[Test] Asus Transformer 3 Pro : mieux que la Surface, ou pas ?

L'Asus Transformer 3 Pro est une tablette 12,6" livrée avec un stylet et fonctionnant sous Windows 10. Grâce à un clavier détachable (qui sert également de cover), l'appareil peut se transformer en petit ultrabook. Évacuons-le tout de suite : en prenant l'appareil en main, impossible de ne pas penser à la gamme de tablettes Surface de Microsoft. Mêmes design, même système de fixation entre la tablette et le clavier, même stylet... À se demander si les ingénieurs d'Asus étaient en manque d'inspiration et s'ils ont vu en la Surface l'appareil hybride par excellence, sans aller chercher plus loin. Alors comment le fabricant taïwanais compte-t-il tirer son épingle du jeu face au géant Microsoft ? Quels sont les atouts de cette Asus Transformer 3 Pro ? Peut-on raisonnablement craquer pour elle ou mieux vaut-il se tourner du côté de la Surface Pro 4 ?

>>> A lire aussi :
• Test de la Surface Pro 4 de Microsoft
• Acer, Asus, HP, Dell, Toshiba, MSI... tous les tests d’ordinateurs portables

5 raisons de craquer (ou pas) pour l'Asus Transformer 3 Pro

1 - Oui, parce qu'il s'agit d'un appareil multifonction et multiusage

Comme évoqué ci-dessus, l'Asus Transformer 3 Pro est avant tout une tablette, laquelle est aussi capable de se transformer en un ordinateur portable par la simple adjonction d'un clavier. Celui-ci vient se « clipser » sur l'appareil à l'aide d'un système aimanté. Le clavier, qui sert également de cover pour le transport, est très inspiré de la Type Cover de la Surface de Microsoft. L'opération qui consiste à transformer l'appareil fonctionne à merveille, et grâce à Windows 10, on peut faire en sorte qu'il affiche tantôt le bureau classique (lorsque le clavier est connecté), tantôt une interface en tuiles (que les utilisateurs de Windows 8 ont bien connue). La tablette dispose également d'un pied (ou béquille) intégré, qui permet de profiter d'une inclinaison allant jusqu'à 155°. Là encore, on retrouve un système similaire sur la Surface Pro 4 de Microsoft, lequel dispose d'un pied inclinable de 22 à 150°. Pâle copie de l'appareil de Redmond ? Probablement, mais ne boudons pas notre plaisir : le modèle d'Asus se révèle assez robuste et cette possibilité de disposer de deux appareils en un est finalement bien pensée.


2 - Oui, pour ses performances et son stylet

Livré sous Windows 10 Pro, l'appareil profite d'une résolution 3K (2880 x 1920) et c'est plutôt un bon point. La version que nous avons testée était dotée d'un core i7 cadencé à 2,5 GHz et de 8 Go de RAM. Grâce à une telle configuration, l'Asus Transformer 3 Pro peut donc faire office de véritable ordinateur, tant pour travailler que pour jouer.
Autre bon point : il dispose d'un stylet. Certes, l'accessoire est un peu plus lourd que son équivalent chez Microsoft, et ne dispose d'aucune gomme à son extrémité (un petit appendice auquel on s'habitue sur la Surface et qui devient vite indispensable). Mais le stylet reste parfaitement maniable et réactif. En outre, le dispositif est compatible avec Windows Ink, la technologie de Microsoft qui permet de prendre rapidement des notes ou de réaliser des petits croquis dans vos applications préférées.
Enfin, notez que l'Asus Transformer 3 Pro est également compatible Windows Hello. Il peut être déverrouillé par simple reconnaissance faciale.

3 - Oui pour son prix

L'appareil est vendu dans différentes configurations et dans quatre coloris. La version en Core i5 et équipée d'un SSD de 128 Go est commercialisée 999 euros, tandis qu'il faut compter 1299 euros pour la version en 256 Go, et 1399 euros pour l'édition en 512 Go. Mais si vous comptez opter pour un Core i7, il vous faudra débourser 1799 euros (toujours avec 512 Go d'espace disque). À capacités équivalentes, le prix de la Transformer 3 Pro est 250 euros inférieur à celui de la Surface Pro 4. D'autant que dans le cas de l'appareil d'Asus, la cover est livrée, ce qui n'est pas le cas de l'appareil de Microsoft. La Transformer 3 Pro se révèle donc une meilleure affaire que sa concurrente, à condition de ne pas être trop regardant sur la finition...

4 - Non pour son manque de finition

L'appareil est robuste et profite d'un design classe et épuré, ça, c'est plutôt un bon point. En revanche, il souffre d'une multitude de petits détails qui font penser qu'il s'agit là d'un produit pas vraiment fini. Sa béquille, par exemple, ne se referme pas tout à fait du premier coup (ou bien nous avons bénéficié d'un modèle déjà un peu usé lors de nos tests, ce qui n'augure rien de bon sur le long terme). Mais il y a plus gênant : quand le système de ventilation se déclenche ou que l'on est amené à bouger un peu trop la tablette, on entend comme un bruit de rasoir électrique. C'est en fait le ventirad, dont les pâles émettent un petit frottement. C'est désagréable au possible et à 1799 euros (somme qui correspond au modèle dont nous avons disposé pour nos tests), nous aurions aimé un produit vraiment irréprochable.

5 - Non, parce qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil

Si le produit d'Asus pouvait nous convaincre il y a deux ou trois ans, force est de constater qu'il manque aujourd'hui d'inventivité. La tablette sort beaucoup trop tard par rapport à la concurrence que représente la gamme de tablettes Surface. Dommage qu'Asus n'est pas faire preuve d'un peu plus d'esprit d'innovation, car on a vraiment l'impression de se retrouver face à une tablette Microsoft, certes un moins cher mais moins bien.

Loading...

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire