[Test] Plantronics Backbeat 500 : on craque pour le casque Bluetooth


5 raisons de craquer (ou pas) pour le Backbeat 500

Dans le domaine des casques audio, Plantronics est surtout connu pour ses produits haut de gamme et demandant un budget conséquent, comme le montre son très bon Backbeat Pro 2 sorti en début d’année. Avec le Backbeat 500, l’idée est cette fois de viser les budgets plus serrés avec un prix rasant tout juste les 100 euros. Dès lors, la question est plutôt simple : le constructeur a-t-il su mettre en avant son savoir faire en matière de qualité audio sur un produit à prix réduit ? Nous l’avons testé pour en avoir le coeur net.


>>> 
Comparatif : quel est le meilleur casque Bluetooth ?


Oui - Pour la bonne qualité audio

La qualité sonore est un domaine dans lequel Plantronics a déjà fait ses preuves sur ses précédents casques : les Backbeat Pro et Backbeat Pro 2, deux modèles haut de gamme du constructeur, nous avaient déjà séduit par leur qualité sonore. Ce Backbeat 500, même s’il se veut plus modeste sur certains points, ne sacrifie toutefois pas sa qualité sonore pour autant. Le seul reproche sérieux qu’on pourrait lui faire à ce sujet concerne la présence un peu trop discrète des basses. Si ça ne gâche pas l’écoute pour autant, et s’explique en partie par la taille réduite des écouteurs supra-aural, certains morceaux manquent parfois d’un brin de punch dans ce casque.

Pour le reste, pas de fausse note, les médiums et les aigus sont très bien restitués, et même les voix les plus douces ou les cuivres se diffusent sans aucun souci. Pour le coup, ces fréquences plus élevées profitent clairement des basses moins marquées, qui évitent ainsi de les étouffer, pour produire au final un résultat très convaincant.

Oui - Pour l’autonomie très correcte

L’autre domaine dans lequel Plantronics a su tirer son épingle du jeu, c’est l’autonomie de ses casques sans fil. Avec ce Backbeat 500 plutôt compact, le constructeur affiche une autonomie théorique très honorable de 18 heures. En pratique, nous avons pu constater que l’appareil avoisine en effet les 20 heures en fonctionnement, bien au-delà de la moyenne des casques dans cette gamme de prix. Petit détail intéressant : si le casque ne dispose pas d’une jauge à proprement parler indiquant son autonomie restante, celui-ci se permettra de préciser lui-même son niveau de batterie à chaque allumage par un message sonore : « Battery high », « medium » ou « low », message qu’on pourra entendre à nouveau à chaque pression courte sur le bouton d’allumage lors de l’utilisation, et qui sera rappelé automatiquement lorsque la batterie atteint la zone rouge. Plus d’excuse, donc, pour oublier de recharger son casque après utilisation.


Oui - Parce qu’on en a pour son argent

Malgré son prix affleurant tout juste les 100 euros, Plantronics n’a pas lésiné concernant son Backbeat 500. Déjà sur la très bonne qualité sonore, comme nous l’avons vu, mais aussi sur les accessoires. Outre les indispensables câbles USB et Jack 3,5 mm qu’on retrouve systématiquement avec un casque Bluetooth, Plantronics a eu la présence d’esprit d’inclure une sacoche de transport en tissu dans la boîte. Cela pourrait n’avoir l’air de rien, mais s’avère très pratique pour transporter le casque quand on ne l’utilise pas, d’autant que ce dernier n’est pas pliable. Du reste, cette fameuse sacoche est encore malheureusement loin d’être un standard dans l’industrie : certains casques Bluetooth vendus beaucoup plus cher, comme le BeoPlay H4, n’en proposent aucune par défaut. On ne peut donc que saluer ce geste de la part de Plantronics.

Non - Pour l’absence d’isolation sonore efficace

On s’en doutait pour un casque dans cette gamme de prix, mais le Backbeat 500 ne propose pas d’antibruit actif. Reste donc une éventuelle isolation passive qui permettrait de protéger nos oreilles des bruits extérieurs pour profiter de notre musique sans avoir à trop monter le son, et force est de constater que le casque de Plantronics s’en sort péniblement sur ce point. Dans un bureau un peu trop bruyant ou dans les transports en commun, on n’aura d’autre choix que de pousser le volume pour entendre quoi que ce soit, un point désavantageux pour l’autonomie du casque, pour la tranquillité de notre entourage et au final pour notre audition à long terme. Ce point est d’autant plus dommage que la qualité sonore est de très bonne facture, mais peut vite être gâchée par un bruit environnant comme le moteur d’un bus ou une conversation à proximité.

Non - Parce qu’il n’est pas très confortable


S’il est de plutôt bonne conception et assez joli, le Backbeat 500 n’est toutefois pas un modèle de confort. Le rembourrage des écouteurs supra-aural est assez sommaire, et ces derniers ont tendance à appuyer assez fortement sur les oreilles pour tenir le casque en place.  Si ce détail s’avèrera particulièrement gênant pour les porteurs de lunettes, il se montera également désagréable sur la durée, où une écoute prolongée finira invariablement par fatiguer les oreilles compressées par l’appareil.

Côté ergonomie, en revanche, il n’y a pas grand chose à reprocher à ce casque qui reprend les contrôles simples déjà proposés sur le Backbeat Pro 2, à savoir trois boutons sur le panneau de gauche pour contrôler la musique accompagnés de deux touches pour le volume, et un interrupteur à droite pour allumer l’appareil, au-dessus d’une touche pour prendre les appels grâce au micro intégré. On appréciera également le Bluetooth multipoint, qui permet de le connecter à deux appareils simultanément, et de garder jusqu'à 8 appareils en mémoire pour éviter d'avoir à l'appairer systématiquement entre son smartphone, l'ordinateur de la maison et celui du bureau.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire