[Test] iPad 2017 : faut-il craquer pour la tablette "low-cost" d'Apple ?

Fin mars, Apple lançait en toute discrétion un nouvel iPad de 9,7”. Plus puissant que l’iPad Air 2, il est aussi moins cher avec un prix de départ fixé à 409 € en 32 Go. Jamais on n’a vu tarif aussi bas pour une tablette Apple de cette taille

Avec lui, c’est la gamme iPad Air qui s’éteint. S’il remplace l’iPad Air 2 après trois ans de service, il n’en reprend pas la nomenclature. Apple le nomme sobrement iPad. On pourrait alors penser qu’il s’agit du pendant tablette du MacBook 12”, mais on a tôt fait de se rendre compte qu’il tient plus de l’iPhone SE.

Un constat qui n’est pas forcément à son détriment si l’on se réfère au succès et aux qualités de ce smartphone. Face à un prix alléchant et une fiche technique généreuse, faut-il pour autant craquer pour ce nouvel iPad ou lui préférer une version Pro, beaucoup plus chère ?

>>> Comparatif : quelles sont les meilleures tablettes ?

Non, parce qu’il a un vieil écran

Une fois en main, le nouvel iPad déplaît. Son écran n’est pas laminé, à savoir que sa dalle n’affleure pas sa protection en verre. S’en suit une sensation de manque de solidité. Lorsque l’on tapote sur l’écran, on entend une résonance. Pire, si l’on appuie un peu trop fort, ce sont les cristaux liquides qui forment un halo sous le doigt. Un effet que l’on n’avait pas vu depuis bien longtemps.

Pour être précis, c’est depuis l’iPad Air premier du nom qu’une telle dalle n’a pas été utilisée chez Apple. Un véritable retour en arrière qui est lourd de conséquences pour le design de ce nouvel iPad.

Malgré tout, l’affichage demeure exemplaire. La colorimétrie est juste  et la luminosité conséquente. Seul point noir, le contraste est freiné par l’écart qui sépare la dalle de son verre protecteur. Si Apple nous avait habitués depuis deux générations à des taux de réflexion records, ce nouvel iPad rebat les cartes dans le mauvais sens. Véritable nid à reflets, il ne sera pas évident à utiliser en extérieur.

Non, parce qu’il a un vieux design

Plutôt que de proposer un design novateur ou au moins continuer sur la lancée de l’iPad Air 2, l’absence d’écran laminé a obligé Apple à réutiliser la coque de l’iPad Air. Un choix malvenu.

Si la largeur et la longueur sont les mêmes que celles de l’iPad Air 2, le nouvel iPad est plus épais : 7,5 mm contre 6,1 mm auparavant. Mais c’est surtout sur la balance que la différence se fait sentir. De 437 g avec l’iPad Air 2 (version Wi-Fi), on passe à 469 g (471 g mesurés) sur le nouvel iPad (version Wi-Fi).

Le poids est l’ennemi des grandes tablettes. Lourdes, elles peuvent rapidement fatiguer les articulations des utilisateurs.

Oui, pour ses bonnes performances

Le nouvel iPad profite d’une configuration déjà bien connue puisqu’elle équipe déjà les iPhone 6s et l’iPhone SE. Il s’agit d’une puce A9 couplée à 2 Go de mémoire vive. Apple n’a pas daigné y installer son dernier processeur, l’A10 étant encore réservé à l’iPhone 7.

Néanmoins, on est tout de même en présence d’une machine survitaminée.  Pour éprouver théoriquement ses performances, nous avons lancé un benchmark, AnTuTu en l’occurrence. Le résultat est sans appel : 127942 points. Avec un tel score, il bat largement l’iPad Air 2 et sa puce A8x, lequel ne totalise que 98101 points. L’iPad mini 4 fait encore moins bien avec 81618 points.

Au-dessus de lui, et dans un mouchoir de poche, on ne trouve que les smartphones dont il partage la configuration. Le haut du tableau est bien évidemment dominé par les iPad Pro.

Pour vérifier cette valeur théorique, nous avons lancé quelques jeux, dont Asphalt 8 et XCOM Enenmy Unknown. Ces derniers n’avaient pas bronché lors de notre test de l’iPad mini 4. Le processeur du nouvel iPad étant encore plus puissant, il n’est pas étonnant qu’il s’en sorte haut la main. Même Implosion, bourré d’effets graphiques, passe sans aucun ralentissement.

Au final, si l’on écarte les iPad Pro, le nouvel iPad est la tablette Apple la plus puissante du marché. Comme quoi ça valait le coup de creuser un peu sous ses défauts esthétiques.

Oui, pour son autonomie

En recyclant la structure plus épaisse de l’iPad Air, Apple a pu revoir à la hausse la capacité de la batterie. Elle est désormais de 8827 mAh. En comparaison, celle de l’iPad Air était de 8600 mAh et de 7340 mAh pour l’iPad Air 2.

En pratique, le nouvel iPad 9,7” respecte les 10 heures d’autonomie clamées par Apple. Il parvient même à atteindre 11 heures en usage mixte. Là où il surprend, c’est en lecture vidéo. En streaming, il parvient à dépasser les 12 heures de lecture continue. Une belle prouesse que ne réalise aucun autre iPad, même ceux de la gamme Pro.

Oui, pour son tarif « agressif »

L’iPad constitue désormais l’entrée de gamme d’Apple. Au-dessus de lui, on trouve les iPad Pro. Pour référence, le moins cher d’entre eux, de même diagonale et de même capacité (32 Go), est affiché à 689 €, soit 280 € de plus que l’iPad 2017. Une différence tarifaire qui comprend un écran laminé, un design plus fin, mais aussi le processeur le plus rapide d’Apple à ce jour : l’A9X.

Néanmoins, la fiche technique de l’iPad est largement suffisante pour tous les usages actuels. On l’a vu, même les jeux les plus gourmands tournent sans sourciller. On a ainsi la sensation qu’Apple a souhaité adapter la recette de l’iPhone SE à sa tablette. Force est de constater que ça fonctionne à merveille. Face à un tarif aussi alléchant, on évince rapidement les quelques défauts de l’appareil.

>>> Faut-il craquer pour l’iPad Air 2 ?

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire