastées. Mais à cet exercice, nombre de reflex sont aussi à la peine. Notez qu’il est possible de verrouiller la mise au point sur une zone de l’image. Là encore, c’est très utile, lorsque le sujet n’est pas au centre de la composition. 

Bloquer la mise au point permet de soigner la composition. Constatez que malgré une ouverture à f/2, la profondeur de champ reste encore très importanteBloquer la mise au point permet de soigner la composition. Constatez que malgré une ouverture à f/2, la profondeur de champ reste encore très importante

L’appareil dispose de nombreux modes de prise de vue, certains classiques (HDR, Panorama, Nuit…) d’autres anecdotiques (miniatures, Code QR, Enfants..). Bien sûr, il offre aussi un mode Manuel, qui permet de régler la plupart des paramètres de prise de vue, depuis la vitesse jusqu’à la mise au point, en passant par la sensibilité ISO ou la balance des blancs. Dans ce mode, le Zenfone affiche un horizon artificiel et même un histogramme. Mais là, c’est exagéré : la fenêtre, en incrustation dans le bas de l’écran mesure un centimètre de large...difficile d’y voir quoi que ce soit. 

Asus Zenfone 3 : Le mode Miniatures donne un effet de maquette, en estompant les premier et arrière-planAsus Zenfone 3 : Le mode Miniatures donne un effet de maquette, en estompant les premier et arrière-plan

Les effets peuvent être appliqués à la prise de vue, mais ils ne peuvent alors plus être supprimés. Mieux vaut les ajouter en post-traitement, à l’aide du module de retoucheLes effets peuvent être appliqués à la prise de vue, mais ils ne peuvent alors plus être supprimés. Mieux vaut les ajouter en post-traitement, à l’aide du module de retouche



Autre fonction intéressante, la Super résolution découpe la zone cadrée en plusieurs photos qui sont ensuite prises à toute vitesse à pleine résolution, puis assemblées pour former une image pouvant atteindre une définition de 9312X6984 points ! A l’usage, ça fonctionne bien. Evidemment, la précision n’est pas accrue, mais cela permet de recadrer franchement une petite zone de l’image. Attention quand même, les photos étant prises en rafale, les sujets en mouvements apparaitront flous.

Enfin, le Zenfone 3 propose un mode Eclairage faible, qui permet d’obtenir à main levée des photos nettes, y compris quand la lumière fait cruellement défaut. Et là, le résultat est assez bluffant, comme nous l’avons constaté lors des photos prises à Notre-Dame. Malgré la différence flagrante de luminosité entre la rosace et les colonnes, on ne note pas de sur ou sous-exposition critique. Seul bémol, la résolution baisse alors à 4 MP pour une définition d’affichage de 2328x1314 points en mode 4 :3. D’après nos tests, un traitement HDR semble appliqué à l’image, qui se traduit par une accentuation des contrastes entre les zones sombres et claires de l’image. Le résultat n’est donc pas forcément très naturel, mais au moins, la photo est réussie, ce qui, vue les conditions, tient presque du prodige ! C’est ce genre d’image qui nous a convaincu de l’efficacité du stabilisateur optique. La vitesse n’était que de 1/13 pour une sensibilité de 800 ISO.

En mode vidéo, le stabilisateur se montre tout aussi efficace. Sauf qu’ici, il n’est pas optique, mais numérique. Comment ça fonctionne ? Eh bien il faut imaginer une fenêtre de 1920X1080 pixels, correspondant à la définition HD, qui flotte à l’intérieur d’un cadre de 4656x2492 pixels, correspondant à la taille du capteur. Lorsque l’utilisateur tremble en filmant, la fenêtre compense la vibration en se déplaçant dans le cadre pour assurer de toujours capturer 1920X1080 points. Résultat, la précision est identique, comme si l’image était stabilisée optiquement. Le Zenfone 3 est capable de filmer en 4K, et comme nous l’avons constaté, le résultat est convaincant, puisque l’affichage demeure fluide, même en basse lumière. Seule limitation, compte tenu de la définition de l’image, 3840X2160 points, le stabilisateur numérique est inopérant. 

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire