[Test] Nintendo Labo : on a testé les jeux vidéo à monter soi-même

5 raisons de craquer (ou pas) pour Nintendo Labo

Annoncé en début d'année, Nintendo Labo est une véritable surprise venue de la firme de Kyoto. Entre outils de bricolage et mini-jeux destinés aux enfants, le concept repose sur des planches de carton à découper et plier pour en faire de véritables accessoires de jeu vidéo. Mais derrière l'annonce, que valent les jeux proposés ? Pour le savoir, la rédaction de Tom's Guide a testé pour vous les deux kits de Nintendo Labo, le Variety Kit comme le Robot Kit.

>>> Nintendo Switch : le top des trucs et astuces pour exploiter la console à 100%

Oui parce que ça rappelle les Legos

Tout le principe de Nintendo Labo réside dans ses boîtes en carton, livré avec la cartouche de jeux. Une trentaine sont livrées avec le pack de base, le Variety Kit, et une vingtaine avec le second pack, leRobot Kit.

Pour le Variety Kit, il vous suffit d’insérer la cartouche dans votre Switch pour avoir le choix entre l’assemblage de cinq modules : une petite voiture, permettant de comprendre les bases du pliage, puis une maison, une canne à pêche, un piano et une moto. À chaque fois, le principe est le même. L’écran de la Switch vous indiquera la couleur des planches en carton à récupérer, chaque objet étant indiqué via un code couleur, puis les figures à détacher soigneusement. La suite ressemble fortement à ce que l’on retrouve pour un mode d’emploi de Lego ou de montage de meuble Ikea, en mieux. L’écran vous indique étape par étape les différentes pliures à effectuer et comment assembler les blocs les uns dans les autres.

Le gros avantage de Nintendo Labo, par rapport au Lego ou à une notice de meubles à assembler, réside dans l’interactivité. Vous pouvez revenir en arrière à tout moment, vous pouvez changer d’angle, mais également zoomer ou vous déplacer dans le plan, le tout d’une manière particulièrement intuitive. Les instructions se veulent par ailleurs particulièrement efficaces. Attention cependant, après quelques modules répétitifs, de ne pas céder à un petit moment de folie en anticipant le pliage suivant. Revenir en arrière peut être parfois ardu, donc mieux vaut attendre de lire chaque instruction avant de les effectuer.

Enfin, une fois le module assemblé, rien n’égale le plaisir d’avoir pu construire un tel objet en trois dimensions de ses propres mains, le tout avec des planches en carton type pizza. À la manière d’un kit en Lego ou d’un meuble, on ressent inévitablement la satisfaction du travail bien fait.

Oui parce qu’il y en a pour des heures

Dans un jeu vidéo, la faible durée de vie peut-être un véritable problème. Pour certains, rien de plus frustrant que d’installer un jeu avant de réaliser que le gameplay est épuiséen quelques parties à peine. Heureusement, ce n’est pas le cas avec Nintendo Labo. Si les mini-jeux en eux-mêmes n’ont absolument rien de révolutionnaire, rappelant ainsi Wii Sport ou 1-2 Switch, c’est véritablement le montage des éléments qui va vous prendre des heures. On l’a dit et on le répète, Nintendo Labo est avant tout conçu pour les amateurs de montage. Si vous n’y prenez pas de plaisir, le concept n’est probablement pas fait pour vous car il faut bien 1h30 à 2h (voire 3 pour certains éléments) pour venir à bout de la construction de la plupart des objets. En cela, la voiture, premier kit à assembler proposé par la cartouche, est trompeuse. Assemblée en une dizaine de minutes, elle ne vous prépare en rien au piano dont le montage complet durera deux à trois heures au bas mot.

Heureusement, là aussi Nintendo a fait les choses proprement. L’éditeur vous précise à chaque fois la durée de montage estimée, avec une fourchette haute et une fourchette basse. Des estimations qui sont plutôt fidèles à ce que nous avons vécu en assemblant chacun des cinq éléments du Variety Kit

Non parce que les mini-jeux intégrés sont enfantins

La principale déception avec Nintendo Labo, du moins pour un adulte, vient du gameplay de chacun des cinq mini jeux intégrés au Variety Kit, une fois les modèles assemblés.

Pour la canne à pêche, il s’agit simplement de déplacer la canne et de mouliner pour faire remonter un poisson. Pour le piano, le but est simplement de jouer avec quelques sons loufoques en variant sur les sonorités grâce à plusieurs modules et boutons, à la manière d’un synthétiseur pour enfants. Pour la maison, on assemblera différents modules pour embêter un habitant. Quant au jeu de moto, on constatera rapidement ses limites tant en termes de contrôle que de sensation de vitesse.

En fait c’est là tout le problème du Variety Kit. Si l’assemblage pourra satisfaire les adultes, les jeux en eux-mêmes sont avant tout destinés aux enfants et s’approchent à peine de la qualité ludique d’un Wii Sport. Généralement, on va les essayer afin de tester les différentes mécaniques proposées dans les objets assemblées, mais sans y passer plus d’une dizaine de minutes tant les mécaniques de jeu sont redondantes.

On saluera tout de même l’ingéniosité dont a fait preuve Nintendo pour permettre de profiter autant des capacités des Joy-Cons, les manettes de la Switch. C’est véritablement grâce à elles que les différents jeux peuvent fonctionner. Si les mécaniques sont basiques sur la moto ou le moulinet, dans lesquels les Joy Cons se contentent de capturer les mouvements du guidon ou de la canne, ils sont bien plus évolués pour le piano ou la maison. Ce sont en effet les capteurs infrarouges des manettes qui sont mis à contribution pour analyser les mouvements des touches, auxquelles sont collées des bandes réfléchissantes. Il en va de même pour les modules, tous différents, que l’on peut ajouter aux parois de la maison. Au final, bien que les jeux soient enfantins, c’est une véritable démonstration technologique que propose la firme de Kyoto avec son Variety Kit, bien plus encore qu’avec 1-2 Switch.

Oui parce qu’on peut sortir des usages prévus par Nintendo

Une fois chacun des cinq objets du Variety Kit assemblé, Nintendo Labo vous proposera de découvrir comment jouer avec. C’est alors que vous pourrez découvrir les mini-jeux, plutôt décevants dans l’ensemble.

Cependant, si vous prenez le temps de naviguer dans les rubriques « jouer » et « découvrir » de la cartouche, vous pourrez en apprendre bien plus sur les différents jeux. Pour la maison par exemple, la rubrique de découverte vous permettra de vous familiariser avec les différentes manettes et la façon dont elles fonctionnent, mais aussi d’éventuellement en fabriquer vous-même.

Le piano en est un excellent exemple. Si la partie jeu classique du piano est avant tout destinée aux enfants, vous pouvez également ouvrir un véritable studio d’enregistrement. Nintendo Labo intègre en effet un séquenceur huit pistes. De quoi offrir à chacun la possibilité d’enregistrer des morceaux. Ce mode d’enregistrement se veut plutôt complet, avec non seulement les boutons qui se transforment alors en molette de volume ou de réverbération et un système de cartes lues par le Joy Con qui vont permettre d’intégrer des séquences de batterie ou de modifier la sonorité des sons joués au piano, à la manière d’un synthétiseur. On pourra également modifier les octaves ou supprimer des pistes à l’aide de la manette à gauche, ou gérer le rythme avec le Joy Con gauche. Si la plupart des objets sont assez répétitifs pour les adultes une fois l’assemblage passé, le piano est la véritable exception, permettant des phases de créations sonores assez poussées.

C’est également le cas avec le mode « Atelier Toy-Con », présent dans la partie « Découvrir ». Il s’agit en fait d’une interface de programmation relativement basique vous permettant de créer des entrées et des sorties pour imaginer un programme. Ainsi, vous pouvez choisir de faire vibrer le Joy-Con gauche si vous appuyez sur le stick du Joy-Con droit, ou d’émettre des infrarouges si vous secouez un des Joy-Con. En soi, le concept est relativement simple, mais en poussant l’idée et à l’aide de bouts de carton, il est ainsi possible de concevoir ses propres jeux Nintendo Labo, ou même des instruments de musique. Nintendo propose quelques idées dans le jeu, mais il s’agit là d’un véritable outil créatif mis à disposition des développeurs, ou même pour faire comprendre les bases du développement à des enfants.

Oui parce que le jeu de robot est vraiment addictif

Nintendo Labo est commercialisé en deux kits complètement distincts. Si le premier, le Variety Kit, est vraiment conçu de mini-jeux avec des bases de développement, le second, le Robot Kit, se veut nettement plus ludique.

Ce Kit vous propose d’assembler un costume de robot avec un pack dorsal, un casque muni d’une visière et quatre manettes pour contrôler les mouvements du robot, une pour chaque membre. Une fois le costume assemblé, vous serez invité à détruire le plus d’éléments possible dans une ville virtuelle en vous déplaçant et en donnant des coups de poing, voire en vous transformant en tank (à condition de s'accroupir). Les contrôles fonctionnent étonnamment bien grâce au Joy-Con, situé à l’arrière du pack dorsal, qui va repérer les mouvements de chacun de vos membres. Si le jeu en tant que tel n’apporte pas grand-chose, il se veut avant tout une démonstration des possibilités techniques du kit. On constate ainsi que l’on peut passer de la vue à la troisième personne à une vue FPS simplement en abaissant la visière du casque. Le jeu devient alors un ersatz de réalité virtuelle.

C’est véritablement dans les autres modes de jeu que le Robot Kit prend toute son envergure. Il est possible de modifier les sons des différents mouvements à l’aide du « robot-studio », de changer les coloris de votre méca dans le garage ou, surtout, de se lancer dans plusieurs missions contre des soucoupes volantes dans le mode « défi ». À chaque nouvelle mission réussie, vous débloquerez de nouvelles attaques ou fonctionnalités de votre avatar pour le rendre de plus en plus puissant. On notera également la présence d’un mode « calories », pour se dépenser, et d’un mode « duel », pour affronter un ami également muni du même kit.

Nintendo Labo - Toy-Con 02 : kit Robot

Si la plupart des mini-jeux du Variety Kit sont répétitifs avec un gameplay basique, le Robot Kit se veut un peu plus intéressant. Sans forcément atteindre la profondeur de jeu d’un véritable FPS, il a au moins le mérite d’offrir plusieurs éléments de gameplay et saura ravir les enfants au-delà de la première dizaine de minutes de découverte.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire