http://media.bestofmicro.com/R/G/564748/original/Appareils_photo.jpg

Comment choisir son appareil photo (compact, reflex, hybride) ?

Glossaire

Crédit : CC BY-SA ChrisPsiCrédit : CC BY-SA ChrisPsi

Afin de rendre ce guide le plus accessible possible, nous avons limité au strict minimum l’usage de termes techniques spécialisés. Il est néanmoins impossible de traiter avec exactitude un tel sujet en évitant systématiquement l’emploi d’un vocabulaire spécifique. Voici donc un rapide tour d’horizon des termes indispensables à la compréhension du fonctionnement basique d’un APN.

Capteur

Différentes tailles de capteur (Crédit : CC BY-SA Moxfyre)Différentes tailles de capteur (Crédit : CC BY-SA Moxfyre)Il s’agit de la surface sensible à la lumière qui remplace la pellicule argentique et qui donne à un appareil photo son caractère « numérique ». Sa taille a une importance fondamentale dans la qualité de l’image et, pour faire simple, plus il est grand, meilleur sera le résultat. Cependant, l’appareil sera généralement d’autant plus volumineux. Certaines évolutions récentes sont néanmoins en contradiction avec cette règle : des hybrides ou des compacts experts embarquent aujourd’hui des capteurs très intéressants dans des boitiers toujours plus petits.

Le format du capteur est défini par ses dimensions en centimètres ou par la longueur de sa diagonale en pouce lorsqu’il s’agit de petits capteurs (ex : 1/2,3 pouces). Un pouce est égal à 2,54 centimètres.

Il en existe de plusieurs types, les plus rependus sont le CCD (Coupled Charge Device) et le CMOS (Complementary Metal Oxide Semi-conductor). Ces derniers donnent notamment de meilleurs résultats en basse luminosité et sont donc en général considérés comme la meilleure technologie en photographie numérique. Le CMOS a notamment intégré dernièrement les boitiers très haut de gamme moyen format.

Optique

Terme généralement employé comme synonyme d’ « objectif ».

Focale

La distance focale d’un objectif, exprimée en millimètres, est liée au champ couvert. Plus elle est « courte », plus la scène qu’elle couvre est large (ex : un 28 mm couvrira un champ plus vaste qu’un 50 mm). Il existe donc trois grandes familles d’objectifs : les focales courtes (également appelés grands angles) qui sont inférieures au 40 mm en 24x36, les focales dites « normales » dont la longueur est à peu près égale à la diagonale du capteur (entre 40 et 50 mm en 24x36, la valeur exacte étant de 43 mm) et les longues focales, ou téléobjectifs, supérieures à 50 mm en 24x36.

Si votre APN n’est pas équipé d’un capteur 24x36 (ou plein format) les fabricants vous indiqueront les équivalences afin que vous sachiez quelles sont les possibilités de votre objectif.

Liste des principaux coefficients multiplicateurs de focale

Le champ couvert par un même objectif varie en fonction de la taille du capteur. Logiquement, plus ce dernier est petit moins la scène observée est vaste. Pour permettre aux utilisateurs de s’y retrouver, les fabricants indiquent un facteur de conversion par rapport au format de référence qu’est le 24x36mm argentique (ou le plein format numérique). Il est généralement appelé (improprement) « coefficient multiplicateur de focale » et permet de retrouver l’équivalence avec la valeur de référence.

Exemple : un objectif de 24 mm monté devant  un capteur dont les dimensions impliquent un coefficient x2 donnera couvrira le même champ qu’un 48 mm (24x2) en 24x36. Un 50 mm embrassera le même angle qu’un 100 mm, etc…

Format de capteurCoefficient
Plein format (appareils experts ou pro type Canon 5D Mk III ou Nikon D750 ou D810)x1 (donc aucune modification)
APS-C (appareils experts ou amateurs haut de gamme type Sony A6500, Canon EOS 77D ou Nikon D5600)x1,6 (Canon) ou environ x1,5 (autres marques)
4/3 (ou micro 4/3, format des hybrides Panasonic, comme le GH4 ou le LX 100, et Olympus, ex : gamme Pen)x2
1 pouce (format CX des hybrides Nikon 1, compact et bridges experts : Sony RX 100, Canon G7X Mk II, Panasonic FZ2000, …)x2,7
1/1,7 pouces (compacts et bridges moyenne gamme)x4,6
1/2,3 pouces (compacts et bridges amateurs)x5,6

Photosite

C’est la zone du capteur qui reçoit la lumière pour créer un pixel. À technologie égale, la qualité de l’image produite augmente avec la quantité de lumière captée, donc avec sa surface. C’est pour cela que l’on considère, sauf exception, qu’elle augmente avec la taille du capteur (les définitions proposées étant souvent voisines).

Ouverture

La valeur de l'ouverture est indiquée sur l'objectif de l'appareilLa valeur de l'ouverture est indiquée sur l'objectif de l'appareilL’ouverture relative du diaphragme, plus simplement appelée ouverture, indique la quantité de lumière que votre objectif peut transmettre au capteur. Elle est exprimée en valeurs dépourvues d’unité (ex : f/2,8). Plus le chiffre est petit, plus votre objectif permet à une quantité importante de lumière d’arriver au capteur (et donc plus l’objectif sera intéressant de ce point de vue). Les valeurs d’ouverture du diaphragme les plus courantes sont : 1 - 1,4 - 2 - 2,8 - 4 - 5,6 - 8 - 11 - 16 - 22 - 32. Entre chacune d’entre elles, la quantité de lumière qui traverse l’objectif double : un objectif dont l’ouverture maximale est égale à f/2,8 peut acheminer deux fois plus de lumière qu’un autre qui ouvre à 4 (et donc quatre fois plus qu’un objectif qui ouvre à 5,6).

Autofocus (AF)

L’autofocus désigne le système qui assure la mise au point automatique sur le sujet souhaité. Il en existe deux grands types. Celui dit à « corrélation de phase » est le plus sensible, le plus efficace, le plus rapide, mais aussi le plus onéreux. On le retrouve donc plutôt sur les boitiers de moyen et haut de  gamme. Son intégration récente directement sur les capteurs tend à en généraliser l’usage.

Le second système, dit à « détection de contraste », fonctionne par tâtonnement successif est généralement moins sensible, moins réactif et moins coûteux. Il équipe la plupart des appareils compacts d’entrée de gamme et un grand nombre d’hybrides. Il existe néanmoins des exceptions à la règle : dernièrement des modules à détection de contraste dits « évolués » ont fait leur apparition sur des modèles hybrides et compacts experts Panasonic et donnent de très bons résultats. À suivre…

Enfin, de nombreux modèles utilisent aujourd’hui une alliance des deux technologies pour allier à la fois performances et couverture du cadre (ex : Canon EOS 5D Mk IV ou famille A7 de Sony).

Zoom optique - zoom numérique

Les zooms sont des objectifs qui couvrent une plage de plusieurs focales (ex : 24-105mm) et sont aussi appelés « zooms optiques ». Ce que les fabricants appellent improprement « zoom numérique » pour les besoins du marketing est en fait un recadrage dans l’image qui occasionne logiquement une perte de définition.

Le zoom numérique consiste simplement à tailler dans l'image, avec une perte de qualitéLe zoom numérique consiste simplement à tailler dans l'image, avec une perte de qualité

Vitesse d’obturation

C’est le temps pendant lequel l’obturateur reste ouvert pour capter la lumière transmise par la scène photographiée. Plus ce laps de temps est court, plus le mouvement du sujet est figé et moins le risque de flou lié à son déplacement ou à ceux du photographe est important.

Stabilisation

Les fabricants proposent des systèmes de stabilisation pour pallier au flou occasionné par les micros mouvements de la main de l’utilisateur lorsque le temps d’ouverture du diaphragme nécessaire à une exposition correcte (vitesse d’obturation) devient trop important. Il en existe trois grands types.

Le mouvement gênant peut être compensé par un mouvement opposé d’une lentille mobile au sein de l’objectif, c’est une stabilisation dite « optique ». Autre possibilité : c’est le capteur qui est mobile et qui compense les mouvements parasites, on parle alors en général de stabilisation « mécanique ». Enfin, en entrée de gamme on trouve des stabilisations « numériques » ou « électroniques ». Il s’agit alors en général d’utiliser les zones périphériques du capteur spécialement prévues à cet effet et laissées inoccupées le reste du temps. Leur usage va souvent de pair avec une augmentation de la sensibilité qui permet d’augmenter la vitesse d’obturation, mais qui provoque une montée du grain.

Considéré de manière isolée, le système le plus efficace est historiquement celui de la stabilisation optique. C’est également le plus cher, surtout dans un système à objectifs interchangeables, car il faut le payer sur chaque objectif (le moins efficace est logiquement le système numérique), mais aussi le plus encombrant, car il impose l'ajout d'éléments mobiles au sein des objectifs.

Depuis peu, plusieurs fabricants équipent leurs modèles de stabilisateurs mécaniques sur cinq axes à l’efficacité remarquable (ex : hybrides Olympus ou Sony). Ils ont l’avantage d’être fonctionnels indépendamment de l’objectif monté et certains sont en plus compatibles avec les stabilisations optiques lorsque les objectifs en sont pourvus, afin de tirer le meilleur de la synergie entre les deux systèmes (ex : hybrides Panasonic ou Sony).

L'OM-D E-M1 d'Olympus intègre un stabilisateur 5 axes dans son boîtierL'OM-D E-M1 d'Olympus intègre un stabilisateur 5 axes dans son boîtier

Visée optique - visée électronique

La visée optique désigne un système dans lequel la scène apparaît dans un viseur via un système de redirection de la lumière (en général composé d’un ou de plusieurs miroirs). C’est par exemple le modèle traditionnel des appareils « reflex ».

La visée électronique désigne la reproduction sur un écran de l’image perçue par le capteur. Ce peut être l’écran arrière de l’appareil ou un petit écran assorti d’une loupe dans le cas d’un viseur numérique (ex : bridges ou système SLT de Sony).

À noter, Fuji a conçu un viseur hybride capable de passer d’un mode optique à un mode numérique (ex : série X-Pro).

WiFi - NFC (Near Field Communication)

Le NFC désigne un système de communication direct en WiFi entre un appareil et un téléphone ou une tablette via une application sans qu’il soit nécessaire de configurer un réseau. Comme son nom l’indique, ce système ne fonctionne qu’à une distance très faible (quelques centimètres au maximum).

Attention, tous les APN estampillés WiFi ne proposent pas les mêmes fonctionnalités. Si certains se limitent au transfert d’images en basse définition, d’autres permettent un pilotage assez complet de l’appareil à (faible) distance. Dans certains cas le WiFi ressemble beaucoup à un simple gadget technologique, dans d’autres il offre de réelles possibilités (ex : précision de cadrage via le grand écran d’une tablette en photo de paysage ou d’architecture).

Vidéo 4K

Le Panasonic Lumix GH4 est l'un des premiers hybrides à filmer en 4KLe Panasonic Lumix GH4 est l'un des premiers hybrides à filmer en 4KPour faire simple, il s’agit sur les APN d’un format vidéo 16/9e dont la base est approximativement de 4.000 pixels (ou 4 kilopixels d’où son nom). Sa résolution d’environ 8 mégapixels est à peu près 4 fois supérieure à celle du Full HD, dont la définition est 1920x1080 (soit une résolution de 2 mégapixels).

Précision qui a son importance, le terme « 4K » est généralement employé pour désigner 2 formats : le 4K cinéma (4096 par 2160 pixels) et l’Ultra HD (3840 par 2160 pixels). Ce dernier, également parfois improprement désigné par l'expression « 4K TV », désigne une définition légèrement inférieure qui tend à remplacer la norme full HD sur les téléviseurs récents.

>>> Consultez notre guide d'achat des meilleures action cams

Présente pour l’instant sur un nombre réduit d’appareils, sa vocation est le remplacement à terme du full HD comme norme dominante. Cette bascule ne devrait cependant pas être totalement accomplie avant plusieurs années même si le 4K tend à se démocratiser relativement rapidement sur les APN.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire