[Test] LG G Flex, dans la courbe des grands

Performances : du déjà vu et c’est tant mieux

Comme pour le design extérieur, la fiche technique du G Flex s’inspire très largement du G2. Et c’est une aubaine, puisqu’il s’agit tout simplement de ce qui se fait quasiment de mieux actuellement. Qualcomm s’occupe du processeur, un Snapdragon 800 à quatre cœurs cadencés à 2,26 GHz et accompagnés de 2 Go de mémoire. La partie graphique est gérée par l’Adreno 330, garantissant des jeux fluides en toute circonstance, surtout avec une résolution 720p.

Pour trouver des différences, il faut commencer par jeter un coup d’œil à la batterie. Compte tenu de la taille du G Flex, l’alimentation a dû être repensée. La division Chem de LG travaille depuis longtemps sur de nouvelles formes d’accumulateurs. En décembre dernier, les chercheurs ont annoncé avoir réussi à créer des batteries courbées, que l’on retrouve sur cette phablette. Il s’agit de la première fois qu’un appareil est équipé d’une telle technologie.

Mais ce n’est tout. La prouesse technique ne serait rien sans la performance qui va avec. Et sur ce point, le G Flex impressionne : 3 500 mAh soit tout simplement la capacité la plus importante à l’heure actuelle ! L’autonomie dépasse tout ce qu’il nous a été donné d’essayer.

Le capteur photo perd l’équilibre

Place au capteur photo. On pourrait penser qu’il s’agit du même, mais ce n’est pas tout à fait exact. Oui, il totalise 13 mégapixels comme le G2. Oui, le logiciel est identique. Mais il a oublié un détail majeur : le stabilisateur optique. Serait-ce la courbure de l’appareil qui empêche le dispositif d’être installé ? Quoi qu’il en soit, c’est fort dommage. Tant que la lumière ne vient pas à manquer, les performances sont similaires au G2. Mais dès que la nuit tombe, la donne change radicalement et les clichés sont alors sans commune mesure. Et nous ne parlons pas de la vidéo dans des conditions un tant soit peu « mouvementées », au résultat bien plus laborieux.

On regrette également que LG n’ait pas profité du gain en espace sur le châssis du téléphone pour y ajouter un petit lecteur de carte microSD. Reconnaissons qu’avec 32 Go de stockage intégré, les utilisateurs ont de la place, mais tout de même.

Verdict : Reprendre la fiche technique du G2 est une brillante idée pour garantir des performances de premier ordre au G Flex. Quel dommage que le capteur photo ait sacrifié son stabilisateur optique sur l’autel de la courbe. En contrepartie, le téléphone gagne une nouvelle batterie pliée à l’autonomie ahurissante.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire