Consoles et jeux culte de notre enfance

Sega Saturn

Après avoir tenté à plusieurs reprises de redonner un nouveau souffle de vie à sa MegaDrive, Sega tourne définitivement la page au milieu des années 90 en lançant la Saturn. Il s’agit d’une console qui utilise des CD et permet notamment d’introduire largement des graphismes en trois dimensions sur console auprès du grand public.

Le début de la fin pour Sega ?

Malgré un grand potentiel, cette console de Sega a connu un démarrage satisfaisant, mais a ensuite souffert de l’arrivée de la PlayStation. La rareté de licences exclusives à la console n’a malheureusement pas amélioré le tableau pour Sega, qui a eu bien du mal à tenir tête à Nintendo et Sony en même temps.

Vincent Mazelly :

Athlete King est le nom européen du jeu d’arcade Decathlete. Une version des jeux olympiques 100% fun dans laquelle il va falloir s’accrocher à la manette pour battre des records. Si bourriner les pauvres boutons est important, maitriser le timing de saut devient rapidement indispensable ! Ce jeu me rappelle de beaux et longs après midis de rigolade entre amis à essayer de pulvériser les records.

Virtua Cop et Virtua Cop 2 : des jeux vendus en bundle avec le Virtua Gun. Ici, pas de possibilité de se camoufler comme dans Time Crisis. Il faut shooter avant de se faire shooter et si possible éviter les otages qui surgissent ! Très proches techniquement que ce soit sur le plan des graphismes ou de la durée de vie, ces deux opus font partie des meilleurs jeux de la console. Un vrai plaisir de se replonger dedans… même aujourd’hui alors que Time Crisis 4 pointe le bout de son nez.

The House of the Dead : toujours dans la famille des jeux de tir, cet opus fait dans le déglinguage de zombies. Si vous trouvez que Resident Evil ne met pas assez l’accent sur le côté sauce tomate, The House of the Dead est fait pour vous. Moins beau que Virtua Cop 2, il est aussi beaucoup plus bourrin et permet de vraiment se défouler sur de pauvres zombies.

Nicolas Aguila :

Nights : la cruelle absence de Sonic sur Saturn laissait un vide qu’il fallait combler rapidement. Sega a réagi, et de fort belle manière, puisque c’est Nights : Into Dreams qui vient à la rescousse de la console et lui donne tout son intérêt. Nights vous propose d’explorer les rêves de deux jeunes enfants dans lesquels vous devez chasser les cauchemars. Tout simplement poétique, Nights se payait également le luxe d’être beau pour son époque, et livré avec une manette spéciale pour le jeu en 3D.

Sega Rally : avec ce Sega Rally, l’éditeur revient à ses premières amours, à savoir l’arcade pure et dure. Une chose est primordiale dans ce jeu de course : le plaisir de jeu immédiat. Et on peut dire que c’est réussi, tant la maniabilité est agréable.