[Test] PS4 : que vaut la nouvelle console de Sony ?

Dualshock 4 : une manette agréable

Dualshock 4 sur PC et tablettes

C’était la nouvelle de l’automne pour les amateurs de PlayStation et de PC : la DS4 est compatible PC, Mac et Android. Il est ainsi possible de l’utiliser sans pilote supplémentaire en mode filaire. Nous avons essayé de l’appairé en Bluetooth. Quel que soit le système d’exploitation, cela fonctionne. Elle est bien reconnue. Néanmoins, impossible de l’utiliser dans un jeu. Pour en profiter sans fil, il faudra donc attendre des pilotes de la part de Sony.

Avec la PS4, Sony inaugure une nouvelle manette. La Dualshock 4 (DS4) est une petite révolution. Contrairement aux précédents contrôleurs des PlayStation, elle fait peau neuve. Sa prise en main change du tout au tout par rapport à une Dualshock 3. Une véritable révolution interne.

Cette manette semble avoir été créée « par des joueurs et pour les joueurs », comme aime à le répéter le slogan de la PS4. En effet, Sony a enfin pris en compte les remarques des joueurs et a redéfini son contrôleur en conséquence. Au rang des améliorations, on compte des sticks concaves et non plus convexes, des gâchettes dirigées vers l’extérieur et des branches allongées pour une meilleure approche des sticks analogiques. Oui, tout cela sent un peu les modifications soufflées par la Xbox 360 dont la manette est une référence actuellement. Qu’à cela ne tienne, même si Sony a copié sur son petit camarade, cela permet aux futurs acquéreurs de la PS4 de savoir qu’ils auront en main une manette convenable et qu’ils pourront économiser des frais de kinésithérapie.

Comme son prédécesseur, la Dualshock 4 fonctionne sur batterie. Intégrée au corps de la manette, elle n’est pas amovible. Il faudra tester sa durée de vie sur la longueur. Pour la charger, il suffit de la raccorder à un port USB via un câble USB. Sur la manette le port disponible est un modèle microUSB. Sony a évolué avec son temps. Étant le connecteur le plus répandu sur les smartphones et tablettes, il est convenu qu’on en trouve dans la plupart des foyers.

Les boutons de la Dualshock 4 comprennent une croix directionnelle, quatre boutons d’action et deux touches Share et Options qui viennent en lieu et place des classiques Select et Start. On reconnaît bien ici l’incidence des réseaux sociaux. La PS4 se veut connectée. Aussi, pour faire profiter ses contacts de ses meilleurs moments de gameplay, le bouton Share permet de partager rapidement une capture d’écran ou une vidéo. Le bouton Options est plus polyvalent et sert autant à accéder à des sous-menus qu’à apporter d’autres options en jeu.

Le pad tactile : utile ou pas ?

On se souvient de la première présentation de la PS3 et de sa Sixaxis. Ayant pris connaissance du projet de Wiimote de Nintendo, Sony avait alors voulu rattraper son retard en lançant sa PS3 avec une manette à reconnaissance de mouvements, qui n’a jamais vraiment été exploitée au final. La Dualshock 3 est heureusement arrivée pour faire oublier cet épisode en réintégrant surtout le retour de force.

Avec la PS4, Sony surfe une nouvelle fois sur un aspect technologique mis en avant par une console de Nintendo, la Wii U : le tactile. Sa manette est ainsi pourvue d’une surface tactile. Coincée entre les boutons Share et Options, elle est cliquable. Nous avons eu l’occasion de l’utiliser dans Killzone : Shadow Fall. Icône du lancement de la PS4, ce titre met à profit le pad tactile de la manette pour donner des ordres à l'OWL, un drone du jeu. En multijoueurs, il permet d’accéder aux menus. Dans Assassin's Creed IV, c'est pour zoomer sur la carte que ce pad multitouch est utilisé. Par contre, dans l’interface de la PS4, il est inutile. Il n’est même pas disponible lors de la navigation Internet.

Rappelons que la PS Vita dispose également de surfaces tactiles avec son écran et sa face arrière. Peu de jeux les mettent à profit. Espérons que le même sort ne soit pas réservé à la DS4.

Autres petites nouveautés, la DualShock 4 intègre un port micro/casque (minijack) ainsi qu’un haut-parleur. Ce dernier est destiné à renforcer l’immersion du joueur en diffusant certains sons en jeu. Ainsi, dans Knack, on peut entendre les reliques qui forment le héros s’entrechoquer, par exemple.

Terminons cette revue de la manette de la PS4 par sa face avant lumineuse. Nommée light bar, cette partie fait penser au PS Move de la PS3. C'est normal, elle en utilise la technologie. Sur la PS4, elle permet de reconnaître les manettes entre elles grâce à un code couleur. De plus, lors d’une partie multijoueurs en écran partagé, l’écran s’adapte automatiquement à la position des joueurs en reconnaissant les manettes. Pour cela, il faut néanmoins posséder une PlayStation Camera. Autre particularité, certains jeux utilise son code couleur pour donner des indications au joueur. Ainsi, dans Killzone Shadow Fall, la light bar s'illumine en fonction de l'état de santé du joueur, passant du vert au rouge.

Bilan : Ceux qui ont connu les précédentes DualShock vont être surpris. La DS4 change de ligne et s’adapte enfin à la morphologie des mains des joueurs. Ses sticks concaves et ses gâchettes incurvées participent à sa bonne prise en main. Ses fonctions tierces telles que le pad tactile et le haut-parleur semblent assez optionnels pour l’instant. Néanmoins, ces technologies justifient le prix d’une manette seule : 60 euros.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Peeder
    Tres bon guide merci beaucoup en espérant l'avoir demain :)
    1
  • karigura
    "les précommandes de la PS4 n’ont pas tardé à fondre comme neige au soleil." Ecrit ainsi, ça voudrait dire que ça diminue !
    2
  • Rorothermidor
    Bonjour,
    C'est une machine intéressante à plus d'un titre au niveau technique, et pour une société comme SONY, une manne providentielle.

    En dehors de ses capacités, elle est toutefois très verrouillée et possède de nombreuses limites, à l'instar de la XBox one, qui font que le jeu se transforme en pompe à fric moins sympathique qu'autrefois, le bon vieux temps des megadrive, super NES pour lesquelles lorsqu'on achetait un jeu, il était complet, sans achat in app, sans la moindre option payante. Aujourd'hui, j'ai beaucoup de mal à acheter un jeu sans trouver pléthore d'add ons à acheter en ligne (même sur PC).

    Je vais attendre un an, qu'on voit arriver des jeux à bas prix, jeux qui seront ceux du line up de lancement mais à 20€ +des add ons à moitié prix au lieu de 70+add ons au prix fort... De toutes manière il n'y en a pas en magasins, tout est déjà parti.
    2