Interview de Corinne Lepage (Cap21), candidate à l'élection présidentielle 2007

Une ministre pionnière sur le Web

IDN : A titre personnel maintenant, à quand remontent vos premiers pas sur le Web ?

C. L. : Je suis une quinquagénaire donc je ne suis pas née avec le Web dans les mains. En 1995, lorsque j’étais au ministère de l’environnement, j’ai été un des premiers ministres à introduire Internet dans le ministère, parce que j’ai toujours été passionnée par les nouvelles technologies. J’ai toujours été prudente puisque je défends le principe de précaution, mais je suis ouverte à tout cela. Je trouvais qu’il y avait quelque chose de nouveau et j’ai fait équiper très vite le ministère de l’Environnement dès 1995. On avait fait en sorte que les gens puissent nous contacter par exemple. Quand je suis sortie du gouvernement en 1997, je me suis progressivement investie dans le Web à titre plus personnel.

IDN : Quel est votre usage du Net aujourd’hui ?

C. L. : Je suis quelqu’un qui travaille beaucoup donc je n’ai pas le temps de visiter quantités de sites, mais j’aime aller chercher des informations. Je suis par exemple sur beaucoup de listes de diffusion dans des domaines qui m’intéressent (environnement, laïcité, droit des femmes ...) dans le monde entier, ce qui est précieux pour moi. Évidemment je vais aussi visiter un certain nombre de sites politiques, mais lorsque j’ai lu et répondu à mes e-mails (parfois 400 par jour et je ne parle pas des spams), que j’ai été sur mon blog et suis allé voir trois ou quatre autres sites avec qui je suis en lien, je n’ai plus trop le temps d’aller voir ailleurs !

wikipédia encyclopédieagoravox
IDN : Vous avez bien quelques sites préférés ...

C. L. : Je vais souvent sur Wikipédia, mais j’aime surtout visiter un certain nombre de blogs. Je vais tous les jours sur AgoraVox, je vais sur Newsblog, sur les sites de la campagne présidentielle (pas ceux de mes concurrents même si j’ai été sur Désirs d’avenir que je trouve bien fait), sur ceux qui concernent le changement climatique ou encore les pesticides (voir le site du MGDRF) je participe aussi à des petits sites qui me demandent des textes. Je vois bien aussi que certain candidats ont du mépris pour tout cela, mais ça n’est pas du tout ma politique : je ne suis pas un petit candidat mais un candidat d’idées, ce qui n’est pas la même chose.