Enceinte Bluetooth : test de la Philips Fidelio P9X

Si Philips a décliné sa marque Fidelio sur la plupart de ses produits audio, son enceinte Fidelio P9X n’a pourtant rien à voir avec des produits home cinema comme l’ensemble 5.1 déportable Fidelio E5, bien plus petit budget oblige.

Design et prise en main

En termes de format, l’enceinte P9X de Philips se présente sous la forme d’une barre assez fine, mais plutôt haute. Elle est également assez longue avec près de 29 centimètres de longueur pour 12 centimètres de hauteur et 6 centimètres de longueur. Le total s’avère cependant assez imposant avec un poids total de 1,2 kg.

Ce poids assez lourd léger s’explique principalement par le format imposant de l’enceinte, mais aussi par les matériaux utilisés par Philips pour son enceinte. La Fidelio P9X est en effet constituée essentiellement de matériaux considérés comme riches comme l’aluminium, qui recouvre l’avant et l’arrière sous forme de grille ou de bois sur les côtés. Enfin, sur le dessus de l’enceinte, les boutons adoptent malheureusement une matière plastique matte qui détonne avec la qualité de l’ensemble. Ces boutons justement sont au nombre de quatre : les contrôles de volume, le bouton d’allumage et le bouton pour passer l’enceinte en muet. À leurs côtés se situent également deux voyants : l’un indiquant l’autonomie restante et l’autre l’appairage Bluetooth.

Sur le côté droit de l’enceinte se situe par ailleurs l’emplacement de la puce NFC pour connecter un appareil compatible, mais aussi une prise USB servant à recharger un appareil tierce grâce à la batterie de la P9X. Sur le côté gauche, ce sont les prises jack pour une source filaire et la prise secteur qui sont présentes. Enfin, à l’arrière, on retrouve un pied permettant d’incliner l’enceinte.

Malgré l’usage, somme toute limité du plastique pour les boutons, la Fidelio P9X de Philips est un bel objet. Quoiqu’un peu imposantes, ses dimensions et ses matériaux lui donnent un air solide et laissent présager du meilleur quant à la qualité sonore.

Simplicité d’utilisation

Le moins que l’on puisse dire c’est que la Fidelio P9X de Philips ne regorge pas de fonctionnalités inédites en comparaison de ses principales concurrentes.

L’appairage Bluetooth à un smartphone ou une tablette peut se faire via le tag NFC de l’enceinte, situé sur le côté droit. Il faut cependant avoir au préalable appuyé sur le bouton d’allumage au sommet de la P9X. On regrette ainsi que l’appairage ne se fasse pas automatiquement et qu’il ne serve finalement qu’à éviter de sélectionner l’enceinte dans la liste des appareils Bluetooth sur son smartphone ou sa tablette. En effet, même lorsque le Bluetooth est éteint sur les enceintes de la plupart des autres constructeurs, il est possible de s’associer automatiquement en déposant son smartphone sur le tag NFC. Dommage également de ne pas avoir un bouton dédié uniquement à l’appairage Bluetooth et qu’il ne puisse se faire qu’à l’allumage de l’enceinte.

Au niveau de la lecture audio, la P9X de Philips ne propose pas de modes supplémentaires que la lecture classique et n’offre donc pas d’effets surround activables via une touche dédiée. En cas d’appel téléphonique, impossible de répondre depuis l’enceinte, c’est alors votre smartphone qu’il faudra récupérer à la main. Dommage par exemple qu’elle ne propose pas simplement une sonnerie pour alerter l’utilisateur, mais se contente de couper la musique en cours de lecture. Il est en revanche possible de modifier le volume de lecture de la musique grâce aux deux boutons intégrés ou à celui permettant de passer l’enceinte en muet. Impossible en revanche de mettre la lecture en pause ou de changer de piste. En cas de connexion filaire, c’est toujours la source en Bluetooth qui prendra le pas. Pour que l’enceinte joue la musique venant d’une source filaire, il faut en effet déconnecter votre appareil en Bluetooth. 

Seule originalité de la Fidelio P9X de Philips, le voyant indiquant l’autonomie. Celui-ci est composé de quatre LED qui indiquent l’autonomie restante de l’enceinte. Si elles sont la plupart du temps éteintes, elles s’allument automatiquement lorsque l’utilisateur pose la main sur l’enceinte. Un système rendu possible grâce à la conduction induite par la grille métallique et qui fonctionne même lorsque l’enceinte est éteinte.
La Fidelio P9X nous a toutefois impressionnés sur l’une de ses caractéristiques : l’autonomie. En écoute à volume sonore important, l’enceinte a tenu pendant 15 heures, soit deux fois plus longtemps que la plupart des enceintes concurrentes.

Qualité sonore

Avec un format assez imposant, on pouvait attendre une qualité sonore à la hauteur pour la Fidelio P9X. Autant le dire d’emblée, ce n’est pas vraiment le cas.

Si, par son format, l’enceinte de Philips propose deux haut-parleurs assez espacés, cette caractéristique n’est pas sans influence sur le rendu sonore et notamment sur la stéréo. En effet, même à un mètre de l’enceinte, on arrive à distinguer assez facilement la différence entre le canal gauche et le canal droit d’un titre musical.

Dans l’ensemble, le spectre sonore de la Fidelio P9X propose un son résolument orienté vers les médiums. Si les basses sont assez présentes, l’enceinte oublie en revanche les aigus. On apprécie le décodage du codec aptX, mais le son délivré s’avère assez voilé.

Enfin, la Fidelio P9X est assez appréciable pour sa puissance. L’enceinte offre en effet deux haut-parleurs de 10 Watts chacun pour un total de 20 Watts. Une puissance qui tient la route puisqu’on a observé très peu de saturation et uniquement au volume maximal.

Si la Fidelio P9X de Philips réserve quelques bonnes surprises, on la recommandera néanmoins essentiellement pour les fans de musique pop, rock, électro ou hip-hop. Elle s’avère en effet assez décevante sur de la musique classique ou du jazz.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire