http://media.bestofmicro.com/J/Q/564470/original/Antivirus_gratuit.jpg

Antivirus gratuit : quel est le meilleur en 2017 ?

AVG AntiVirus Free 2017: Le syndrome du clone…

5 raisons d'adopter (ou pas) AVG AntiVirus Free 2017

L’an dernier, nous avions testé AVG alors que l’entreprise venait à peine d’être rachetée par son concurrent AVAST. Un an plus tard, les effets de ce rachat commencent à se faire sentir. AVG a perdu un peu de son authenticité, mais la fusion des équipes techniques a permis aux deux protections de se renforcer. Le problème, c’est que l’anti-malware d’AVG repose désormais essentiellement sur les technologies d’Avast, mais donne l’impression générale d’en offrir moins. Les défenses Web sont en retrait et il n’y a pas de navigateur protégé ni de gestionnaire de mots de passe par exemple. On regrettera aussi que l’anti-ransomware, une protection particulièrement clé de nos jours, ne soit pas intégrée dans la version gratuite. Comme pour Avast, cette fonctionnalité récemment intégrée au produit reste réservée aux éditions payantes.
Son interface utilisateur reste propre à la marque et le poste de pilotage centralisé Zen introduit l’an dernier est toujours présent. Deux éléments qui peuvent à eux seuls justifier que l’on préfère AVG à Avast en dépit de leurs similarités techniques.

1 - Oui, pour sa réactivité face aux nouvelles menaces

L’antimalware d’AVG gagne en proactivité et en performance défensive avec l’introduction dans ses moteurs des technologies d’Avast comme le sandboxing des codes inconnus. Désormais, le cœur des moteurs antimalware d’AVAST et d’AVG semble avoir été unifié et c’est davantage par l’interface utilisateur que se démarquent les deux produits. Toutefois dans le détail, même si la note finale masque cette réalité, AVG s’est montré un petit peu plus réactif et prompt à supprimer les menaces potentielles qu’AVAST. La différence est à peine d’une demie douzaine de malwares (sur plusieurs dizaines de milliers) et il est difficile de savoir si celle-ci tient à un réglage légèrement différent du moteur ou simplement à des signatures cloud arrivées plus tôt chez AVG qu’Avast. Du coup, certains utilisateurs seront particulièrement attirés par l’apparition d’un mode passif qui permet d’installer AVG Free comme une seconde ligne de défense complétant les protections standards de Windows 10.

2 – Oui, pour les performances générales et l’ergonomie

AVG et Avast étant désormais similaires, on ne s’étonnera pas de voir les deux produits afficher des notes d’impact sur les performances très similaires. D’une manière générale, la présence d’AVG impacte très peu les performances de Windows 10. On retiendra simplement un léger ralentissement du démarrage et la même anomalie qu’Avast en matière de ralentissement des téléchargements de fichier via le Web. Demeurant raisonnable et pas handicapante, l’occupation mémoire d’AVG est légèrement supérieure à celle d’Avast, ce qui s’explique probablement par une interface utilisateur différente et l’intégration de la console Zen. Une interface utilisateur qui a une nouvelle fois été entièrement retravaillée et qui se montre très agréable et très claire, même si elle continue d’afficher en grisé une multitude d’options inaccessibles, car uniquement fonctionnelles dans l’édition payante.

3 - Oui, pour sa console centralisée Zen

Inaugurée avec l’édition 2016, la console Zen est préservée dans cette refonte 2017 : celle-ci permet d’un coup d’œil de connaître l’état des protections de tous les équipements du foyer (PC, Smartphones Android) tant que ces derniers sont protégés par AVG. Zen offre ainsi une sorte de tableau de bord de la sécurité familiale et permet de piloter à distance aussi bien la protection que les performances de vos appareils.

4 - Non, pour les défenses Web

Dans cette transformation d’AVG vers une sorte de clone d’Avast, la protection perd une bonne partie de sa pertinence Web. AVG nous avait séduits en 2016 sur ce domaine, mais ne renouvelle pas ses bons scores en 2017. Les défenses anti-phishing ont été très décevantes et dénuées de toute intelligence pour lutter contre les sites factices non référencées dans ses bases. Étrangement, AVG fait même notablement moins bien qu’Avast obtenant une note de défense en ligne moyenne (11.8) là où Avast frôle le « Bien » (avec une note de 14,8). En la matière AVG fait même moins bien que le SmartScreen de Microsoft Edge.

5 - Non, parce que l’offre est trop limitée

AVG en fait trop peu face à des offres bien plus riches comme 360 Total Security ou Avira Free Security Suite. Même Avast offre au final un arsenal d’outils plus riche que cette mouture d’AVG au final incomplète. On regrettera d’ailleurs qu’AVG persiste à tout faire pour encourager l’utilisateur à essayer son très bon outil d’optimisation du système AVG TuneUp. Malheureusement, l’utilisateur découvrira vite qu’une fois l’option activée celle-ci n’est disponible que durant une seule journée d’évaluation. Il faut ensuite passer à la caisse. Nous préférons l’approche d’Avira qui propose un tel outil, certes en version bridée, mais vraiment utilisable dans sa version gratuite.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Alex_115
    Super test ! Très complet ! Sauf votre lien Avast qui semble renvoyer vers Avast 2016 ;) La version 2017 est vraiment top ! Je l'ai essayé pendant 3 mois puis je suis passé à internet security. Un antivirus aujourd'hui doit en effet proposer une solution complète et constamment s'améliorer. Avast ne cesse de nous surprendre !

    Pour les notifications et fenêtres pub, vous pouvez les désactiver dans vos paramètres ;)
    0
  • jean-claude Lafontan
    En effet..très très bon ne analyse..que je vais essayer de mettre sur mon journal de Facebook.Merci à vous..
    ww.tomsguide.fr/article/comparatif-test-antivirus-gratuits,2-1533-14.html#
    0