F-Secure Safe 2018 au banc d'essai

Née en 1988, la société finlandaise F-Secure fête ses 30 ans cette année. Présente sur le marché de la défense des entreprises comme sur celui de la protection du grand public, elle participe à de nombreuses enquêtes liées au cybercrime en Europe. Et son directeur de recherche, Mikko Hypponen, s’est rendu célèbre par ses conférences un peu partout et notamment au TED. L’antivirus est souvent bien noté par les différents laboratoires de tests, mais échoue fréquemment au pied du podium. Fidèle aux éditions précédentes, la suite 2018 n’arrive toujours pas à se démarquer. Car au final, F-Secure Safe 2018 se révèle minimaliste, robuste et conviviale, mais affiche un prix peu compétitif. Ses bonnes notes défensives, prouvent cependant que, chez F-Secure, simplicité rime toujours avec efficacité.

>> Antivirus : quelle est la meilleure suite de sécurité ?

Quoi de neuf en 2018 ?

La grande nouveauté de cette édition 2018 porte sur le contrôle parental désormais dénommé « accompagnement parental », qui s’appuie sur une console Web pour piloter les règles du foyer qui seront alors appliquées à tous les appareils des enfants (à condition que la protection F-Secure soit installée bien sûr). Pour le reste, F-Secure Safe 2018 reste très similaire à l’édition précédente. Et continue surtout d’en offrir trop peu face une concurrence qui intègre des outils plus avancés pour optimiser le PC et défendre la vie privée.

1 - Oui, pour sa simplicité

La simplicité est sans conteste la principale qualité de cette suite. Une fois installée, elle cherche à se faire oublier, agissant en silence et en tâche de fond pour défendre l’utilisateur contre les dangers d’Internet. Peu de paramètres et peu de fonctionnalités au menu, ce qui permet à l’utilisateur de la prendre en main instantanément et sans difficulté. Les fonctions clés sont bien exposées sur l’écran d’accueil, les paramétrages sont clairs et le tout se révèle sobre et élégant.
Cette simplicité s’explique aussi par le minimalisme de F-Secure Safe. La suite comporte essentiellement l’antimalware, le nouvel « accompagnement parental », une protection bancaire, une protection des navigations Web, l’accès aux protections Mac, Android et iOS. Et c’est à peu près tout ! Face aux méga suite Kaspersky, Avira ou BitDefender, ça fait bien peu.
Mais ce minimalisme a aussi ses atouts : la suite se montre légère et pèse peu sur les ressources de l’ordinateur. Aucun impact sensible ni aucun ralentissement ne sont à relever, même sur un PC peu puissant.

2 - Oui, pour son efficacité générale

Doté d’un scan parmi les plus réactifs du marché, F-Secure affiche surtout de bons scores dans tous les tests de défense contre les multiples formes de malwares et de menaces en lignes.
Incontestablement, la suite fait mieux que les défenses intégrées de Windows 10. Elle nous a d’ailleurs rendu un PC parfaitement sain et propre après l’ensemble des tests d’intrusion, d’infection et d’exécution de codes inconnus. Elle obtient même un sans-faute sur les ransomwares.
Ses bons résultats, la protection les doit à son module de défense comportementale DeepGuard qui s’est bien étoffé ces dernières années. On lui reprochera cependant un taux de faux positif légèrement supérieur à la moyenne. Mais la suite s’adresse à un large public et non aux experts qui utilisent des outils très peu connus. Dès lors, mieux vaut protéger efficacement l’utilisateur, quitte à bloquer quelques rares programmes totalement inconnus, mais pourtant inoffensifs.

3 - Oui, pour sa protection bancaire

D’une manière générale, F-Secure Safe s’est bien défendu face aux nombreuses menaces en lignes qui lui ont été soumises. Son antiphishing fait ainsi significativement mieux que ceux intégrés dans Edge ou dans Google Chrome. Cependant, cette protection manque toujours d’intelligence embarquée : elle n’a bloqué aucun de nos sites factices inconnus des bases internationales et des signatures de l’éditeur. F-Secure peut et doit progresser dans ce domaine, car les utilisateurs peuvent trop aisément se faire dérober leurs identifiants bancaires, Ameli, PayPal, Gmail, OneDrive, et iCloud.
En revanche on apprécie beaucoup sa capacité à défendre les sites de transactions en ligne et les sites bancaires souvent cibles de malwares spécifiques (Banking Trojans, Spywares, etc.), qui capturent les transactions et tentent de dérober des identifiants et des données. F-Secure propose une approche originale qui marche avec tous les navigateurs, y compris Microsoft Edge.
Lorsque vous visitez un site bancaire, un bandeau apparaît en haut de l’écran pour signaler que le mode « Protection bancaire » a été activé. D’une part, si le bandeau ne se déclenche pas, c’est probablement que vous n’êtes pas sur le site escompté, z, mais sur une version factice (Phishing). D’autre part, dans ce mode, la suite bloque toutes les connexions Internet actives, à l’exception de celles du site. Ainsi tout malware qui s’amuserait à jouer les « man in the middle » et à transférer des informations vers des cybercriminels se retrouve déconnecté d’Internet. Et les autres onglets ouverts sont momentanément remplacés par un écran indiquant que leurs contenus ne peuvent être affichés tant que la protection bancaire est active. Le principe est intelligent et efficace.

4 – Oui, pour les progrès du contrôle parental, mais…

Certes, F-Secure joue avec les mots, mais en choisissant de renommer le contrôle parental « accompagnement parental », il démontre une certaine volonté de faire d’abord de cette protection un outil pédagogique. Voilà qui va complètement dans le bon sens.
Malheureusement, si la volonté est louable, la concrétisation n’atteint pas tout à fait le but recherché. Signalons d’abord que ce contrôle parental qui n’assume pas son nom est en très nette amélioration. La précédente édition, limitée au seul PC, n’avait aucune utilité. La nouvelle édition permet de définir en ligne, via le navigateur Web, des profils pour chaque enfant qui seront ensuite appliqués sur tous les appareils utilisés par l’enfant qu’il s’agisse d’ordinateurs, de tablettes ou de smartphones (iOS & Android). La protection des enfants se pilote ainsi à distance sur tous les appareils depuis le navigateur Web d’un parent.
L’essentiel à nos yeux est donc assuré, mais les fonctionnalités sont encore trop minimalistes. Si F-Secure avait poussé sa réflexion jusqu’au bout, l'éditeur aurait dû intégrer une fonction qui permet non pas de bloquer les activités des enfants, mais juste d’avertir les parents. De même, on aurait aimé plus d’efficacités et d’options dans le contrôle des recherches et l’utilisation des mots clés. Bref, F-Secure est sur la bonne voie; mais il faudra beaucoup d’effort à l’éditeur pour imposer sa solution face à celles de Norton, Kaspersky ou Bitdefender.

5 – Oui, pour sa protection du foyer

F-Secure a donné davantage de carrure à ses protections Mac, Android et iOS. Dès lors, sa solution Safe prend davantage de sens. Elle se montre plus attractive et mieux adaptée à vraiment défendre le foyer. En outre, l’éditeur propose une ébauche de console en ligne centralisatrice : elle affiche l’ensemble des profils des enfants et l’ensemble des appareils protégés par F-Secure (ceux des parents comme ceux des enfants). D’un simple coup d’œil, on a connaissance des appareils protégés et de l’état de la protection. Et en un clic, la console permet de déployer la protection sur de nouveaux appareils.
Malheureusement, cette console reste encore trop limitée. On ne peut pas agir sur les protections à distance (hormis le contrôle parental et l’antivol mobile bien évidemment) pour déclencher un scan ou consulter un historique d’attaques. F-Secure devrait en la matière s’inspirer de Kaspersky et BitDefender qui proposent les meilleures consoles de pilotage du marché.
La protection iOS intègre un navigateur sécurisé, le contrôle parental, une protection bancaire et l’antivol (localisation et verrouillage à distance).
Comme on peut s’y attendre, la protection Android comporte toutes les fonctions de la version iOS (sauf qu’ici la protection des navigations s’étend à tous les navigateurs pas uniquement celui de la protection) auxquelles s’ajoutent un antimalware ainsi qu’un outil qui surveille, contrôle et vous alerte du niveau de confidentialité des apps installées. La solution fait donc le minimum, mais le fait bien.

6 - Non, parce qu’elle en offre trop peu pour le prix

À l’heure où les suites jouent la surenchère fonctionnelle en embarquant gestionnaire de mots de passe, optimiseurs PC, analyse réseaux, nettoyage des disques et autres fonctions plus ou moins utiles, F-Secure affiche un minimalisme singulier, se contentant des sécurités de base. Ce pourrait être une qualité, si le prix présentait lui aussi un minimalisme similaire.
À 59,95 € pour protéger seulement 3 postes, et 129,95 € pour en protéger 10, F-Secure Safe défend mal son rapport fonctionnalités/prix. Difficile de faire de l’ombre à Norton, BitDefender ou même Kaspersky avec un tel tarif. Surtout, F-Secure devrait s’inspirer d’Avira et Panda pour proposer une suite sous forme d’abonnement mensuel sans engagement.

Les autres versions

Nous avons ici testé Safe, mais l’éditeur propose deux autres variantes : un F-Secure « anti-virus » (29,95 € pour 1 PC) sans intérêt puisque Windows 10 est aussi bien protégé par défaut, et une offre « F-Secure Total » (79,99 € pour 3 appareils, 149,99 € pour 10 appareils) qui combine Safe avec le plutôt réussi et convivial VPN « Freedome » dont on apprécie les fonctionnalités anti-tracking et antipubs.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire