[Test] Panasonic LUMIX FZ1000 : le bridge qui filme en 4K

Après la sortie il y a plusieurs mois du Sony RX10, le poids lourd du segment des bridges qu’est Panasonic se devait de réagir sous peine de se voir rapidement distancé. Le Lumix FZ 1000 propose donc un concept alternatif au boitier de Sony, tout en tentant de marcher sur les plates bandes des appareils reflex. Voyons si ce bridge audacieux a les moyens de ses ambitions.

Lors de la prise en main, c’est le volume imposant de l’appareil qui interpelle immédiatement. Exit l’impératif prioritaire de miniaturisation. Ici, c’est la recherche qualitative et la versatilité qui ont été privilégiées, et si le poids de l’ensemble est très proche de celui du RX10 (environ 830g avec carte et batterie), sa taille (137(l)x 99(h)x131(e)mm) est assez nettement supérieure à celle de son concurrent. La tenue en main est logiquement assez confortable et un revêtement caoutchouc assure une bonne préhension tout autour de la poignée et sur l’emplacement prévu pour le pouce sur la face arrière.

Cet encombrement est la contrepartie de l’association d’une importante amplitude focale associée à un capteur de grande taille (pour un bridge). Le zoom affiche en effet une polyvalence équivalente à 25-400mm en 24x36 pour une ouverture glissante de 2,8-4. Le capteur est doté de dimensions de 8,8x13,2mm, soit un pouce de diagonale.

La visée est très bien assurée par un viseur électronique de haute résolution (2 359 000 points) très proche de celui du GH4. Il est doté d’un contraste plaisant et d’un grossissement confortable de x0,7. Même s’il jouit globalement des mêmes avantages et des mêmes défauts que ses congénères par rapport à un viseur optique, il est assez peu bruité et peu sensible au ralentissement en conditions de faible luminosité.

L'appareil est épaulé d'un écran orientable de 7,6 cm de diagonale doté d’une définition de 921.000 points. Le seul reproche qu’on peut lui adresser est son caractère non tactile. C’est d’autant plus étonnant que Panasonic a largement diffusé cette technologie sur une grande partie de sa gamme, et notamment sur des modèles moins ambitieux.

L’autonomie de la batterie est assez bonne (environ 300 vues et quelques minutes de vidéo), néanmoins les utilisateurs assidus auront du mal à se passer d’un second accu. Il faut souligner la présence d’un chargeur autonome, accessoire dont le concurrent Sony a choisi de priver les packs d’origine de beaucoup trop de ses boitiers afin de vendre un maximum d’accessoires.

Comme le veut la coutume, le petit flash intégré sera très utile pour déboucher certaines scènes, même si sa puissance modeste ne vous permettra pas réellement d’éclairer une scène un peu large.

Un petit reproche pour finir : la carte mémoire loge dans le même compartiment que la batterie dont l’ouverture sera fastidieuse dans le cadre d’une utilisation sur pied. C’est dommage, car vu le volume de l’ensemble, elle aurait pu bénéficier d’un logement latéral spécifique.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire