Iphone 3G vs 6210 Navigator : que valent leurs GPS ?

Fonctions et fioritures intéressantes

Après le physique, l’autonomie, le logiciel et le guidage, il est temps de passé à des aspects plus détendus, c’est-à-dire toutes les petites fonctionnalités et autres fioritures qu’offrent le Navigator et le iPhone 3G.

48 catégories de POI sur le Nokia

On s’aperçoit que Nokia n’a pas lésiné sur les applications tierces. C’est simple, une fois dans « Cartes », ce téléphone à tout d’un PND. Favoris, derniers itinéraires, mode nuit, tout ce que l’on peut espérer y est et fonctionne. Malgré un temps de réponse pas toujours optimal, le 6210 se débrouille assez bien avec sa pléthore de sous-menus. Pour parfaire sa fonction GPS, il est même doté de 48 sortes de points d’intérêts, autrement appelés POI. Aéroports, banques, bars, entreprise viticole, il n’y a qu’à demander pour être servi. La liste ne s’arrête pas là, mais la suite mérite un point particulier.

Des services payants

Les options de « Cartes » ne sont pas exhaustives par défaut et certaines nécessitent d’être activées… par carte bancaire. C’est là que le bât blesse. L’info trafic en direct ? Bien sûr, mais pour 4 € par mois ou 20 € par an. Ce schéma lucratif est reproduit avec les mises à jour des cartes ou encore les guides touristiques. Ces derniers s’avèrent néanmoins être intéressants. Ils peuvent s’apparenter à des POI plus élaborés.

Le Guide du Routard façon Nokia

Coûtant 8 € pour Paris, par exemple, le guide apporte de précieuses informations sur des lieux à visiter, des restaurants à essayer et bien d’autres attractions. Selon l’objet, une photo de l’endroit est affichable ainsi que son site Internet ou ses coordonnées. De là à considérer la section Guide comme une version mobile du Guide su routard, il y a tout de même de la marge, mais cette fonction a tout de même son petit effet.

Le pouvoir de l’Apple Store

De son côté, l’iPhone 3G n’a rien. Mis à part l’info trafic, son GPS est nu comme un vers. Cependant, c’est sans compter sur la force d’Apple et de son magasin en ligne, l’Apple Store. Celui-ci regorge d’applications en tout genre à télécharger. Une rubrique de cette boutique est d’ailleurs réservée à la navigation. Ne comptant à l’heure actuelle qu’une trentaine d’applications, le « rayon » pour GPS propose la majorité des options du 6210. Certes, elles sont pour une grande partie payantes, mais celles-ci s’affichent à des prix substantiels ne dépassant pas les 3 € en général.

La même logithèque que le 6210, voire plus

On retrouve ainsi des POI avec iWant et Where To ? , une boussole avec Geopher Lite, mais également une application pour créer un raccourci « maison », nommé Go Home. En définitive, ce qui se présentait de prime abord comme l’un des points faibles de l’iPhone dans ce comparatif s’avère être en fait plus à son avantage. En effet, la somme d’applications de ce type va continuer de se développer sur l’iPhone 3G.

Le Navigator de Nokia se contentera au mieux, quant à lui, de quelques petites améliorations sans plus de contenance. Son système est déjà bien exploité. Il présente même quelquefois des signes de ralentissement, mais aussi quelques bugs graphiques lors des mises à jour.