[Test] HTC U12+ : bien trop moyen, beaucoup trop cher

>>> Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour le HTC U12+

Après trois smartphones haut de gamme lancés en 2017, les HTC U Ultra, U11 et U11 Plus, le constructeur taïwanais HTC a décidé de se concentrer sur un seul modèle cette année. Pas de HTC U12, mais directement un HTC U12 Plus pour signifier qu’il s’agit bien là du fleuron de la marque pour cette année. Charge donc pour ce nouveau modèle de faire face à lui tout seul, non seulement aux LG G7 ThinQ, au Xperia XZ2, mais surtout aux Samsung Galaxy S9, Huawei P20 Pro et OnePlus 6, des concurrents de taille. Pour savoir ce que vaut ce nouvel HTC U12+, la rédaction de Tom’s Guide l’a testé pour vous.

>>> Les meilleurs smartphones de 2018

Non pour son design

Sorti en fin d’année dernière, le HTC U11+ avait beau reprendre la tendance des écrans au format 18:9, il n’abandonnait pas pour autant les larges bordures en haut et en bas du smartphone. C’est désormais chose faite pour ce HTC U12+, du moins en partie.

En effet, pour un écran de même taille, le U12+ est moins long de deux millimètres et moins large d’un millimètre que son prédécesseur. On notera cependant qu’on est loin de la finesse des bordures du Samsung Galaxy S9 par exemple. Par ailleurs, HTC a décidé de ne pas suivre la mode des encoches sur les écrans. Un choix que certains apprécieront, mais qui a l’inconvénient d’occasionner des bordures d’autant plus épaisses en haut de l’appareil. Dommage également que le constructeur n’ait pas choisi de pousser l’écran plus bas sur la façade du smartphone. Surtout que le fabricant n’en a pas profité pour intégrer son lecteur d’empreintes en bas de l’écran, mais bel et bien au dos. En effet, alors que des smartphones avec encoche comme le Huawei P20 Pro disposent d’un écran occupant 82% de la surface, et que certains sans encoche, comme le Galaxy S9+, proposent des écrans recouvrant 84% de la façade, l’affichage du HTC U12+ ne recouvre que 80% du smartphone. Si des progrès ont été faits par rapport à l’an dernier, on regrette toutefois que HTC n’ait pas poussé encore plus loin.

Concernant les autres éléments, on notera que HTC a opté, comme la plupart des constructeurs, pour un dos en verre. Cependant, bien que ce matériau permette la recharge sans-fil, elle n’est pas proposée sur le U12+. Le dos du smartphone se veut par ailleurs particulièrement réfléchissant, avec un effet miroir et, comme corolaire, des traces de doigts particulièrement visibles. Si le HTC U12+ ne propose pas de recharge par induction, on appréciera cependant sa certification IP68 permettant de le plonger dans l’eau à plus d’un mètre de profondeur pendant de longues périodes.

Comme on l’indiquait précédemment, c’est au dos du smartphone que se trouve le lecteur d’empreintes digitales. Un choix que d’aucuns trouveront pratique pour déverrouiller l’appareil, mais qui freinera beaucoup de consommateurs en raison de l’impossibilité de déverrouiller rapidement le U12+ lorsqu’il est posé à plat sur son bureau. Toujours au dos, on retrouve le double capteur photo. En façade pour les selfies, c’est là aussi un double capteur qui se trouve au-dessus de l’affichage.

Pour les boutons, le HTC U12+ n’intègre pas de touches physiques pour la mise sous tension ou le volume, mais des boutons capables de ressentir la pression, situés sur la tranche droite. S’ils ne s’enfoncent pas lorsqu’on appuie dessus, ils restituent cependant des vibrations grâce à un moteur haptique. Dommage cependant qu’il faille appuyer si fort pour que le smartphone ressente l’appui. Enfin, du côté des prises, cela va très vite. HTC n’a pas intégré de prise audio jack, mais simplement une prise USB-C. Si le smartphone est livré avec des écouteurs USB-C avec annulation de bruit, on regrettera cependant que le constructeur n’ait pas prévu d’adaptateur mini-jack vers USB-C pour continuer à profiter de son propre casque filaire.

Oui pour son interface

Depuis quelques années, HTC est l’un des constructeurs dont l’interface se rapproche le plus de celle de base d’Android. Les menus sont ainsi agencés de la même façon que sur des smartphones Pixel ou Nexus, avec une bonne lisibilité. On retrouve par ailleurs un tiroir d’application qui peut être agencé avec les applis rangées par ordre personnalisé, alphabétique ou par ordre d’installation. Enfin, sur la gauche de l’écran d’accueil, on retrouve un écran Blinkfeed qui vous suggérera les dernières informations en fonction de votre centre d’intérêt. Malheureusement, on préfère toujours largement la version Google Now de Google, plus pertinente et moins chargée.

>>> Samsung, Sony, Huawei, LG... qui a la meilleure surcouche Android ?

Par ailleurs, le HTC U12+ reprend le système Edge Sense introduit avec le HTC U11 de l’an dernier. Ainsi, en appuyant sur les côtés du téléphone, on peut déclencher quelques fonctionnalités bienvenues. Ce sont ainsi trois gestes différents qui sont pris en compte par le HTC U12+. On peut paramétrer une action à lancer lorsqu’on effectue une pression courte sur le smartphone, une pression longue ou lorsqu’on tape deux fois sur le côté du smartphone. Parmi les actions à disposition des utilisateurs, on retrouve par exemple le lancement de l’application photo, l’activation du flash, l’enregistrement vocal, la capture d’écran ou le contrôle de la musique.

S’il est également possible de lancer n’importe quelle application, on notera cependant qu’il faudra déverrouiller le smartphone, comme c’était le cas sur le HTC U11. Si cette étape était handicapante sur le modèle de l’an dernier, perdant ainsi la rapidité du raccourci, elle l’est moins sur le U12+ qui bénéficie de la reconnaissance faciale. Ainsi, en appuyant sur le smartphone pour lancer une application, il va reconnaître votre visage puis lancer automatiquement l’application désirée. Un gain de temps plutôt pratique à l’usage.

Parmi les autres fonctionnalités intéressantes du HTC U12+, on retrouve toute une série de gestes permettant par exemple de taper deux fois sur l’écran pour le sortir de veille ou de déverrouiller directement le smartphone lorsqu’il est posé à plat écran éteint simplement en glissant son doigt vers le haut. HTC permet également de passer l’affichage en mode « une main » pour une utilisation simplifiée, ou en mode nuit. Enfin, il est possible de gérer la colorimétrie de l’écran en basculant de profil de couleur DCI-P3, plus saturé, à un profil « sRVB », plus neutre, mais également en modifiant la température des couleurs.

Dans l’ensemble, le HTC U12+ propose bon nombre de fonctionnalités, de gestes et de paramètres avancés pour les utilisateurs. Si le paramétrage peut être complexe vu le nombre d’utilisations possibles, une fois celui-ci effectué, cela rendra votre utilisation du smartphone plus agréable, fluide et intuitive.

Oui et non pour la qualité des photos

A l’heure où l’on retrouve des fiches de spécifications haut de gamme sur des smartphones vendus à moins de 600 euros, s’il reste un élément différenciant entre des appareils à 500 euros et d’autres à 900, c’est bien au niveau de la qualité photo. Il existe en effet un véritable écart entre les smartphones les plus abordables et les plus chers en matière de qualité d’image.

Lancé à 800 euros, le HTC U12+ se place donc en face des Samsung Galaxy S9 (859 euros) et Huawei P20 Pro (899 euros), deux smartphones parmi les plus efficaces en termes de prise de vue et de traitement de l’image. Disons-le d’emblée, le smartphone de HTC n’a pas à rougir de la comparaison.

>>> Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones pour la photo ?

Le smartphone est doté d’un double capteur photo à l’arrière. L’appareil principal permet d’enregistrer des clichés de 12 mégapixels avec une ouverture de f/1,8, tandis que le second, de 16 mégapixels, permet d’effectuer des zoom x2 avec une ouverture à f/2,6. Concrètement, comme la plupart des smartphones, le HTC U12+ s’en tire très bien en plein jour, lorsque la luminosité est optimale. Le mode HDR s’avère par ailleurs très efficace comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. Pour les utilisateurs qui préfèrent un rendu plus naturel, on remarquera que la dynamique reste très bonne même en désactivant le HDR, avec des zones d’ombre qui restent détaillées et un ciel qui n’apparaît pas brûlé.

C’est véritablement en faible luminosité que l’on va pouvoir distinguer un smartphone efficace en photo d’un autre, plus moyen. Globalement, le HTC U12+ s’en sort bien en basse lumière. Le smartphone parvient à capturer des images lumineuses et nettes. On notera cependant que les fortes sources de lumière, comme les éclairages publics, ont tendance à voiler l’image. Par ailleurs, le HTC U12+ n’est pas exempt d’un bruit numérique assez prononcé pour les scènes les plus sombres. C’est particulièrement le cas lorsqu’on utilise le second capteur pour le zoom x2. En basse lumière, la faible qualité des clichés donne l’impression d’avoir un zoom numérique et non pas optique. Dans l’ensemble cependant, le smartphone s’en tire plus que bien avec des couleurs respectées et une bonne gestion de la lumière.

Étrangement, c’est pour le mode portrait que le HTC U12+ va avoir davantage de mal. Si celui-ci ne pose aucun problème particulier en selfie, grâce au capteur de 8 mégapixels et au second, permettant de capturer davantage de lumière pour générer un flou d’arrière-plan. Les clichés sont plutôt réussis, malgré une teinte de peau virant un peu trop vers les rouges. C’est en fait avec le mode portrait de l’appareil photo principal que le HTC U12+ a davantage de mal. Le flou d’arrière-plan, ou effet Bokeh, ne peut être activé qu’en utilisant le second capteur, à partir de 50 cm de distance. Compte tenu de la moins bonne qualité de ce second appareil, et de l’ouverture plus faible de son objectif, on constate rapidement des zones floues et du bruit numérique dès lors que les photos ne sont pas prises avec une excellente luminosité. Un inconvénient qui, cumulé avec l’obligation de passer par le téléobjectif, rend le mode portrait plus contraignant qu’autre chose.

A gauche, le mode portrait avec l'appareil phot arrière. A droite, le mode portrait avec l'appareil photo frontalA gauche, le mode portrait avec l'appareil phot arrière. A droite, le mode portrait avec l'appareil photo frontal

Oui pour les performances

Comme la plupart des smartphones haut de gamme en 2018, le HTC U12+ embarque un processeur Snapdragon 845 de Qualcomm, l’un des plus puissants du marché. C’est le même processeur qui équipe notamment le OnePlus 6, le Sony Xperia XZ2 ou le LG G7 ThinQ. Aux côtés de cette puce, le smartphone de HTC intègre 6 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage. Une fiche technique qui devrait lui permettre de rivaliser avec les smartphones Android les plus performants du moment. A l’usage, le smartphone se révèle fluide, aussi bien dans la navigation que dans les jeux 3D, même les plus exigeants.

Afin de mesurer les performances du HTC U12+, nous l’avons soumis à deux benchmarks : 3DMark Slig Shot Exteme et Geekbench 4 Multicore. Le premier permet d’évaluer la puissance graphique du smartphone tandis que le second se concentre sur la puissance de calcul brute. Dans les deux cas, nous avons comparé les résultats avec ceux des principaux concurrents du HTC U12+ : le Samsung Galaxy S9+, l’iPhone X, le OnePlus 6 et le Huawei P20 Pro. Nous avons également intégré, pour référence, les résultats du HTC U11 de l’an dernier. Pour les deux applications de benchmark, plus le score est élevé, meilleurs sont les résultats.


Geekbench4 Multicore3DMark Sling Shot Extreme
HTC U12+ (Snapdragon 845)8492
4570
HTC U11 (Snapdragon 835)6461
3464
OnePlus 6 (Snapdragon 845)9022
4668
Samsung Galaxy S9 (Exynos 9810)8756
3236
Huawei P20 Pro (Kirin 970)6793
3009
iPhone X (A11)10357
2628

Bien que le HTC U12+ soit doté de la même puce que le OnePlus 6, le smartphone a du mal à atteindre les scores du constructeur chinois. Il nous a fallu ainsi plusieurs essais pour que le U12+ parvienne à dépasser les 4000 points sur 3DMark. Cet écart pourrait notamment s’expliquer par une moins bonne optimisation logicielle chez HTC ou, dans le cas de Geekbench, par une mémoire vive plus faible, de 6 Go contre 8 Go pour le OnePlus 6.

Le smartphone de HTC parvient cependant au niveau de ses principaux concurrents. Comme tous les smartphones du marché, il est largement distancé par les derniers iPhone en termes de puissance de calcul, mais reste clairement dans le haut du tableau. Et à vrai dire, c’est là la moindre des choses pour un smartphone commercialisé à plus de 800 euros.

Pour l’autonomie, le HTC U12+ s’en sort plutôt bien grâce à sa batterie de 3500 mAh. En l’utilisant comme smartphone principal et en alternant les photos, les jeux mobiles, la navigation sur les réseaux sociaux et des phases de veille, nous avons pu utiliser le smartphone de HTC pendant plus de 33 heures consécutives. Un résultat très convenable, qui rentre dans la moyenne des smartphones actuels.

Non pour le rapport qualité-prix

Avec un smartphone lancé à près de 800 euros, HTC ne semble pas avoir perdu ses mauvaises habitudes. Si le constructeur se félicite de ne pas atteindre les 900, voire les 1000 euros comme certains de ses concurrents, difficile de voir une véritable valeur ajoutée pour ce HTC U12+ et de trouver une raison de l’acheter en lieu et place d'un smartphone d’une autre marque.

Le U12+ a beau avoir un système de gestes bien pensé, des photos plutôt plaisantes en basse lumière ou de bonnes performances, c’est également le cas de tous les appareils concurrents. Par ailleurs, le P20 Pro de Huawei ou le S9+ de Samsung ont l’avantage de proposer un design nettement plus agréable, un mode portrait plus efficace en basse lumière, de véritables boutons sur lesquels on peut appuyer aisément, ou un système de recharge sans fil dans le cas de l’appareil de Samsung. On pourra cependant saluer la volonté de HTC de ne pas avoir cédé à la mode des encoches, mais là encore, difficile d’y voir un véritable avantage quand ces encoches peuvent facilement être masquées chez les concurrents, ou que le smartphone de Samsung offre un écran bien plus lisible.

En fait, plus que les smartphones haut de gamme, c’est du côté du milieu de gamme que le U12+ a du souci à se faire. Honor avec le Honor 10, Xiaomi avec le Mi Mix 2S ou OnePlus avec le OnePlus 6 proposent tous des smartphones aussi, voire plus puissants que celui de HTC, mais à un prix bien plus attractif. Coincé entre des smartphones haut de gamme mieux équipés et des appareils à l’excellent rapport qualité-prix vendus près de 300 euros moins cher, difficile de trouver une véritable raison de craquer pour le HTC U12+ plutôt que pour un de ses concurrents.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • ragixx69
    C'est fou que tous les journalistes crachent autant sur HTC pour des détails (selfie en faible luminosité, sérieux qui en a quelque chose à faire..., et un écran un peu moins borderless...) Pourtant HTC est la seule marque qui innove dans le smartphone avec des idées d'ergonomie uniques et très utiles quand les autres se contentent d'ia douteuses qui dégradent plus les photos qu'autre chose...

    Bref, je me demande ce qu'HTC vous a fait...et 800€ c'est bien loin des 900 du Huawei vous deconnez fort même si on est d'accord, c'est trop cher, mais avec un inscription gratuite sur le HTC club on passe à 728€, c'est quand même autre chose !
  • Griffoooo
    Anonymous a dit :
    C'est fou que tous les journalistes crachent autant sur HTC pour des détails (selfie en faible luminosité, sérieux qui en a quelque chose à faire..., et un écran un peu moins borderless...) Pourtant HTC est la seule marque qui innove dans le smartphone avec des idées d'ergonomie uniques et très utiles quand les autres se contentent d'ia douteuses qui dégradent plus les photos qu'autre chose...

    Bref, je me demande ce qu'HTC vous a fait...et 800€ c'est bien loin des 900 du Huawei vous deconnez fort même si on est d'accord, c'est trop cher, mais avec un inscription gratuite sur le HTC club on passe à 728€, c'est quand même autre chose !


    Pour le coup ça tombe mal, non seulement HTC ne m'a rien fait du tout, mais au contraire, j'ai eu, à titre personnel, cinq smartphones HTC différents de 2009 à 2014. Du Magic au One M7. Seulement, là où HTC innovait pendant ces années là, on a surtout l'impression qu'ils rajoutent des gimmicks chaque année depuis 2015. Oui, à l'usage Edge Sense est une idée d'ergonomie unique, même si le double tapotement fonctionne une fois sur deux. Mais les boutons physiques mais non mécaniques aussi mal implémentés sont clairement rédhibitoires. Comme souvent avec HTC depuis quelques années, ça tient plus de la fausse bonne idée que du concept qui va révolutionner l'ergonomie globale.

    Du moins à mon sens. Un test, aussi neutre soit-il, reste l'avis d'une seule personne en se basant le plus possible sur des données objectives.
  • LoStrano
    Anonymous a dit :
    C'est fou que tous les journalistes crachent autant sur HTC pour des détails (selfie en faible luminosité, sérieux qui en a quelque chose à faire..., et un écran un peu moins borderless...) Pourtant HTC est la seule marque qui innove dans le smartphone avec des idées d'ergonomie uniques et très utiles quand les autres se contentent d'ia douteuses qui dégradent plus les photos qu'autre chose...

    Bref, je me demande ce qu'HTC vous a fait...et 800€ c'est bien loin des 900 du Huawei vous deconnez fort même si on est d'accord, c'est trop cher, mais avec un inscription gratuite sur le HTC club on passe à 728€, c'est quand même autre chose !


    Pour la Belgique, après inscription (gratuite comme tu le dis bien) sur le HTC Club il est même à 719,10€.

    Ils répètent tous, sans aller plus loin, la même chose. Ce qui leur permet de cracher un peu, parce qu'aujourd'hui, c'est ce qu'Internet permet de faire facilement.

    Et chaque année c'est la même chose.
    L'année passée ils critiquaient aussi le U11 pour son prix affiché de base (759). Perso la semaine même de sa sortie à la Fnac (belge) sans abonnement je l'ai eu pour 680€. Un prix raisonnable en comparaison avec la concurrence qui a finalement un prix affiché et réel identique (ou presque, sauf si vous optez pour un abo).

    Alors ok, ils ne mentent pas en disant qu'il est à 799€ (en fait il est même à 809 en fait en France il me semble sans être inscrit au HTC Club). Mais ils ne précisent pas. Ils omettent. Peut-être tout simplement parce que tous... ne savent pas car tous ne creusent pas. D'ailleurs, ils se répètent tellement que je me demande qui plagie qui ?