Essential Phone (PH-1) : que vaut le premier smartphone du créateur d’Android ?

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs smartphones

Cinq raisons de craquer (ou pas) pour l’Essential Phone

Ces temps-ci, venir affronter Samsung et Apple demande beaucoup de cran, surtout pour une start-up. Il faut également tout autant de cran pour proposer un smartphone dont l’une des fonctionnalités principales est aussi brute que celle qu’on trouve sur l’Essential Phone.

Essential n’est pas le premier challenger venu non plus. Son fondateur et PDG, Andy Rubin, a participé à la création d’Android. De plus, l'entreprise compte également plusieurs anciens employés d'Apple et de Google dans ses rangs. Pour couronner le tout, différents investissements ont permis de valoriser Essential à plus d'un milliard de dollars. Essential ne se limite pas seulement à un smartphone, la société essaye aussi de construire un écosystème qui comprend un nouvel assistant intelligent qui vient se positionner en face de l'Echo Amazon et de Google Home.

Mais tout commence avec l’Essential Phone, un terminal doté d’un design époustouflant en titane, d’un écran bord à bord, et d’un système modulaire intelligent qui peut potentiellement surpasser les produits qui sont disponibles aujourd’hui. Le tout avec un généreux espace de stockage de 128 Go. Malheureusement, l'appareil photo déçoit et plusieurs bugs viennent ternir le tableau.

Oui, pour le design

L’Essential Phone est à la fois classique et moderne. Ses bords carrés nous rappellent les anciens iPhone, tandis que l'écran bord à bord s’inscrit dans la tendance actuelle. Ce téléphone est aussi très résistant grâce à sa coque en titane. Si l’on en croit le constructeur, elle résiste aux rayures, ne se déforme pas et ne se plie pas. La face arrière est en céramique, un matériaux là aussi résistant aux rayures, mais très sensible aux taches de doigts. En revanche, l’Essential Phone n'offre aucune résistance à l'eau.

L'arrière de l'appareil est également équipé de connecteurs magnétiques sur lesquels viennent s’accrocher les éléments modulaires de l'Essential Phone. La tranche inférieure accueille un port USB Type-C, mais il n’y a aucune prise jack pour brancher un casque audio. On peut également déplorer l'absence d’un emplacement pour une carte microSD, mais le téléphone dispose néanmoins de 128 Go de stockage interne.

Affichant un poids de 184 grammes environ, l’Essential Phone est relativement lourd avec son écran de 5,7 pouces. À titre de comparaison, le Samsung Galaxy S8 pèse 155 grammes malgré son écran de 5,8 pouces, même si ce dernier est plus étroit que celui de l’Essential Phone.

Nous avons pu tester la version Black Moon, mais d’autres couleurs sont disponibles  avec le blanc Pure White, le gris Stellar Gray et le bleu Ocean Depths qui devraient être disponibles prochainement.

Oui, pour l’écran bord à bord

L’écran de 5,71 pouces de l’Essential Phone est impressionnant. D’une définition QHD (2560 x 1321 pixels), il s’étend d’un bord à l’autre de l’appareil avec une bordure relativement fine sur la partie basse. En l’absence de bouton physique, il faut utiliser le lecteur d’empreintes digitales au dos de l’appareil pour le déverrouiller et les boutons Android virtuels sont affichés en bas de l’écran.

Seul défaut notable de ce design, le capteur de l’appareil photo frontal vient gâcher les lignes de la partie supérieure du smartphone. Ce n’est pas vraiment gênant quand on affiche une image sombre ou lorsque l’écran d’accueil est affiché. En revanche, il saute un peu aux yeux avec un fond blanc comme par exemple sur la boutique Google Play ou dans le navigateur Chrome.

L’écran s’est bien comporté durant nos tests, couvrant 159 % du spectre de couleurs sRVB, ce qui est impressionnant et supérieur au LG G6. En revanche les Galaxy S8 et OnePlus 5 restent devant. Nous avons apprécié les nuances qui sont affichées lors du visionnage de la bande-annonce de Thor Ragnarok par exemple, et notamment le rendu des cheveux blonds de Thor qui contrastent avec son uniforme chromé et gris brillant.

La colorimétrie de l'écran est également assez précise. En effet, il obtient un Delta-E de 0,28 qui est presque parfait. Pour mémoire plus la valeur est proche de 0 et meilleure est la fidélité des couleurs. Mais cela ne fait pas tout. S’agissant d'un écran LCD et non pas OLED, les noirs peuvent sembler tirer vers le gris, et le contraste n'était pas aussi bon.

Non, pour l’appareil photo

Grâce aux mises à jour logicielles et de firmware, il est possible d’améliorer l’appareil photo d’un smartphone. À ce titre, l’Essential Phone a déjà eu droit à plusieurs d’entre elles. Ceci étant, Essential aurait du s’abstenir de proposer un tel appareil photo au grand public.

>>> Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones pour la photo ?

Le double appareil photo de 13 mégapixels situé à l’arrière est équipé d’un objectif f/1,85 avec d’un côté un capteur couleur, et de l’autre un capteur monochrome. Il n’y a donc pas de zoom optique tel que ceux qu’on peut trouver sur le Galaxy Note 8 et sur l’iPhone 8 Plus. Quoi qu’il en soit Essential prétend que cette configuration permet de capter jusqu'à 200% de lumière en plus que les photophones classiques. Il est également possible de prendre des photos en noir et blanc. Le constructeur pourrait également proposer un mode portrait avec effet Bokeh mais cela reste à voir.

Lors d’un face à face en intérieur avec le Galaxy S8, l’Essential Phone a rencontré des difficultés importantes, en particulier en faible luminosité comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. L'image capturée par l’Essential est carrément floue et de piètre qualité comparée à celle prise par le S8. Il est également difficile de distinguer le grain de la table sur la photo de l’Essential Phone.

Pire encore, l'appareil photo est très lent aussi bien lors de la capture que lors de l’enregistrement des images. Il faut parfois jusqu’à trois secondes avant de prendre une autre photo. Une éternité.

L’Essential Phone fait mieux dans de bonnes conditions d’éclairage. Le S8 garde l’avantage sur la photo de tomates avec un meilleur contraste et des rouges un peu plus vifs. Sur une photo de fleurs, les détails sont riches dans les pétales violets. Toutefois avec le S8 les feuilles vertes sont plus brillantes et les noirs moins bouchés.

Malheureusement, alors que l'appareil photo de l’Essential Phone dispose d’un mode HDR, il est nécessaire de l'activer manuellement à chaque fois que vous ouvrez l'application photo. Le terminal ne garde pas le réglage en mémoire et on espère que cela sera corrigé rapidement.

En recadrant une photo de la statue de William H Seward, l'appareil photo du S8 se démarque une fois de plus avec un visage mieux défini. Ceci étant, les deux photos sont superbes lorsqu’elles sont à taille réelle.

Oui, pour la conception modulaire

Tout comme la gamme Moto Z, l’Essential Phone bénéficie d’une conception modulaire afin d’accueillir des accessoires optionnels, et leur intégration est bien plus réussie sur ce modèle haut de gamme. Par exemple, la caméra 360 d'Essential est beaucoup plus compacte que les coques aimantées qui sont proposées par Motorola et qui viennent se fixer à l'arrière de ses téléphones. L'accessoire d’Essential ne se fixe que sur la partie supérieure à l'arrière du téléphone, occupant environ un quart de l’espace.

Ce module est plus petit en partie parce que le transfert de données se fait via une sorte de port USB sans fil. Le connecteur se contente d’alimenter l’accessoire. De plus, la caméra d’Essential est même équipée d'un mini-ventilateur pour dissiper la chaleur.

Le vrai problème des modules d’Essential c’est qu’ils sont peu nombreux. À ce jour il faut se contenter de la caméra 360° alors que Motorola propose déjà une douzaine de Moto Mods qui vont de la partie au projecteur, en passant par le haut-parleur par exemple. Essential devra donc convaincre les développeurs pour étoffer son catalogue d’options, chose qui est tout sauf évidente pour une si petite entreprise.

Oui, pour les performances

L’Essential Phone est équipé d’un processeur Snapdragon 835 avec 4 Go de mémoire vive. Lors de nos tests, il s’est montré plutôt rapide. Nous avons pu l’essayer avec le jeu Asphalt 8, avant de visionner quelques bandes-annonces en streaming sur YouTube, pour enfin revenir jouer à Frontline Commando. Le tout sans ralentissement.

Cependant, nous avons parfois rencontré quelques bugs. Par exemple avec le jeu Injustice 2 qui est resté bloqué en mode portrait pendant un moment au lieu de s’afficher en mode paysage. Toutefois ce problème est peut-être lié à l’application elle-même. Plus gênant, l'application photo a planté nous obligeant à redémarrer le téléphone avant de pouvoir prendre des photos.

Avec Geekbench 4 qui mesure la performance globale, l’Essential Phone a obtenu 5 960 points. C'est moins que le Galaxy S8 (6295), ou que la version dotée de 8 Go de RAM du OnePlus 5 (6542). Le Moto Z2 Force fait mieux lui aussi avec un score de 6489 points.

L’Essential se rattrape sur la partie graphique avec un score de 40 748 avec Ice Storm Unlimited, soit mieux que le S8 (35 903), le S8+ (39 576) et le Z2 Force (39 807).

Credits photo : Shaun Lucas/Tom's Guide

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • pascal16
    Y a pas une erreur sur la photo de la statue ?
    La partie gauche est bien mieux définie, même si elle plus bruitée et avec une dynamique moindre.
    0