Playstation Move : que vaut la wiimote de la PS3 ?

Des jeux convaincants ?

Nicolas : Sports Champions est un des jeux qui sera commercialisé dès le lancement du PlayStation Move, et qui sera même disponible directement dans le bundle vendu aux États-Unis. À la manière de Wii Sports, il propose plusieurs mini-jeux jouables seul ou à plusieurs : du frisbee, des combats de gladiateurs, du beach-volley, du tir à l’arc, du ping-pong et de la pétanque. Tout d’abord, il est franchement regrettable de constater que le calibrage demandé au lancement de chaque jeu doive être effectué à nouveau lors de chaque nouvelle partie. La console est en effet incapable de conserver les réglages entrés par un joueur, et lui demandera inlassablement de recommencer l’étalonnage entre deux parties. Très frustrant, surtout si l’étalonnage en question pose quelques problèmes de reconnaissance, comme cela est arrivé durant nos tests.

L’autre point négatif de ce Sports Champions, c’est qu’on ne s’y amuse pas vraiment. Les jeux sont assez intéressants en soi, mais une fois dedans, l’ambiance sonore n’y est pas, les graphismes sont assez ternes et vides, les musiques sont anecdotiques, voire carrément absentes à certains moments. Sans parler de la jouabilité, parfois aussi complexe que frustrante, mais nous y reviendrons. En terme de divertissement pur, nous sommes très loin d’un Wii Sports, qui, s’il est assez minimaliste et simple dans sa conception, reste tout de même suffisamment amusant pour animer à lui tout seul une soirée entre amis.

Jean-Sébastien : En plus du jeu de sport testé par Nicolas, le PS Move est également lancé avec Start the party, un titre qui se veut amusant et basé sur le jeu en société. Ici le PlayStation Eye est exploité à son maximum puisque l’on apparaît en entier à l’écran, au milieu de chaque jeu.  Utilisant le principe de réalité augmentée, on se retrouve donc au coeur d’un univers ludique. Au bout de notre PlayStation Move, apparaît également un outil propre à chaque mini jeu : un ventilateur, une lampe torche ou un pinceau. Chaque ustensile sert ainsi à remplir la mission attribuée : guider des oisillons qui tombent du ciel dans un nid, éclairer des fantômes avant qu’ils nous effraient ou encore peindre des formes du mieux possible.

En théorie, le principe semble très sympathique et plutôt amusant. Dans la pratique on obtient un jeu quelque peu lassant. Le même principe de pointer ou d’attraper un objet est ainsi décliné dans chaque mini jeu. Ainsi, seul le contexte de l’action change, mais pas l’action en elle-même. Au bout de quelques minutes, on fait rapidement le tour des jeux proposés et l’on a envie de passer à autre chose.