Ecran, moniteur : bien comprendre avant d'acheter

Smartphone, tablette, quelle type de dalle choisir ?

Face à un téléphone ou un moniteur comment savoir si la dalle choisie par le constructeur est satisfaisante ou non ? Il n’y a pas véritablement de réponse à cette question. Le choix doit être effectué en fonction du ressenti de chacun. Tel ou tel écran sera plus lumineux ou avec des couleurs plus fidèles ou encore avec un un rendu plus contrasté.

Dans la gamme mobile, les smartphones et tablettes sont conçus autour de deux familles d’écrans : les LCD et les Oled.

Le LCD


LCD. Cet acronyme signifie Liquid Crystal Display, soit écran à cristaux liquides, en français. C’est le type de dalle le plus répandu.

Supplanté par la technologie Oled de Samsung (l’Amoled) il y a quelques années, le LCD est revenu en force sur le marché de la mobilité en 2010 grâce aux difficultés éprouvées par Samsung dans sa production de dalles Amoled. C’est alors que l’on a vu apparaître le Super LCD (S-LCD), une version rajeunie du LCD, sur des appareils tels que le HTC Desire X ou le Xperia S. Au programme, on a des couleurs plus vives, de meilleurs angles de vision, des blancs sans voile jaune ainsi qu’une consommation d’énergie affaiblie. En comparaison, le LCD classique paraît fade à côté du S-LCD majoritairement produit par Sony.

L'Amoled


L’Amoled est une technologie d’écran Oled dont Samsung est l’instigateur. Elle est utilisée dans les tablettes (Toshiba AT270) et smartphones (Samsung Galaxy SIII).

Comme vu précédemment, son constructeur sud-coréen a eu quelques difficultés à suivre la cadence. La situation était tellement critique que le Galaxy S, téléphone phare de Samsung à ce moment, a dû troquer sa dalle Super Amoled pour une Super LCD début 2011, soit moins d’un an après sa sortie.

Depuis, des solutions semblent avoir été trouvées. L’Amoled a d’ailleurs mué en Super Amoled (Galaxy S), Super Amoled Plus (Galaxy SII) et Super Amoled HD (Galaxy SIII). De base, il possède un très bon contraste, présentant des noirs très profonds (d’où le nom de l’Optimus Black de LG), des couleurs vives et une consommation très faible d’énergie.



Entre l’Amoled et le Super Amoled Plus, la technologie de Samsung a gagné en économie d’énergie, mais aussi en couleurs vives qui se sont très fortement rapprochées du fluo. En outre, une autre modification a été récemment ajoutée avec le Super Amoled HD et le Galaxy SIII : le PenTile.

Ce terme provient du nom de l’entreprise racheté par Samsung en 2008. Dans ses bagages, elle possède une matrice d’écran particulière : le RGBG, soit un RGB (rouge, vert, bleu) à sa sauce. En effet, dans le RGBG (rouge, vert, bleu, vert), le pixel, qui est normalement constitué de trois sous-pixels (rouge, vert, bleu), doit ici se contenter de deux sous-pixels réels, chaque sous-pixel vert se partageant deux pixels. Grâce à cette méthode, le vert est favorisé pour flatter l’oeil humain qui lui est plus sensible et permet au constructeur d’augmenter la résolution de son écran d’un tiers sans augmenter sa diagonale. Voilà comment obtenir une définition de 1280 x 720 pixels sur l’écran de 4,8 pouces du Galaxy SIII.

Attention donc lors du choix d’un smarpthone ou d’une tablette. Le Super Amoled Plus est la meilleure version de l’Amoled.

Retina et IPS

L’IPS est un dérivé du LCD. Cette technologie de dalle a été mise au point par Hitachi et Nec dans les années 90 afin de corriger les défauts des premières dalles LCD. Elle autorise des images claires et des temps de réponse stables, des couleurs cohérentes et précises ainsi que des angles de vision élargis (170° au lieu de 60°).

Longtemps utilisés au niveau professionnel (dans les métiers de l’image), de tels écrans garnissent désormais les smartphones et tablettes. L’écran Retina des iPhone et iPad d’Apple est un dérivé de l’IPS. Autre avantage de l’IPS, on peut toucher l’écran sans brouiller le point de pression contrairement à un LCD classique.
En 1998 puis en 2002 arrivent le Super-IPS (S-IPS) et l’Advanced Super-IPS (AS-IPS). Ces variations améliorent le contraste et la réactivité des dalles qui était un point noir de l’IPS.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • obi_one
    Très bon dossier ! Merci pour toutes ces informations
    0
  • huemoidar
    La mesure internationale c'est le cm (dans le système SI c'est le mètre l'unité officielle de mesure), le pouce est la mesure "impériale" américaine.
    L'idée d'annoncer des tailles en pouce pour les écrans et les jantes automobile vient surement d'un marketeu yankee mal-éduqué (et tout le monde suit).
    0
  • Jimmy Prost
    Inversion des termes définition et résolution... dommage, sinon bon article
    0
  • lapz
    Jimmy ProstInversion des termes définition et résolution... dommage, sinon bon article


    Après relecture attentive, nous n'avons décelé aucune erreur. Définition : 1920 x 1080 pixels, par exemple. Résolution : 100 pixels par pouce (PPP ou DPI).
    0
  • malfretup
    Les formats d'affichages PC étaient en 4/3... sauf pour la définition : 1280 x 1024
    0
  • tellinroc
    C'est quoi cet article truffé d'erreurs ! On va pas tout lister mais:
    -L'IPS n'est pas un dérivé du LCD, c'est du LCD, au même titre que le TN ou le VA !
    -Il ya une réelle différence technologique entre MVA et PVA, ce n'est pas qu'une différence d’appellation.
    -RGBG: chaque pixel comporte un sous pixel vert et soit un sous pixel rouge soit un sous pixel bleu.
    -Le retina n'est pas un dérivé de l'IPS, c'est juste un terme marketing utilisé par Apple pour désigner les écran haute résolution.
    -L'input lag n'a rien à voir avec le temps de réponse
    0
  • k4sh44
    Citation:

    Les constructeurs portent donc un soin tout particulier à la qualité de finition et à l’absence de pixels morts


    3 écrans achetés ces 3 dernières années (moniteurs d'ordinateur) plus un portable très récemment et aucun pixel mort.
    Ça existe toujours les pixels morts ou j'ai une chance inouïe ?
    0
  • ded777
    erreur classique sur internet :

    confondre le temps de réponse et la latence
    0
  • 4 ailes driver
    Ce n'est pas sérieux...
    qu'est ce qui se passe...
    On "confond" la "qualité" avec la "définition" des écrans (!) ha bon, s'il ne s'agissait que de ça !).
    On nous parle du début des LCD dans les années 90 (non mais sérieux... ALLEZ, OUAIS ! TOI t'y étais ? c'est ça ?...
    Propos totalement prosélytes, commerciaux, surfaits,
    complètement vides et non-informatifs...
    petite maladie modernite de gamins...
    Ce n'était pas ça avant ce site
    0