[Test] Brouilleur de téléphone, le gadget interdit

Test du brouilleur

Disponible sur plusieurs sites, notre brouilleur affiche pourtant des caractéristiques différentes sur chacun d’eux. Chez notre vendeur, il est dit qu’il fonctionne sur les fréquences CDMA (850-960MHz), GSM (1805-1990MHz) et même 3G (2110-2170MHz).

Dès lors, pour le tester, nous l’éprouvons avec quatre téléphones : un iPhone 5, un HTC One X, un Galaxy S3 et un Motorola W180, un modèle hors d’âge qui n’utilise que la bande GSM.

Testé dans trois environnements différents, à la rédaction, dans le métro et dans un appartement, il fonctionne avec trois téléphones sur quatre, le HTC One X restant insensible à ses brouillages.

Pour les autres mobiles, il met entre 15 et 30 secondes pour couper complètement leurs signaux radio. Un laps de temps conséquent tout de même.

En définitive, il fonctionne donc. Oui et non. Le vendeur que nous avons contacté indique qu’il est capable de « brouiller les ondes jusqu’à 10 mètres » et ajoute que « c’est une valeur maximale. En général, on compte plutôt entre trois et cinq mètres. » Mais voilà, dans notre cas, nous ne dépassons pas trois centimètres dans nos locaux. Seul le vieux Motorola cède jusqu’à 80 centimètres. Dans les autres environnements, il fonctionne jusqu’à 80 cm également sur l’iPhone 5.

Ces données sont bien trop faibles et prouvent sans doute un dysfonctionnement dans notre brouilleur. Néanmoins, c’est l’occasion pour la porte-parole du magasin d’expliquer que sa bonne marche « dépend de l’environnement dans lequel il est utilisé. Ainsi, il peut mal fonctionner s’il se trouve à côté d’appareils électriques ou d’autres réseaux sans fil. » En clair, le brouilleur peut être brouillé, un comble !

 

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires