Ces entreprises high-tech au passé étonnant

Nintendo : des cartes à jouer à la Wii

Bien avant la Wii, le nom de Nintendo pouvait être lu sur des produits parfois bien différents du monde de l’électronique, voire même du jeu vidéo. L’entreprise, qui est plus que centenaire, a vu le jour le 23 septembre 1889 à Kyôtô, au Japon, où son siège social se trouve toujours. Il s’agit à l’époque d’une petite entreprise familiale fondée par Fusajiro Yamauchi, qui se lance dans la production de cartes à jouer japonaises et occidentales.

Des débuts prometteurs

Cette activité, centrée sur les cartes à jouer, va vite faire connaître Nintendo à travers le Japon, et par la suite à travers l’Asie (sous le nom de Marufuku, pour l’étranger). Cette activité restera la seule de Nintendo jusque dans les années 1950, où l’entreprise commence à se diversifier dans les loisirs au sens plus général. Ainsi, elle va commencer à créer des jeux et jouets, principalement destinés aux enfants et aux jeunes adultes. Nintendo va d’ailleurs signer des accords de licence avec des sociétés comme MB pour importer au Japon des jeux de société américains comme Twister.

Mais Nintendo, ce n’est pas seulement du divertissement au sens premier. En effet, la diversification de l’entreprise était telle, qu’elle s’est lancée dans plusieurs autres domaines qui n’avaient pas forcément de rapport. Ainsi, il était possible de trouver dans les années 50 des portions de riz individuelles, des taxis et même des “Love Hotel” appartenant à Nintendo.

L’arrivée aux jeux vidéo

Aucune de ces différentes activités ne deviendra un véritable succès, et Nintendo retournera vite à ses premières amours : le jeu. C’est donc dans les années 70 que l’entreprise met un pied dans les jeux électroniques, en sortant notamment la Color TV Game, sa toute première console de jeu. Il s’agit alors de plusieurs variations du jeu Pong, mais la console va devenir un succès dans l’archipel, au point que Nintendo s’engouffre totalement dans cette voie. Aujourd’hui, Nintendo est la deuxième entreprise la plus rentable du Japon (derrière Toyota), et reste un des leaders du marché du jeu vidéo.