[Test] LG G2 : le nouveau maître Android

Design : sobriété et efficacité

Lors de sa présentation, nous avions été un peu surpris par la taille de l’écran. 5,2 pouces, c’est beaucoup, presque aussi grand que le premier Samsung Galaxy Note, à classer dans la catégorie phablette ! Mais une fois devant l’appareil, la donne change. Il ne parait pas si gros et semble plutôt tendre vers les 5 pouces. Il faut ici remercier les bords, d’une finesse tout simplement impressionnante, qui participent au passage à donner une sensation de grandeur encore plus importante à l’écran. L’absence totale de bouton en façade et sur les bords est un parti pris peut-être osé dans le sens où les habitudes devront changer.

LG oblige, l’écran est de type IPS, dans une définition Full HD (1080p). Autant le dire tout de suite : on en prend plein les yeux ! La résolution est flatteuse, à 423 pixels par pouce. Oui, le HTC One est toujours devant avec 469 ppp. Mais il faut avouer qu’à ce niveau de précision, la différence est tout sauf évidente. Par contre, on se régale en matière de luminosité et de fidélité des couleurs, surtout comparé à un Galaxy S4 et la technologie AMOLED, bien qu’il ne rivalise pas en terme de contraste. La protection de ce bel écran est assurée par la dernière génération de Gorilla Glass, que nous avions pu découvrir lors du CES en début d’année.

Des contrôles déportés

La sobriété est de mise, le téléphone est épuré au possible en façade. Les contrôles arrivent lorsque l’on retourne l’appareil. Là, surprise : en dessous du traditionnel capteur photo, en ensemble de trois boutons sont implantés. Au centre, il s’agit de celui de l’alimentation, tandis qu’au-dessus et en dessous, on ajuste le volume. Malin sur le papier, mais nous ne pouvons pas dire qu’il s’agit du placement le plus pratique du monde.

Certes, ne plus chercher les tranches pour ces touches demande un temps d’adaptation logique. Mais même après plusieurs jours d’accoutumance, l’accessibilité de ces touches est délicate. En tenant l’appareil par les tranches, il est presque impossible de pouvoir presser avec un doigt les touches. Il faut alors soit faire les choses à deux mains, l’une tenant l’appareil, l’autre actionnant les boutons, soit prendre appui sur l’écran et prend le risque d’interagir d’une manière non voulue. C’est surtout vrai pour le bouton d’alimentation, que l’on peut toutefois remplacer par un « double tap » sur l’écran, fonction qui se révèle très pratique au quotidien pour l’activer ou l’éteindre, malgré une certaine appréhension dans un premier temps de notre part.

VerdictLe G2 n’est pas renversant d’un point de vue visuel. Sans excentricité, LG parvient toutefois à créer un appareil intriguant tant par la taille de son écran, la finesse de ses bords et l’idée de déporter l’ensemble des contrôles sur la partie arrière, bien que le concept mérite d’être poussé plus loin afin d’être plus simple et intuitif.
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • jetlee007
    OH woow
    0
  • ndilu
    fantastique innovation formidable de haut niveaux
    félicitation
    0
  • SquirFly
    Je n'ai jamais été très fan de LG, ayant testé des optimus très mauvais mais ce G2 a l'air vraiment sympa malgré ses boutons ratés, reste qu'il ne fait pas le poids face à un Xperia Z1
    0