[Test] Honor View 10 : peut-il faire de l'ombre au OnePlus 5T ?

>>> Retrouvez notre guide d'achat smartphones

5 raisons de craquer (ou pas) pour le Honor View 10

Après un Honor 8 Pro très convaincant l’an passé, Honor a décidé de renouveler l’expérience, mais en changeant le nom de la gamme pour adopter la référence présente en Chine. Pas de Honor 9 Pro cette année, mais un Honor View 10, successeur du 8 Pro. En termes de design comme de caractéristique, il s’agit tout autant du successeur du Honor 8 Pro que d’une version plus abordable du Huawei Mate 10 Pro, l’un des meilleurs smartphones de fin 2017, dont il reprend le design comme le processeur et l’écran sans bordure. Mais que vaut à l’usage cet Honor View 10 ? Pour le savoir, la rédaction de Tom’s Guide l’a testé pour vous.

>>> Retrouvez le test du Huawei Mate 10 Pro

Oui pour son design

Après le Honor 7X, le View 10 est le deuxième appareil de la marque chinoise à arborer un grand écran sans bordure au ratio 18:9. D’une définition de 2160 pixels par 1080, celui-ci mesure 5,99 pouces de diagonale et occupe 78,6 % de la surface du smartphone. Un résultat très correct, même s’il ne s’approche pas des 83,6 % du Samsung Galaxy S8 par exemple.

Il faut dire que Honor a favorisé le lecteur d’empreintes digitales en façade, toujours placé en dessous de l’écran, à la manière du Huawei Mate 10 en version classique et non pas Pro. Un choix délaissé par la plupart des concurrents proposant des smartphones à écran borderless comme OnePlus, LG ou Samsung, qui intègrent le lecteur d’empreintes à l’arrière de l’appareil.

S’il s’agit d’un écran IPS LCD et non pas Amoled, on remarquera néanmoins que l’affichage du Honor View 10 est particulièrement bien contrasté. Le smartphone est très lisible même en extérieur avec une forte luminosité. Enfin, s’il a tendance à tirer sur les bleus, il est possible de modifier la colorimétrie dans les paramètres d’affichage du smartphone, tout comme de passer l’appareil en mode nuit.

Du côté des finitions, on appréciera la structure en aluminium bleu brossé sur l’arrière et les contours du smartphone. Il s’en dégage une impression de solidité. Sur la tranche droite vont se situer les touches de mise sous tension et de réglage du volume, tandis qu’à gauche on retrouve le tiroir pour les cartes nano-SIM et microSD. Enfin, c’est sur la tranche inférieure du smartphone que l’on va retrouver le haut-parleur, la prise audio jack 3,5 mm ainsi que la prise USB type-C. Si l’on apprécie l’intégration de l’USB-C plutôt que du micro-USB, on regrette néanmoins son angle très aigu, un peu tranchant, qui peut-être gênant lorsqu’on a l’habitude de tenir le smartphone dans sa main avec l’auriculaire sous la tranche inférieur de l’appareil. Autre problème, on regrette que les objectifs photo arrière du Honor View 10 dépassent autant de la structure du smartphone. On aurait préféré une meilleure intégration, même si celle-ci est plus un problème esthétique que d’usage.

Oui pour la surcouche EMUI 8.0

À l’instar du Huawei Mate 10 Pro dont il reprend nombre de caractéristiques, le Honor View 10 est livré de base avec la version 8.0 de la surcouche EMUI et Android 8.0 Oreo.

Comme toujours, l’interface proposée par Huawei peut être complexe au premier abord, mais propose de nombreuses options de personnalisation. Tout d’abord, si le smartphone ne propose par défaut pas de tiroir d’application, à la manière d’un iPhone, il est possible de l’activer dans les paramètres. Dès lors, vous retrouverez une interface Android classique, où seules les applications que vous aurez choisies seront affichées sur le bureau. Les paramètres rapides, en haut de l’écran de notification, sont également particulièrement complets, avec rien de moins que 18 paramètres activables d’une simple pression du doigt.

>>> Samsung, Sony, Huawei, LG... qui a la meilleure surcouche Android ?

On l’a vu par ailleurs, l’interface du Honor View 10 permet de modifier la colorimétrie de l’écran, mais également de choisir entre un mode couleurs vives et un mode couleurs normales. Le mode nuit, ici baptisé « repos des yeux » est également accessible aisément depuis les paramètres rapides, mais peut également être programmé à certaines plages horaires de manière à ne pas fatiguer vos yeux avant de vous coucher.

Enfin, une particularité distingue le View 10 des autres appareils de Huawei ou Honor. Compte tenu de la faible place en dessous de l’écran, le constructeur n’a pas intégré de boutons virtuels à côté du lecteur d’empreintes. Pourtant, par défaut, Honor n’a pas intégré de boutons de navigation au sein même de l’écran, préférant favoriser l’affichage pour les contenus.

En fait, le View 10 propose une autre interface de navigation basée sur le lecteur d’empreintes. Ainsi, une simple touche vous permettra de revenir en arrière, une touche longue de retrouver l’écran d’accueil, et un glissement vers la gauche ou la droite d’afficher l’écran multitâche. Malheureusement, à l’usage, cette navigation ne s’avère pas très intuitive. Même après plusieurs jours d’utilisation, on se surprend à appuyer rapidement sur le lecteur d’empreintes, espérant atterrir sur l’écran d’accueil, avant de réaliser qu’il s’agissait en fait du geste de retour. Heureusement, il est possible dans les paramètres de l'appareil de revenir à une navigation plus simple, avec les touches de navigations intégrées en bas de l'écran.

Oui pour les performances photo

Comme la plupart des smartphones Huawei et Honor, le View 10 est équipé d’un double capteur photo arrière. Le premier capteur permet ainsi de capturer des clichés monochromes de 20 mégapixels tandis que le second s’occupe des clichés RGB en 16 mégapixels. Une solution qui permet ainsi de capturer des clichés plus détaillés, mais également de zoomer en x2 en passant d’un capteur à l’autre tout en conservant des clichés de 16 mégapixels.

>>> Comparatif : quel est le meilleur smartphone pour la photo ?


Afin d’évaluer les performances photo du Honor View 10, nous avons pris plusieurs photos dans différentes conditions. Le premier cadre d’un paysage en extérieur nous a permis de tester la gestion de la lumière et des détails, mais également le zoom hybride x2. On peut le voir, dans un cas comme dans l’autre, la gestion de la lumière est particulièrement efficace. On apprécie d’autant plus les détails, particulièrement visibles avec le capteur 20 mégapixels. Sel léger regret, les bâtiments surexposés sur la photo de gauche.

Nous avons également capturé plusieurs clichés en faible luminosité. C’est généralement dans ce type de cadre, avec une faible luminosité, mais quelques lumières particulièrement intenses que les smartphones milieu de gamme souffrent le plus. Cependant, le Honor View 10 s’en sort là encore particulièrement bien, sans générer trop de halos autour des lumières des lampadaires et en restituant efficacement le reflet des lumières sur le sol mouillé. La gestion des contours, un peu artificielle en plein jour permet également d’ajouter plus de netteté à des clichés nocturnes qui sont généralement bien plus flous en l’absence de stabilisation.

Enfin, nous avons testé également le mode portrait du smartphone afin d’évaluer le flou d’arrière-plan générer par le View 10. Grâce au double capteur arrière, le smartphone est en effet capable de mettre en avant le visage d’un modèle. Tout comme pour le Mate 10 pro, des réglages sont proposés automatiquement grâce au processeur Kirin 970 qui repère qu’il s’agit d’un visage, mais il faudra cependant activer le mode à la main pour pousser véritablement le mode portrait et le flou d’arrière-plan. On peut le voir, le smartphone parvient convenablement à détourer les cheveux, même si le résultat est parfois plus compliqué, comme au niveau du menu, à gauche du visage, ou de la mèche sur le haut.

Oui et non pour sa puissance

La gamme Pro, puis View de Honor est systématiquement la première du constructeur à adopter les processeurs les plus récents de la maison-mère, Huawei, quelques mois après les Huawei Mate, et avant même les Huawei P. Concrètement, le Honor View 10 est donc le deuxième smartphone à être doté du récent processeur Kirin 970 de Huawei, après le Mate 10 Pro.

Pour rappel, le Kirin 970 se veut plus performant que le Kirin 960 qui équipait le Honor 9 ou le 8 Pro, mais se veut surtout l’un des premiers processeurs de smartphone dont une partie est dédiée à l’intelligence artificielle. Concrètement, cela signifie que les smartphones embarquent la puce sont capables d’utiliser l’intelligence artificielle en local, où vos données sont protégées, de manière plus rapide que pour des smartphones basés sur l’intelligence dans le cloud comme avec Alexa ou Google Assistant. Sur le papier, cette intelligence artificielle est censée pouvoir analyser votre comportement pour vous permettre d’ouvrir certaines applications plus rapidement, de reconnaître différents objets en photo pour fixer automatiquement les réglages. A l’usage cependant, un test d’une semaine ne permet pas au processeur d’accumuler suffisamment de données pour les traiter et permettre au View 10 d’assurer l’optimisation nécessaire, notamment concernant les gains en rapidité.

Afin d’évaluer les performances du Honor View 10, nous lui avons fait passer deux tests de benchmarks, Geekbench 4 pour mesurer la puissance de calcul, et 3DMark pour savoir comment il s’en sort dans les performances graphiques 3D, pour les jeux exigeants. Nous avons comparé ses résultats à ceux de quatre smartphones : le OnePlus 5T et le Samsung Galaxy A8, commercialisés au même tarif, le Huawei Mate 10 Pro, doté du même processeur, et le Honor 8 Pro, auquel il succède en guise de phablette chez Honor.


Geekbench 4 multicore
3DMark Sling Shot Extreme
Honor View 10 (Kirin 970)
6671
2961
Huawei Mate 10 Pro (Kirin 970)
6776
2929
OnePlus 5T (Snapdragon 835)
6739
3576
Samsung Galaxy A8 2018 (Exynos 7885)
4353
738
Honor 8 Pro (Kirin 960)
5434
1832

Logiquement, les résultats du Honor View 10 sont très proches de ceux du Mate 10 Pro, doté de la même puce Kirin 970. On peut le constater, le Honor View 10 s’en sort particulièrement bien en termes de puissance de calcul pure. Il faut dire que les puces Kirin de Huawei ont excellente réputation dans ce domaine. Les résultats sont plus laborieux cependant sur le test de 3D Mark Sling Shot Extreme pour les performances 3D. Si le smartphone n’a pas à rougir face au Honor 8 Pro ou au Galaxy A8 de Samsung, il fait pâle figure face au OnePlus 5T équipé du Snapdragon 835. Logique quand on sait qu’il s’agit jusqu’à présent de la puce la plus puissante pour faire tourner les jeux gourmands en ressources.

Du point de vue de l’autonomie, le Honor View 10 est là aussi plutôt efficace. Dans un usage modéré, avec un peu de jeu et de navigation au cours de la journée sans garder le smartphone allumé en permanence, nous avons pu utiliser l’appareil sans discontinuer pendant près de 36 heures d’affilée.

Oui et non pour son rapport qualité-prix

Il y a deux manières d’appréhender le Honor View 10. La première, c’est de voir ce qu’il a sous le capot et de constater qu’il a tout d’un Huwai Mate 10 Pro vendu à moitié prix. Le smartphone dispose d’un bel écran de grande diagonale avec un design sans bordure, d’un double capteur photo particulièrement efficace en faible luminosité et d’une puissance équivalente à celle du dernier haut de gamme de Huawei. Seulement, si le Mate 10 Pro a été commercialisé à 800 euros à son lancement, le View 10 est disponible au tarif de 499 euros. Autant dire qu’à ce tarif et pour ces performances, le Honor View 10 propose un excellent rapport qualité-prix.

La seconde manière d’évaluer le Honor View 10, c’est par rapport à la concurrence. Et force est de constater qu’elle est rude lorsque le smartphone est lancé au même tarif que le champion toutes catégories du rapport qualité-prix, le OnePlus 5T. Au même prix de 499 euros, le smartphone de OnePlus propose notamment un processeur bien plus puissant, mais également une bien meilleure autonomie et des photos du même accabit. A moins que l’on soit particulièrement réticent à acheter un smartphone de OnePlus, il y a finalement peu de raison de se pencher sur le View 10 plutôt que sur son concurrent.

>>> [Test] OnePlus 5T : on craque ou pas pour la nouvelle version du OnePlus 5 ?

Reste que le Honor View 10 n’a pas à rougir de son design, ses caractéristiques ou ses performances. Le segment du milieu-haut de gamme autour des 500 euros est particulièrement compétitif en raison du OnePlus 5T et s’il y a bien un smartphone qui réussit à se hisser à peu près à son niveau, c’est bien le View 10, au détriment du Galaxy A8 de Samsung.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire