http://media.bestofmicro.com/R/A/564742/original/barre_son.jpg

Comparatif : quelles sont les meilleures plaques et barres de son ?

Pour les passionnés de cinéma, se procurer une télévision de grande taille est un passage obligé. Mais, ce n’est pas suffisant ! Car les systèmes audiointégrés aux dernières Samsung, LG ou Sony n’offrent pas -le plus souvent - un son à la hauteur de l’image. Il est généralement plat (sans relief ou effet surround car il arrive de face) et manque de basses et de puissance. Bref, l’image est au top mais pas le son. La méthode utilisée par les cinéphiles pour remédier à ce problème a longtemps été d’investir dans un système audio de type Home Cinéma, composé d’un amplificateur, de deux à 5, voire 7 enceintes et d’un caisson de basses.

>>> Consultez notre guide d'achat des meilleurs téléviseurs

Mais cette solution pose deux problèmes. Tout d’abord, il faut de la place dans son salon pour disposer 4 ou 6 enceintes autour de son fauteuil ou de son canapé, sans oublier le petit coin indispensable pour caser le caisson de basses. Ensuite, on se retrouve avec de nombreux câbles qui jonchent la pièce, qu’il n’est pas toujours aisé de dissimuler…

Notre sélection des meilleures barres de son

Loading...

Voici notre sélection des meilleures barres de son du moment. Plus de détails et d'explications sur nos choix à la page 2 de ce comparatif.

Notre sélection des meilleures plaques de son

Loading...

Voici notre sélection des meilleures plaques de son du moment. Plus de détails et d'explications sur nos choix à la page 3 de ce comparatif.

Barre de son / Plaque de son : le bon compromis audio pour le salon ?

Pour éviter ces soucis d'installation, une solution plus simple à mettre en œuvre est apparue : la barre de son ou la plaque de son (aussi connue sous l’appellation “plateau sonore”). Ces dispositifs intègrent au moins deux haut-parleurs, afin de restituer un son stéréo. Une bonne partie d'entre eux fonctionnent avec un caisson de basse externes, connectés en Bluetooth le plus souvent. Très faciles à mettre en œuvre, les plaques et barres de son se placent devant ou sous la télévision. Il suffit ensuite de brancher leur câble d’alimentation et de les relier à votre source vidéo : lecteur DVD / Blu-ray, télévision, console de jeu, ordinateur, disque dur multimédia, etc. Inutile de bouleverser l’organisation d’un bureau ou d’un salon avec des câblages élémentaires. Ces appareils sont parfaits pour ceux qui ne veulent pas perdre du temps.

>>> Consultez notre guide d'achat des meilleures enceintes Bluetooth

D'après nos tests et ceux réalisés depuis 18 mois par les sites Internet français et étrangers, nous avons - dans un premier temps - réalisé une pré sélection. Nous avons donc retenu une douzaine de barres de son qui ont fait l’unanimité lorsqu’elles sont passées dans les laboratoires de test, puisqu’elles ont toutes obtenu d’excellentes notes : 4/5 ou 8/10, voire plus.

Les cinq modèles dont le prix est compris entre 200 et 550 €, sont signés Sony (HT-MT300 à 236 € chez Boulanger), Yamaha (YAS-203 à 350 € chez LDLC), Panasonic (SC-ALL70T à 476 € chez Amazon) et la Samsung HW-MS650 (499 € Ubaldi) et ses déclinaisons : HW-MS6500, HW-MS651 (549 chez Boulanger) et HW-MS6501 (479 € chez Boulanger). Sans oublier la Philips Fidelio B5, toujours d'actualité (557 € chez Boulanger).

Entre 700 et 1100 euros, trois modèles sortent du lot : la Bose SoundTouch 300 (799 € chez Boulanger), la Yamaha YSP-2700 (1 149 € chez Boulanger) et - toujours - la Sonos Playbar (799 € chez Boulanger).

Enfin, le très haut de gamme est représenté par les barres de son compatibles Dolby Atmos, parmi lesquelles se distinguent quatre modèles : la Sony HT-ST5000 (1499 € chez Boulanger), les Samsung HW-K850 et HW-K950 (respectivement 1439 € boulanger et 990 € chez Boulanger) et la LG SJ9 (944 € chez Boulanger).

La même opération a été ensuite réalisée pour les plaques de son. La short list qui en découle comprend 5 modèles proposés entre 349 et 799 €. Les appareils sont proposés par Sonos (PlayBase à 799 € chez Boulanger), Cabasse (Stream Base à 369 € chez Darty), Sony (HT-XT3 à 594,33 chez Darty), Bose (Solo 15 II à 349 € chez Boulanger) et Philips (Fidelio XS1/12 à 399 € chez Son-Vidéo).

Ensuite, nous avons réduit cette liste à quatre barres et trois plaques de son, en ne retenant au final que les appareils offrant le meilleur rapport performances/équipement/prix. Dans les deux cas, cela permet d’avoir un modèle d’entrée de gamme, un modèle haut de gamme et un à deux appareils à prix médian.

Si certaines barres de son offrent une qualité audio de haute volée (les plus chères comme toujours !), leur principal inconvénient par rapport à un kit Home Cinéma composé de 6 enceintes (2 stéréo avant, 2 stéréo arrière, voix et caisson de basses) réside dans la faiblesse de leurs effets surround. Faute d’enceintes arrières, la spatialisation du son repose sur le “rebond” des ondes sonores sur les murs. L’efficacité de ces systèmes dépend donc de la topographie de votre pièce. Il est donc peu probable que vous entendiez toutes les subtilités de la bande son, sauf si votre télévision est déjà idéalement placée. En revanche, si elle se trouve sur un meuble de coin, vous pouvez faire une croix sur le surround…


Il faut également savoir que si les barres de son remplacent avantageusement les haut-parleurs d’une télévision lorsqu’il est question de regarder un film, leur comportement pour la musique est inégal. La petite taille des haut-parleurs et leur écartement relativement faible ne permettent pas - la plupart du temps - d’obtenir une qualité audio à la hauteur de véritables enceintes. Les meilleures barres de son dans ce domaine, sont les plus sophistiquées, dont le prix est compris entre 500 et 1500 euros. Sonos et Focal sont les constructeurs qui tirent le mieux leur épingle du jeu lorsqu’il s’agit d’écouter vos artistes favoris...

Les acteurs du marché sont très connus. Il s’agit soit de géants des produits grand public (TV, photo, son, électro ménager, etc.), comme Samsung, Sony, LG, Panasonic et Philips, soit de spécialistes de l’audio : Yamaha, Denon, Sonos, Focal ou encore Bose.

Les critères pour bien choisir

Faut il privilégier certaines marques ?

Comme nous l’avons indiqué au début, les acteurs du marché de la barre de son sont assez nombreux et sont tous susceptibles de proposer des produits performants. Toutefois, si le constructeur de votre TV propose une barre de son qui a suscité l’intérêt, voire qui a subjugué les journalistes qui l’on testé, il peut être intéressant de l’acquérir, pour bénéficier de certains avantages, comme utilisation d’une seule télécommande pour piloter les deux appareils ou la connexion en Bluetooth pour des transferts audio sans fil (fonction SoundShare chez Samsung). Mais ces bénéfices restent maigres et ne sauraient supplanter l’essentiel : la qualité audio !

Quel est le juste Prix ?

Comme le montre notre sélection, il est possible de s’équiper d’une barre de son offrant des performances satisfaisantes pour une centaine d’euros. Le meilleur rapport qualité/prix se situe selon nous entre 300 et 500 euros.

Au-delà de 600 €, et jusqu’à 1500 euros, les constructeurs proposent des équipements atypiques (Sonos, Philips B5, barre incurvée Samsung, etc.) ou très sophistiqués, pouvant par exemple s’intégrer dans un système audio multi pièces, offrant une qualité maximale, avec de bons effets surround et une connectique très poussée (1 entrée optique et 3 ports HDMI 2.0 de la Yamaha YSP-2700).

Quelle puissance ?

Le tableau des caractéristiques indique des puissances variant de X à Y watts. La plupart du temps, la moitié de celles-ci sont dédiées aux basses et l’autre moitié est destinée aux autres haut-parleurs.

La bonne valeur dépend de la taille de votre pièce et de la capacité de résistance au bruit de vos voisins si vous êtes en appartement ! Car - souvent - la bande son des films d’action comporte de brusques poussées des basses (lors des explosions ou des passages musicaux) qui peuvent être ressenties sur une grande distance si vous avez réglé le volume à haut niveau.

Dans une chambre ou un bureau, une barre de son délivrant plus de 120 W de puissance totale n’est pas indispensable. Pour un grand salon, de 25 à 40 m2, les barres de son plus puissantes (jusqu’à 320 watts) seront plus à l’aise. En effet, il ne sera pas nécessaire de trop pousser le volume pour en prendre plein les oreilles, ce qui évitera de générer d’éventuels effets de saturation qui dégradent la qualité audio. Et si le son d’une barre ne sature pas à fort volume, une puissance inférieure est envisageable. Par exemple, personne ne s’est plaint d’une quelconque saturation ou d’un manque de puissance avec la Yamaha  YSP-2700 qui ne totalise pourtant que 107 Watts...

Combien de canaux ?

A l’origine, le son était en stéréo 2.0 (un canal par oreille). C’est la restitution la plus simple qu’on puisse obtenir avec deux enceintes. En ajoutant un canal spécifiques pour les basses fréquences, on obtient un son 2.1. Si en plus on exploite deux enceintes arrières pour obtenir des effets stéréo arrières, on obtient un son surround 4.1.
Si les barres de son à petit prix se limitent au mode 2.1, les autres tentent de reproduire - avec plus ou moins de succès - le mode surround 4.1.

Quelques unes vont jusqu’à intégrer des haut-parleurs qui sont uniquement chargés de diffuser les voix. Ces dernières sont transmises par le cinquième canal des modes 5.1 Dolby Digital et DTS.

Le nec plus ultra est - comme le fait la Yamaha YSP-2700 - d’ajouter à tout cela deux canaux latéraux, afin de former un environnement audio 7.1 censé entourer littéralement l’utilisateur.


Toutefois, comme nous l’avons déjà dit, les résultats obtenus avec les barres de son en 4.1, 5.1 et à fortiori 7.1, dépendent fortement de la configuration de la pièce où se trouve l’installation. Pour vous aider à obtenir les meilleurs résultats possible, certains constructeurs proposent des systèmes de calibration automatiques.

Attention à ne ne pas confondre le nombre de canaux avec nombre de haut-parleurs intégrés ! La solution la plus simple à mettre en œuvre consiste à n’utiliser qu’un seul haut-parleur par canal audio, qui couvre la plus grande plage de fréquences possible. Mais pour obtenir de meilleures performances dans les aigus et dans les basses, celui-ci est de plus en plus souvent complété parfois par un tweeter (pour les hautes fréquences) ou un subwoofer, comme les barres Sony HT-MT300. Par exemple, la Samsung HW-MS650 et la Sonos Playbar sont des systèmes 3.0 (stéréo et voix), mais comprenant chacun pas moins de 9 haut-parleurs.


Le nouveau Nec Plus Ultra : la restitution audio en 3D grâce au Dolby Atmos

Depuis l'année dernière, le haut de gamme en matière de son pour le Home Cinéma est désormais représenté par les nouveaux formats audio dits "3D", comme le Dolby Atmos ou le DTS:X. Aux traditionnelles pistes 5.1 ou 7.1, ils ajoutent une nouvelle dimension au son, en offrant la possibilité de gérer des canaux verticaux, diffusés par l'intermédiaire d'enceintes supplémentaires, placées directement au plafond ou disposées au sol et orientées vers le plafond pour que le son "rebondisse" vers le spectateur. Un système Atmos 7.1.2 intègre donc deux enceintes dédiées à ces nouveaux effets sonores.

Déjà présent dans les derniers ampli Home Cinéma, le standard Dolby Atmos devait donc faire son apparition dans une barre de son et s'est Yamaha qui s'en est chargé, avec la YSP-5600, qui est équipée de pas moins de 46 haut-parleurs, dont deux groupes de 6 - à chaque extrémités - orientés vers le haut afin de délivrer le son vertical. Le souci, outre son prix (1599 € chez Boulanger), c'est que cette barre de son mesure 21 cm de hauteur, ce qui la prédispose plutôt à une installation murale, sous la télévision.

Depuis, plusieurs autres grands noms proposent leur(s) barre(s) de son compatible Dolby Atmos, parmi lesquels Sony, Samsung et LG (voir notre sélection).

Faut il absolument un caisson de basses externes ?

Dans les barres de son que nous avons sélectionnées, les basses fréquences sont reproduites par des haut-parleurs spécialisés intégrés ou par un caisson externe (filaire ou Bluetooth). Les subwoofers sont en revanche le plus souvent Intégrés dans les plaques de son.


Sachez qu’il n’y a pas vraiment de règle absolue en termes de qualité obtenue. Les exemples de la Samsung HW-MS650, de la Sonos Playbar et la Focal Dimension démontrent que si les haut-parleurs intégrés sont bons, les performances en basses des barres sont suffisantes et que le caisson externe n’est pas nécessaire. Certains constructeurs laissent néanmoins toujours la possibilité à l’utilisateur d’ajouter un caisson externe à l’installation, pour ceux qui aiment vraiment faire trembler les murs…

De toute façon, la tendance est à la généralisation du caisson externe sans fil.

Quelle hauteur maximale ?

Le design d’une barre de son est importante à double titre. Tout d’abord, si la forme, la couleur et les finitions de celle-ci vous plaisent et ne dénotent pas dans votre salon, c’est toujours ça de pris !

Ensuite, la hauteur de l’enceinte ne doit pas être trop importante. La barre pourrait alors cacher le récepteur infra rouge de la télévision, qui reçoit les ordres de la télécommande. En effet, celui-ci est quasiment toujours placé au bas de la TV. Il faudrait alors - pour changer la chaîne de la TV - lever le bras et “viser” par dessus la barre de son. Ce n’est pas la fin du monde, mais ce n’est pas très pratique à la longue.

Pour contourner le problème, certaines barres de son savent renvoyer automatiquement ces signaux vers la TV, grâce à un répéteur infra rouge. C’est le cas de la Sonos Playbar, qui mesure environ 9 cm de hauteur. D’autres, comme la Focal Dimension (11,5 cm de hauteur) en sont dépourvues…

Les barres de son les plus discrètes mesurent environ 5 cm de hauteur, à l'instar de la Sony HT-MT300. Mais il a comme souvent une contre partie : plus la barre de son est fine, plus les haut-parleurs sont petits. Difficile alors d’attendre les mêmes performances qu’une barre deux ou trois fois plus épaisse, équipés de plus gros haut-parleurs...

En revanche, il n'y a évidemment aucun problème potentiel de hauteur avec les plateaux sonores !

Voyants de fonctionnement ou affichage LED ?

Ces dispositifs d’affichage sont plus ou moins lisibles selon les barres de son. Sans être indispensables, il sont pratiques car ils permettent d’avoir certaines informations d’un seul coup d’œil : la source audio sélectionnée, l’activation ou non du mode surround, l’état de la connexion Bluetooth, etc. C’est également pratique modifier le niveau des aigus et des basses ou encore pour connaître le mode audio actif.

Sur la Sony HT-MT300 d’entrée de gamme, l’affichage - basique et limité - prend la forme de quelques témoins lumineux qui indiquent la source sélectionnées ainsi que le mode audio (film ou musique). Le mieux est encore d’avoir un petit panneau LCD qui affiche en toutes lettres les informations, comme celui de la Samsung HW-MS650. En l'occurrence, ce dernier est dissimulé derrière le tissu audio qui recouvre la face avant. Ainsi, l’affichage est à la fois très discret et parfaitement lisible.

Télécommande et panneau de contrôle

Quasiment toutes les barres de son sont munies de quelques touches permettant de l’allumer, de modifier le volume et de choisir la source. Cela permet d’utiliser la barre de son même si on perd la télécommande, si on a marché dessus ou que le chien l’a mâchouillé ! Sur la Focal Dimension, ce panneau de commande est même tactile.

En revanche, les télécommandes qui accompagnent les barres de son ne sont pas toutes très pratiques. Même si ce petit accessoire n’est bien sur pas un élément déterminant dans le choix d’une barre de son, on apprécie quand le constructeur l’a doté du minimum vital, comme couper le son (mute), modifier les basses et les aigus, sélectionner la source ou activer un mode audio particulier (surround, musique, etc.).


Et force est de constater que le prix de la barre de son ne détermine pas la qualité de conception de sa télécommande. Par exemple, la barres Samsung HW-MS650 est livrée avec une télécommande complète, ressemblant à une télécommande de télévision, alors que celle de la Focal Dimension est assez rudimentaire.

Les entrées/sorties 

A l’heure actuelle, l’équipement minimal consiste en une entrée S/PDIF, ou numérique optique, et un connecteur analogique jack 3,5 mm. Parfois, une entrée audio numérique coaxiale ou des connecteurs analogiques RCA sont également présents.



Pour simplifier les branchements, l’interface HDMI est de plus en plus présente. Ainsi, par exemple, au lieu d'envoyer les images d'un lecteur Blu-ray et d'une console de jeu vers la TV, avec deux câbles HDMI, et l'audio vers la barre de son à l'aide de deux câbles optiques, il suffit de brancher les deux câbles HDMI directement sur les entrées HDMI de la barre de son et d'utiliser la sortie HDMI de cette dernière pour transférer les signaux vidéo vers la TV. 
De plus, comme les sorties HDMI des barres de son sont désormais quasiment toutes de type ARC (voir ci-après), vous bénéficier au passage d'un meilleur son pour votre télévision.
Avec ce type d'installation, il faut veiller à ce que la sortie HDMI de la barre de son soit capable de transmettre vers la TV toutes les informations de la source vidéo. Avec l'arrivée des lecteurs Ultra HD Blu-ray, le support de la définition 4K/HDR, du HDCP 2.2 et du HDR est recommandé. 

Le seul problème est que pour minimiser au maximum les coûts de fabrication, de nombreux constructeurs n'intègrent qu'une seule entrée HDMI à leur barre de son, ce qui limite quelque peu l'intérêt de ce type de branchement.

Pour le reste, les constructeurs peuvent aussi intégrer un port Ethernet (pour les barres de son évolutives, par ajout d’enceintes supplémentaires comme Sonos et Samsung). Yamaha et Focal proposent également de quoi connecter un caisson de basses externes. Samsung, LG et Philips ajoutent en plus un port USB. Sur les plaques de son, ce dernier est parfois situé à l’arrière et n’est donc pas facilement accessible. dans ce cas, il faut utiliser une rallonge USB.

La barre de son la moins bien lotie en termes de connecteurs est celle de Sonos, qui n’offre qu’une seule entrée optique. 
Et la mieux équipée est incontestablement la Yamaha YSP-5600, avec pas moins de deux entrées optiques et quatre connecteurs HDMI (de type 2.0 !), plus des prises coaxiale, RCA, jack et subwoofer externe…

A quoi sert la sortie HDMI ARC ?

A l’origine, la prise HDMI servait à transférer des données (image et son en haute définition) depuis un émetteur (console de jeu, platine DVD/Blu-ray, décodeur TV, disque dur multimédia, etc.) vers une télévision. Avec la technologie ARC (Audio Return Channel), cette liaison peut aussi fonctionner dans l’autre sens : transmettre le son de la TV vers un système audio et bénéficier d’un son de bien meilleure qualité même pour vos séries préférées et les films diffusés sur les différentes chaînes. Bien évidemment, il faut que les deux appareils (TV et barre de son en l’occurrence) soient équipés d’un connecteur HDMI ARC (la barre de son possède alors aussi une entrée HDMI). Dans ce cas, il suffit de connecter son lecteur Blu-ray ou sa console de jeu en HDMI à la barre de son et d’utiliser la liaison ARC pour établir la connexion de la barre vers la TV.

Quid des modes DSP

Les barres et plaques de son sont munies d’un processeur spécialisé dans les traitement de signaux audio (Digital Sound Processor, DSP), grâce auxquels elles  peuvent modifier le son reçu, pour le restituer de différents manières.

Le mode Surround va donner de l’ampleur au son des films, alors que le mode musique va tenter d’optimiser les traitements pour jouer vos pistes audio avec plus de finesse. Activez l’option Clear Voice est les voix des acteurs seront boostées afin de mieux les entendre. Le mode Nuit permet de profiter au mieux de son film sans pour autant réveiller ses enfants.

Une autre fonction peut s'avérer pratique lorsqu’on regarde la télévision. Appelée Univolume chez Yamaha, elle permet d’éviter les désagréables sautes de volume lorsqu’on regarde la TV, entre les films et la publicité.

Bluetooth/Apt-X/NFC

Toutes les barres et les plaques audio sont compatibles Bluetooth, pour écouter la musique des tablettes et smartphones. En revanche, seules quelques unes sont estampillées NFC, dont la Sony HT-CT60BT.

De même, le codec haute qualité Apt-X est encore peu répandu sur les barres de son. Il est par exemple supporté par la Philips HTL5140, la Denon DHT-S514, la Focal Dimension et la Yamaha YSP-2500.

>>> Faut-il craquer pour l'audio HD ?

Dans certains cas, la technologie Bluetooth est un moyen pratique de récupérer - sans fil - le son provenant d’une télévision. Encore faut il que celle-ci soit récente et de la même marque que la barre. LG et Samsung autorisent ce mode de communication.

Du Wi-Fi sur une barre de son ?

Si la Playbar n’est équipée que d’une unique entrée numérique optique, c’est que la grande partie de l’écosystème développé par Sonos repose sur sa technologie multi room, qui elle même se base sur le réseau Wi-Fi d’une habitation. Seul problème, si - en marge de l’écoute de vos morceaux de musique préférés - vous désirez regarder un film, puis jouer à la console de jeu, il faut jongler avec les câbles optique ou investir dans un commutateur optique…

>>> Consultez notre guide d'achat des meilleurs enceintes multiroom

Avec sa barre HW-Ms650, Samsung offre plus de flexibilité, avec du Bluetooth, du Wi-Fi pour son système multi room et plusieurs entrées / sorties …

D'autre part, une fois connectée en Wi-Fi à votre box Internet, une barre de son peut facilement être pilotée par un smartphone ou une tablette, via une application qui offre généralement la possibilité d'accéder à des services comme Spotify, Deezer, Qobuz et de d'écouter les Web radios.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire