[Test] NES Classic Mini : on craque pour la console rétro ?



Alors que tout le monde attend la Switch pour le printemps 2017, Nintendo nous propose de nous faire patienter en nous faisant retomber en enfance. Voici donc la NES Classic Mini, une version miniaturisée de la NES des années 80, qui sort tout juste pour les 30 ans de l’arrivée de la console en Europe. Dotée d’une prise HDMI, elle permet de retrouver les classiques de l’époque sur sa TV dernier cri. Mais vaut-elle réellement le coup, ou s’agit-il simplement d’une nouvelle lubie pour nostalgiques ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour la NES Classic Mini

Oui - Parce qu’on retombe en enfance

Voilà trente ans que la NES a posé ses petites manettes pour la première fois en Europe (1987 pour la France), et il faut reconnaître que le seul déballage de cette NES Classic Mini a de quoi faire remonter des souvenirs chez les plus anciens. Si la console est effectivement beaucoup plus petite que l’originale et que sa connectique change quelque peu, on apprécie en revanche de voir que la manette, elle, n’a pas changé du tout et affiche le même design et la même taille que celle d’origine. Une fois branchée, on retrouve avec grand plaisir certains des meilleurs jeux de la console, comme The Legend of Zelda, les trois Super Mario Bros, Castlevania ou encore le tout premier Final Fantasy, qui n’avait pas connu les honneurs d’une sortie européenne dans les années 80.

Oui - Parce que le passage au XXIe siècle s’effectue bien

Jeux des années 80 obligent, nous sommes assez loin des graphismes en HD et autres images photoréalistes auxquelles nous sommes habitués. Cette NES Classic Mini se branche à une TV par une prise HDMI, et tire donc partie de ce format numérique en proposant une image impeccable, disponible dans trois modes différents : format d’origine, format 4/3 étiré, ou format « filtre cathodique », à réserver aux nostalgiques puristes, qui simule l’image moins nette de nos bonnes vieilles TV des années 80. Globalement, la console est assez agréable à utiliser. Au démarrage, on est envoyé vers un menu qui nous propose de choisir parmi les jeux proposés et d’accéder à divers menus. Une fois dans un jeu, une simple pression sur la touche « Reset » de la console ramènera le joueur à ce menu principal, et lui offrira même la possibilité de sauvegarder sa progression dans un des quatre emplacements réservés à chaque jeu.

Non - Parce qu’il n’y a que 30 jeux

Nous l’avons vu, la console propose les plus grands classiques de la NES, mais elle n’en propose malheureusement pas plus. Au total, ce sont 30 jeux qui sont préinstallés sur cette console, mais pour l’instant il n’existe aucune manière, officielle ou non, de jouer à un autre jeu que les 30 qui se trouvent déjà dans la machine. L’absence d’un port cartouche capable de lire les jeux de l’époque aurait été un énorme avantage, pour les nostalgiques comme pour les néophytes qui découvriraient alors le plaisir de souffler sur les connecteurs d’une cartouche avant de l’insérer. Mais il y a une décision encore plus étonnante de la part de Nintendo : l’impossibilité de modifier la liste de jeux directement dans la mémoire de la console, une fonction qui existe pourtant dans la Virtual Console de la Wii U. Pourquoi Nintendo n’a pas prévu une connexion à sa boutique en ligne, offrant alors aux joueurs de s’acheter de nouveaux jeux pour en profiter sur leur NES toute neuve ?

Oui - Parce qu’elle vaudra le coup quand elle sera piratable

Puisque Nintendo ne donne aucun moyen pour le moment de s’offrir plus de jeux sur sa NES Classic Mini, il ne restera qu’une solution pour l’instant hypothétique : celle de modifier soi-même la liste de jeux en piratant la console. Certes, cette solution flirte quelque peu avec l’illégalité, mais elle est pour l’instant la seule qui confère un véritable intérêt à une console NES compatible avec une TV HD. Et si cette piste n’existe pas encore vraiment, certains ont l’espoir d’y parvenir prochainement. En effet, un premier hacker japonais est parvenu à modifier les fichiers d’une Famicom Mini, la version japonaise qui utilise la même carte-mère que notre NES. Il a réussi à faire démarrer la console sur un noyau Linux qu’il a lui-même modifié. S’il n’a pour l’instant pas exploré la possibilité d’installer de nouveaux jeux, il publie en revanche la méthode utilisée, ce qui pourrait permettre à d’autres bricoleurs d’exploiter les capacités de la console à des fins plus ludiques.

Non - Parce qu’il n’y a qu’une manette au câble trop court



Autre décision attristante de la part de Nintendo : celle de ne fournir qu’une seule manette avec sa NES Mini, et il coûtera une dizaine d’euros pour s’en offrir une deuxième. Sans même préciser que c’était déjà Nintendo qui, dès 1986, nous avait habitués à fournir ses premières NES avec deux manettes directement dans la boîte, on ne peut s’empêcher de regretter cette décision. Sur les 30 jeux fournis dans la console, près d’une dizaine d’entre eux proposent un mode deux joueurs qui nécessite une deuxième manette. Et cette unique manette a également un défaut de taille : son câble mesure 80 petits centimètres seulement, ce qui oblige à jouer proche de sa TV, ou au moins proche de sa console. Il serait tentant de ressortir ses vieilles manettes de NES du placard, mais Nintendo a fait le choix de modifier la prise, rendant vos accessoires du passé incompatibles avec cette nouvelle version de la NES. Seule consolation : la prise est exactement la même que celle des Wiimote, ce qui signifie que les manettes qui ont été vendues dans ce format sur Wii sont compatibles avec la NES Classic Mini.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire