[Test] Huawei Ascend G620s : faut-il craquer ?

Le géant chinois du smartphone Huawei, aussi connu pour ses équipements 4G déployés à travers le monde, est arrivé bien après la plupart des constructeurs sur le marché français. Pour se rattraper, la marque propose des appareils souvent bien conçus, au rapport qualité/prix souvent avantageux. C’est notamment le cas de l’Ascend G620s, lancé l’année dernière en fin d’année.

Les points forts

Une 4G rapide - En tant que spécialiste des infrastructures 4G, il aurait été surprenant de voir cet aspect bâclé sur un smartphone Huawei. L’Ascend G620s fait donc mieux que la plupart des appareils de sa gamme, on proposait un modem capable de supporter la 4G jusqu’à 150 Mbit/s. Ce n’est pas la vitesse maximale offerte par les opérateurs mobiles, qui se situe plutôt autour de 225 Mbit/s, mais c’est toujours mieux que les 100 Mbit/s de la concurrence.

Un bel écran - Les amateurs de grands écrans sont bien lotis sur le G620s. Huawei a placé un afficheur de 5 pouces, dont la définition n’a rien de ridicule, du 720p (1280 x 720). Dans cette gamme de prix, c’est parmi ce que l’on trouve de mieux. La résolution approche les 300 pixels par pouce, ce qui confère à l’affichage une finesse notable, de quoi profiter de ses contenus photo ou vidéos dans les meilleures conditions.

Les points faibles

L'interface constructeur - Huawei développe sa propre surcouche pour les téléphones sous Android : EmotionUI, raccourcis récemment à EMUI. La dernière version est plutôt réussie, nous l’avions découverte sur l’Ascend Mate 7. Mais sur le G620s, il faut se contenter de la 2.3, qui a pris un sérieux coup de vieux esthétique. Les icônes, les menus, les couleurs… Tout cela est vieillot et c’est d’autant plus dommage que le tout fonctionne sur Android Kitkat 4.4, qui sans être la dernière mouture de l’OS de Google, est une version tout à fait performante.

Des touches tactiles non rétroéclairées - Cela peut sembler être un détail, mais il est important de mémoriser le placement des touches tactile placé sous l’écran. Elles ne sont pas rétroéclairées, ce qui peut poser quelques problèmes lorsque l’on se trouve dans l’obscurité. Les habitués d’Android n’y verront pas trop de soucis, mais les néophytes pourraient rencontrer des difficultés à quitter une application ou faire un retour dans un menu.

Lire : Smartphone pas cher : quel téléphone choisir à moins de 200 euros ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire