Dix ans de chasse aux pirates : que reste-t'il de Napster ? (3 sur 3)

Des chiffres qui en disent long

Malgré tout, les majors estiment que leur situation financière se dégrade. La réalité est-elle si désastreuse ? Dans un communiqué officiel, la SACEM juge à 245,8 millions d’euros le montant cumulé des pertes enregistrées par les auteurs, compositeurs et éditeurs de musique depuis 2002. L’organisme parle également de 40 milliards de fichiers musicaux téléchargés illégalement à travers le monde en 2008. Mais ce son de cloche alarmant semble bien différent selon les points de vue. Les opposants à la loi Hadopi dénoncent une dramatisation de la part de l’industrie du divertissement. Selon plusieurs études, le marché mondial du disque aura connu une progression de 4% d’ici à 2011. Même topo pour l’industrie du cinéma, qui devrait dépasser pour la première fois les dix milliards d’euros de revenus en 2009. Sans parler de l’industrie du jeu vidéo qui a connu en 2008 une année historique, avec une augmentation de 22% de son chiffre d’affaire par rapport à 2007.

Pastagames, une histoire

Le problème du piratage est néanmoins réel et pèse surtout sur les « petits » du secteur culturel : auteurs-compositeurs dont la seule source de revenus reste le droit d’auteur, ou encore studio de développement de jeu vidéo indépendant à taille réduite. Évoquons l’exemple du studio français Pastagames, auteur du très bon Maestro ! Jump in the music sur Nintendo DS : des développeurs talentueux, mais fauchés, victimes du téléchargement illégal de leur premier jeu original. Dans une lettre ouverte sur son blog,  l’équipe de Pastagames prie les joueurs d’essayer leur titre sur une version téléchargée, mais de l’acheter si celui-ci plait. Une « bonne action » malheureusement peu souvent suivie.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Vermoute
    Citation:
    Participer à la rémunération des artistes via le coût d’un abonnement : voilà une piste relativement inédite

    Ça fait longtemp que cette idée est sortie !

    Citation:
    Les linkers dans le collimateur

    Les bricolos ont pas le choix si il veulent utiliser des programmes persos !
    Au constructeur (ici nintendo) de trouver une solution qui ne facilite pas le piratage mais qui permet d'utiliser ses programmes !
  • Anonyme
    Maman j'ai peur... :S
  • Anonyme
    Nintendo DS et WII : facile à pirater ==> numéro 1 des ventes et profitabilité maximale
    XBox : piratable ==> équilibre des comptes
    PS3 : Non piratable ==> déficit des comptes

    Bref, qui a dit que le piratage ça ne rapportait rien ?
  • toto29620
    pareil pour la psp go, je doute que sa soit le fait qu'il n' y ait pas de lecteur umd mais tous simplement parcequ'elle n'est pas (encore ) crackable