La technologie au service de la performance

Suivi des facteurs physiques du rameur

En tant que sport d’endurance (les entraînements sur l’eau durent environ 2 H, même si la distance cible – 2000 m – est expédiée en 6 à 7 minutes suivant la catégorie et se rapproche donc des épreuves de demi-fond en athlétisme et notamment du 3000 m), l’élément indispensable pour tout rameur de haut niveau reste le cardiofréquencemètre ("Polar"). Cet outil est composé d’une ceinture thoracique émettrice : placée autour du thorax donc, elle comporte des électrodes qui vont capter les impulsions électriques du cœur (le nombre de battements par minute, qui caractérise son activité) et les transmettre sous forme d’ondes radio. Ces ondes vont être reçues par un récepteur qui se présente sous la forme d’une montre digitale et assure les mêmes fonctions, mais en affichant également le nombre de battements par minute instantané du cœur. La liaison par onde radio permettant une plus grande fiabilité et flexibilité (à l’inverse de la technologie infrarouge incompatible par exemple) tout en restant peu gourmande en énergie.

Plus de libertés

Notez qu’il existe d’autres appareils parvenant au même résultat, mais en utilisant une technique différente comme les pulsomètres, qui pour leur part mesurent l’afflux sanguin à travers les capillaires, avant de convertir cette valeur en battements par minute. Ce faisant ils permettent de s’affranchir du port de la ceinture (simple pression du pouce sur le capteur), mais ils sont moins fiables.

Les cardiofréquencemètres sont surtout utiles pour l’entraînement, que ce soit en bateau, sur ergomètre (l’appareil que l’on nomme couramment le "rameur" dans les salles de fitness et qui est à la base de l’entraînement d’aviron en salle) ou en course à pied. Ils permettent d’adapter son effort pour être sûr de se positionner dans la zone cible définie pour chaque type d’exercice par l’entraîneur, et notamment en bateau les séances dites de "B1" (18 coups d’aviron par minute, fréquence cardiaque comprise entre 70-80 % de la fréquence cardiaque maximale) ou "B2" (20 coups par minute, 80-85 % environ de la fréquence maximale). C’est cette valeur qui permet de planifier un programme d’entraînement précis et cohérent permettant de maximiser ses capacités physiques maximales et arriver au pic de forme pour la période de compétition.