Le piratage s'empare de vos consoles

La PS2 au service des hackers

Enfin, nous ne pouvions pas réaliser un tel dossier sans évoquer la console la plus vendue (mais aussi la plus piratée) de Sony. Toujours en (faible) activité aujourd’hui, la PlayStation 2 a connu un grand nombre de modifications possibles, qui offraient de très nombreuses possibilités.

Un paradis pour hacker


Après sa sortie en 2001, nombreux furent les hackers qui se sont intéressés à ce monstre de technologie pour son époque. Rapidement sont apparues les premières puces qui permettaient un dézonage classique, ainsi que la possibilité de lire des jeux gravés. Mais ces mêmes hackers voulaient aller encore plus loin. En effet, cette console disposait, dans son premier modèle, d’une connectique digne d’un PC : deux ports USB, un port FireWire, et même un port parallèle sur lequel il était possible de brancher un disque dur au moyen d’un adaptateur.

Rapidement, des dérives en tout genre ont commencé à apparaître, et après quelque temps, les hackers les plus expérimentés ont été capables de proposer des logiciels permettant de copier des jeux directement dans un disque dur installé dans la console, afin d’y regrouper toute sa collection, et par la même occasion de se passer des temps de chargement. À une époque où la Xbox n’en était qu’à ses balbutiements, tout ceci était véritablement impressionnant. Bien sûr, la console a connu son lot d’émulateurs, de lecteurs multimédias et de navigateurs de fichiers en tout genre. Il a même été possible d’y installer Linux, bien avant la PS3 ou la Xbox, bien que l’intérêt était assez limité sur une machine aussi peu puissante.

Notons enfin que la PlayStation 2 a bénéficié d’une technique assez loufoque pour jouer à des jeux imports ou gravés : le Swap Magic. Après une manipulation, qui consistait soit à changer la coque de la console, soit à en retirer une partie, il devenait possible de changer de disque tout en la maintenant en position « fermée », au moyen d’une patte spéciale ou d’une trappe prévue à cet effet. Cela permettait notamment d’éviter la fameuse vérification de disque au lancement de la console, mais nécessitait de démarrer sur un disque spécial qui permettait une telle manipulation.