[Test] Zenfone 4 : faut-il craquer pour le smartphone milieu de gamme d'Asus ?

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs smartphones

5 raisons de craquer (ou pas) pour l’Asus Zenfone 4

Après un Zenfone 3 qui se positionnait entre l’entrée et le milieu de gamme l’an dernier, Asus frappe fort cet automne avec un Zenfone 4 positionné à 500 euros, au même niveau que le OnePlus 5. Doté d’un lecteur d’empreintes digitales, d’un port USB-C, d’un double capteur photo arrière et d’un écran de 5,5 pouces, l’appareil se veut relativement convaincant. Mais que vaut-il à l’usage ? Pour le savoir, la rédaction de Tom’s Guide l’a testé pour vous.

Oui pour son design

Si le design du Zenfone 3 pouvait paraître fouilli avec de nombreuses turgescences dans le dos, notamment avec son objectif en relief, ce n’est pas le cas du dernier smartphone d’Asus. Toute la surface du smartphone est lisse. Qu’il s’agisse du dos en verre, duquel le double capteur photo ne dépasse pas, ou de la face avant, elle aussi intégralement recouverte de verre. Seul le lecteur d’empreintes digitales, situé cette fois sous l’écran, vient ne s’intègre par complètement dans la surface en verre, même s’il n’est que très légèrement renfoncé.

Concernant les contours, Asus a choisi des rebords arrondis en aluminium qui ne sont pas sans rappeler ceux des iPhone 6 et 7. On notera par ailleurs que si l’on ne retrouve pas de bande pour les antennes au dos, elles sont présentes, mais discrètes, sur les rebords. Comme sur la plupart des smartphones Android, on retrouve sur la tranche droite les boutons de volume et de mise sous tension et sur la tranche gauche le slot pour carte nano SIM. À noter que le Zenfone 4 intègre un deuxième emplacement pouvant servir à augmenter le stockage de 64 Go grâce à une carte microSD, ou d’insérer une deuxième carte SIM. Enfin, on notera qu’Asus a fait le choix d’intégrer toutes ses prises, y compris la prise jack 3,5 mm, en bas du smartphone. On y retrouve ainsi la prise audio, la prise USB-C et le haut-parleur.

Dans l’ensemble, sans être particulièrement original dans son design, le Zenfone 4 d’Asus est un smartphone proposant de très bonnes finitions avec un dos en verre du plus bel effet qui ne prend pas trop les traces de doigts et des matériaux de qualité.

Oui et non pour ses appareils photo

Comme la plupart de ses concurrents en milieu et haut de gamme, Asus a fait le choix d’un double capteur photo arrière pour son Zenfone 4. Comme pour OnePlus, Apple ou Samsung, le double appareil photo permet d’avoir deux objectifs différents, un classique permettant de capturer des images à 83 degrés (équivalent 25 mm), et un grand-angle pour les clichés à 120 degrés (équivalent 12 mm).

Cependant, on regrettera que l’application photo d’Asus ne suive pas. Il faut nécessairement appuyer sur un bouton pour passer d’un capteur à l’autre, là où on aurait préféré simplement dézoomer, comme c’est le cas sur l’iPhone par exemple. Par ailleurs, il est impossible d’utiliser l’appareil photo grand-angle dans les applications tierces comme Instagram, Twitter ou Snapchat, et il faudra nécessairement enregistrer le cliché via l’application appareil photo avant de l’importer sur un autre service.

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs smartphones pour la photo

On remarquera que le grand-angle a tendance à largement déformer l’image, comme on peut le voir sur la photo de paysage ci-dessous. Sur les côtés, les lignes, censées être verticales, sont arrondies, comme si on avait utilisé un fish-eye. Une déformation qui n’apparaît pas sur le même cliché pris avec l’appareil photo principal. Celui-ci se veut d’ailleurs de bien meilleure qualité, avec une image plus contrastée, des lignes mieux définies et une meilleure gestion des couleurs.

L'objectif principal, équivalent 25 mmL'objectif principal, équivalent 25 mm

L'objectif grand-angle équivalent 12 mmL'objectif grand-angle équivalent 12 mm

Étrangement, il en va de même pour les selfies. L’appareil photo frontal ne semble pas prendre le même cliché selon s’il est utilisé par l’application photo ou via une application tierce. Dans l’exemple ci-dessous, la photo prise avec Instagram, à gauche, est ainsi bien plus bruitée et le contraste moins accentué. Un défaut qui s’accentue davantage en faible luminosité où il faudra nécessairement passer par l’application d’Asus pour prendre des clichés un tant soit peu lisibles.

La même photo prise dans l'application Instagram (gauche) et l'application Appareil photo (droite)La même photo prise dans l'application Instagram (gauche) et l'application Appareil photo (droite)

Dans l’ensemble, les photos prises par le capteur principal sont de bonne qualité, qu’il s’agisse des paysages, comme on a pu le voir, du mode macro, ou des photos en faible luminosité. L’appareil n’a pas trop de mal à faire la mise au point, est plutôt rapide et propose un bon traitement de la luminosité.

Le Zenfone 4 gère plutôt bien le mode macro (gauche) et très bien la faible luminosité (droite)Le Zenfone 4 gère plutôt bien le mode macro (gauche) et très bien la faible luminosité (droite)

Si l’on regrette la faible qualité de l’objectif grand-angle, ou la gestion étrange de la faible luminosité pour les selfies, le capteur principal du Zenfone 4 est quant à lui de bonne facture et vient rehausser grandement la qualité des photos du smartphone d’Asus.

Oui pour son écran

Le Zenfone 4 propose un écran relativement convaincant d’une diagonale de 5,5 pouces. Celui-ci affiche une définition Full HD, soit une résolution de 401 pixels par pouce (ppp). Si l’on est loin des 513 ppp du HTC U Ultra ou des 570 ppp du Samsung Galaxy S8, on rappellera qu’au-delà de 409 pixels par pouce, une personne avec une acuité visuelle excellente ne saurait faire la distinction entre deux pixels. À 401 pixels par pouce, le Zenfone 4 propose donc un écran d’une bonne résolution sans trop épuiser la batterie ou le chipset Snapdragon 630 qui l’équipe.

>>> Écrans de smartphones : ces pixels qui ne servent à rien

Par ailleurs, le Zenfone 4 propose un écran avec de larges angles de vue et une bonne lisibilité même en extérieur grâce à sa luminosité. Si l’affichage utilise la technologie LCD et non pas OLED, le contraste reste plus que convenable et les couleurs plutôt justes, quoiqu’un peu froides.

Il est cependant possible de régler l’affichage et la température des couleurs du Zenfone 4 en faisant un tour dans les paramètres d’affichage du smartphone, rubrique « couleur d’écran ». On peut ainsi sélectionner la température des couleurs, mais aussi la saturation ou la teinte de l’affichage. On notera par ailleurs que non seulement Asus propose un mode nuit, baptisé « filtre bleu », mais qu’il peut lui aussi être personnalisé dans ce même menu pour faire passer plus ou moins de lumière bleue.

En somme, le Zenfone 4 propose un écran de très bonne qualité. S’il n’en fait pas des tonnes, il reste convaincant aussi bien en matière de couleurs que de contraste et de lisibilité, et n’a rien à se reprocher.

Non pour son interface fouillie

À première vue, le Zenfone 4 propose une interface plutôt proche de celle d’Android en version Nexus ou Pixel. À l’exception des icônes d’applications, dont les angles sont arrondis, on retrouve par exemple l’écran Google Feed à gauche de l’écran d’accueil, qui affiche les derniers résultats sportifs, la météo ou des articles susceptibles de vous intéresser compte tenu de votre historique de navigation.

Cependant, c’est en se promenant dans les applications que la confusion arrive peu à peu. Qu’il s’agisse des jeux, du navigateur Internet ou de l’appareil photo, des petites bulles rondes viennent parfois vous solliciter l’œil alors que vous souhaitez simplement utiliser l’appareil. Il s’agit de différents services d’Asus servant respectivement à enregistrer vos parties (dans les jeux), sauvegarder des liens (dans la navigation) ou améliorer les selfies (dans l’appareil photo).

Si l’on comprend l’intérêt de ces services pour un usage de niche, par exemple pour bénéficier de la retouche « selfie master » au sein d’applications de photos tierces comme Instagram, ou pour diffuser ses parties de 2048 sur Twitch, on regrette que les icônes soient si intrusives. Dommage également qu’Asus intègre de force ses propres services quand des applications parfois plus performantes, comme Line Camera pour les selfies, ou Pocket pour la sauvegarde de liens, sont également disponibles sur le Play Store. On notera cependant que le bouton flottant peut être désactivé sur chacun de ces services, même s’il est activé par défaut.

Il en va de même pour plusieurs options présentes dans le smartphone, comme le bouton « puissance et optimisation »présent dans la barre de paramètres rapides, qui semble permettre de libérer la mémoire vive, sans qu’on sache réellement de quelle façon, ou le gestionnaire de démarrage qui permet de refuser le lancement de certaines applications au démarrage de l’appareil. Là encore, il s’agit d’options présentes dans l’appareil, mais dont l’usage ne parlera qu’aux utilisateurs les plus assidus et qui peuvent ressembler à une usine à gaz pour le grand public.

Non pour son prix

Finalement, le principal problème du Zenfone 4, c’est son positionnement tarifaire. Le smartphone propose des caractéristiques plutôt correctes pour un appareil milieu de gamme, mais souffre considérablement de la concurrence qui lui est proposée au tarif de 500 euros. Un smartphone en particulier vient ridiculiser l’appareil d’Asus, le OnePlus 5, vendu au même prix.

>>> Retrouvez le test du OnePlus 5

Si le smartphone d’Asus est doté d’un processeur milieu de gamme Snadragon 630 de Qualcomm, le modèle de OnePlus utilise le plus haut de gamme du constructeur, le Snapdragon 835. Une différence de performance qui se voit notamment dans les résultats de benchmark Sling Shot Extreme de 3D Mark ou GeekBench 4, où le OnePlus 5 dépasse de très loin le Zenfone 4.

Par ailleurs, outre la puissance du processeur, on notera que le smartphone de OnePlus dispose d’une autonomie sans pareil de près de deux jours, contre à peine 24 heures pour le Zenfone 4. Enfin, sur les points abordés précédemment aussi, le OnePlus s’en sort mieux pour son interface, inspirée de la version épurée d’Android ou son appareil photo, là aussi très performant.

Dans l’ensemble, le OnePlus 5 reste un bien meilleur appareil que le Zenfone 4, et ce n’est pas pour rien qu’il s’agit de l’un des meilleurs smartphones du moment, toutes gammes de prix confondues. À partir de là, difficile pour Asus d’échapper à une comparaison qui ne flatte par son smartphone, à moins de baisser le prix de son Zenfone 4.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire