Samsung, Sony, Huawei, LG... qui a la meilleure surcouche Android ?

MIUI (Xiaomi)

Alors que les smartphones Xiaomi sont officiellement disponibles en France depuis le premier semestre 2018, c’est également le cas de son interface maison, MIUI. D’abord particulièrement inspiré d’iOS, elle a su prendre son envol à mi-chemin entre l’interface de base d’Android et le système de Google.

Exemples d’appareils :Xiaomi Mi Mix 2S, Xiaomi Redmi Note 5, Xiaomi Redmi S2, Xiaomi Mi 8

Bureau

Le bureau de MIUI est pour le moins sommaire. Une fois le smartphone Xiaomi allumé, on se retrouve avec une interface qui n’est clairement pas sans rappeler iOS. Le système ne propose pas de tiroir d’application et celui-ci ne peut pas non plus être activé comme c’est le cas chez Huawei, par exemple. Les icônes sont carrées avec des angles arrondis, rappelant là aussi le design des icônes sur iPhone. On notera cependant qu’à gauche de l’écran d’accueil se trouve un écran baptisé Quick Card qui donne accès à plusieurs informations. De base on peut y retrouver des raccourcis vers le nettoyeur, le scanneur de QR Code ou la mémoire vive en cours d’utilisation, mais aussi des notes qui l’on peut prendre rapidement ou des événements à son calendrier. Comme Samsung Bixby ou OnePlus Shelf, le système est une alternative à Google Now, mais on préférera l’original, souvent plus pertinent.

Il est possible de modifier quelques paramètres du bureau d’accueil comme les effets de transition, ou le fait de remplir automatiquement les cases vides avec des icônes d’applications, mais ces réglages sont minimes. On aurait apprécié la possibilité d’avoir un tiroir d’applications ou de supprimer le cadre autour des icônes d’applications.

Paramètres

Comme pour l’interface globale, les paramètres de MIUI sont plutôt bien organisés à défaut d’être grandement modifiables. En termes d’affichage par exemple, le système de Xiaomi vous propose de modifier la colorimétrie de l’écran à travers trois réglages au sein du menu « contraste et couleurs ». Il est ainsi possible de choisir entre chaud, standard et froid, sans pour autant pouvoir niveler la température des couleurs. Le système propose cependant un mode lecture qui réduit la lumière bleue. Dommage par exemple de ne pas intégrer de paramétrage de l’intensité des couleurs à l’écran.

De la même manière, Xiaomi propose une barre de navigation plutôt originale sur Android. La touche retour est ainsi disposée à droite tandis que la touche menu est à gauche. Une disposition que l’on retrouve par défaut également chez Samsung, mais que le constructeur coréen permet de modifier. Ce n’est malheureusement pas le cas sur MIUI. Pour compenser, la distribution de Xiaomi intègre de nombreux gestes paramétrables. Il est ainsi possible de faire une capture d’écran en glissant trois doigts vers le bas, de lancer l’appareil photo en appuyant longuement sur le bouton d’accueil ou de passer en écran divisé en appuyant longuement sur le bouton multitâche. Enfin, on notera que le système propose lui aussi son lot de paramètres rapides au nombre de dix-huit.

  • On aime : le design assez simple de l’interface, les gestes bien intégrés
  • On n’aime pas : l’impossibilité d’inverser les touches de navigation, l’absence de tiroir d’applications, l’impossibilité de régler la saturation des couleurs
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
2 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • rogerwilcospam
    Aucune conclusion ? ...
  • mitch074
    MIUI, pas paramétrable ? Alors que c'est la seule qui soit fournie avec une douzaine de thèmes par défaut et un magasin entier de thèmes à télécharger ? Bravo le test ! L'article a du prendre plus de temps à écrire que les tests à être réalisés...