Spider-Man Homecoming : la Geek Critique

Le pitch : peu de temps après les événements de Captain America Civil War, qui ont vu s'affronter les plus grands super-héros de la Terre, Spider-man tente tant bien que mal de prolonger l'aventure et de trouver sa place parmi les autres membres de la communauté encapée. Mais difficile pour le jeune Peter Parker de concilier vie lycéenne, vie privée et vie super-héroïque. D'autant qu'Iron Man vient mettre son grain de sel dans l'histoire, et qu'un super-vilain habillé en vautour joue les caïds en revendant des armes destructrices extraterrestres.

6 raisons d'aller voir (ou pas) Spider-Man Homecoming

1 - Oui, parce que c'est blindé d'humour

Si l'on avait déjà été gâté cette année en matière d'humour Marvel avec Les Gardiens de la Galaxie vol.2, voilà que Spider-Man en rajoute une couche et qu'il fait mouche. Les gags, les bons mots, les clins d’œil abondent tout au long des deux heures que dure le film. Et ils raviront les fans de comics,  comme les non-initiés. Car les studios Marvel ne sont pas contentés de distiller du fan service, comme ils ont pourtant l'habitude de le faire. Beaucoup de situations sont inédites et offrent au Monte-en-l'air et ses comparses (son meilleur ami Ned, son mentor Tony Stark...) de belles occasions de nous dérouiller les zygomatiques. Spider-Man Homecoming est un film fun, c'est sûr ! Au passage, nous vous encourageons à rester jusqu'au bout de la séance, séquences post-génériques (il y en a deux !) comprises. La seconde est particulièrement inattendue et trolle joyeusement les spectateurs. À voir sans faute, donc.

2 - Non, parce qu'on s'ennuie ferme par moment

Cela devient de plus en plus fréquent dans les films de super-héros : quelques longueurs viennent entacher le film, un peu comme si scénaristes et réalisateur n'avaient plus rien à raconter, mais qu'ils devaient à tout prix remplir leur quota de deux heures. Et c'est de nouveau le cas pour Spider-Man Homecoming. Malgré les passages drôles évoqués ci-dessus, ponctuées bien évidemment de grosses scènes d'action, on finit par se lasser par moment des mésaventures du super-héros. Ce qu'il manque à ce film tient en quelques mots : la scène à couper le souffle, celle qui remet les pendules à l'heure. Spider-Man 2 (de Sam Raimi) avait sa scène du train, Iron Man le passage où Tony Stark construit sa première armure, Les Gardiens de la Galaxie sa séquence où les super-héros s'allient et s'échappent de la prison de Kyln... Mais il n'y a rien de tout cela dans Spider-Man Homecoming, qui est finalement très linéaire dans sa construction, basique son scénario et un peu sans réelle surprise.

3 - Oui, parce que Tom Holland confirme qu'il est très bon dans le rôle

Si l'on avait pu apercevoir Spider-Man dans Captain America Civil War, le Tisseur restait malgré tout coincé entre une « ribambelle » de super-héros tous plus charismatiques les uns que les autres. Spider-Man Homecoming permet à son acteur de révéler à quel point il est fait pour incarner Peter Parker et son alter-égo. Certes, le reste du casting n'est pas en reste (John Favreau dans le rôle de Happy Hogan, Jacob Batalon dans celui du meilleur ami Ned, Laura Harrier dans celui de Liz, etc.). Mais c'est surtout sur les épaules de Tom Holland que repose tout le monde, et l'acteur s'en sort vraiment très bien, sans jamais en faire des tonnes.

4 - Non, parce que le super-vilain n'est pas à la hauteur

Comme le font deviner l'affiche et la bande-annonce, le super-vilain de l'histoire n'est autre que Le Vautour, interprété par Michael Keaton (le même qui incarnait Batman dans les films des années 90, c'est dire s'il est rodé aux œuvres de super-héros). Pas de chance, la sauce ne prend pas. Autant Tom Holland incarne un Spider-Man drôle et touchant, autant Michael Keaton interprète un personnage sans grand intérêt. À sa décharge, le personnage des comics n'est de toute façon pas le plus emblématiques des super-vilains que Spider-Man ait eu à affronter. Etrange choix de la part de la production que d'avoir dans les pattes de notre araignée préférée le Vautour, et de ne pas avoir choisi le Bouffon Vert, le Docteur Octopus, le Caïd ou même le Chacal.

5 - Oui, parce que ça fait du bien de voir Spider-Man dans le giron des studios Marvel

Après deux Spider-Man franchement décevants (sortis en 2012 et 2014), on pouvait avoir peur que le personnage devienne la risée des fans, un à l'instar des 4 Fantastiques. Remercions Sony et les studios Marvel, qui ont réussi à s'entendre à coup de procédures et de gros chèques. Si la production du film a quand même coûté la bagatelle de 175 millions de dollars, le résultat est finalement loin d'être mauvais. Spider-Man Homecoming montre un personnage et son entourage qui s'installent progressivement dans le MCU (l'univers Marvel cinématographique). Bref, on a hâte de le retrouver dans les prochains films Marvel, à commencer par Avengers Infinity War qui sortira l'an prochain. Rappelons cependant que le personnage reste la propriété de Sony, qui pourrait à l'avenir décider de se réapproprier le Monte-en-l'air et nous sortir sa propre version du super-héros. Ne crions pas victoire trop vite, en somme.

6 - Non, parce que les enjeux sont franchement inintéressants

Sans spoiler aucun, retenez que la « mission » de Spider-Man dans ce film tient en trois mot. Et personne, pas même ses amis super-héros ne s'en soucie véritablement (Iron Man lui annonce clairement qu'il s'agit de menu fretin). Et à l'instar d'un Ant-Man, on se moque clairement de la façon évoluent les combats et l'intrigue : que Spider-Man réussissent ou non sa mission, cela n'aura finalement que très peu de répercussions dans l'univers Marvel. Et ça, c'est vraiment dommage...

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire