[Test] Razer Phone : que vaut le premier smartphone dédié aux gamers ?

>>> Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones ?

Cinq raisons de craquer (ou pas) pour le Razer Phone

Depuis que nous suivons Razer, l’entreprise n’a eu de cesse de nous surprendre, proposant des produits dans des domaines dans lesquels on ne l’attendait pas, et avec succès. Nous n’avons donc pas été étonnés de voir arriver le Razer Phone. Celui-ci bénéficie d’une fiche technique impressionnante avec des composants étonnants, et notamment 8 Go de RAM et les haut-parleurs parmi les meilleurs que nous ayons pu entendre sur un smartphone. Mais c’est surtout l’écran Ultramotion de 120 Hz qui sort du lot, une première sur un smartphone, et de quoi grandement améliorer l’expérience de jeu. Toutefois l’autonomie de la batterie du Razer Phone, et la qualité des photos produites, sont loin derrière les références du marché aujourd’hui.

Oui et non, pour l’écran

Disons-le d’emblée, on en attendait un peu plus de l'écran Sharp IGZO de 5,7 pouces en QHD (2560 x 1440 pixels) qui équipe le téléphone de Razer. Certes les couleurs sont riches, mais il est handicapé par un rétro éclairage trop terne. Il suffit de comparer la bande-annonce de Pacific Rim 2 sur un Samsung Galaxy S8+ avec sa dalle Super AMOLED pour voir immédiatement la différence. Sur le Razer Phone les bleus sont ternes et délavés par exemple.

De plus, les bords de l’écran sont relativement larges alors que la tendance est aux modèles bord à bord. Heureusement, le Razer Phone s’illustre par sa capacité à reproduire 126% de l’espace colorimétrique sRVB, soit plus que les 123% de l'iPhone 8 Plus par exemple. Néanmoins, cela reste inférieur à la moyenne des smartphones qui s’établit à 156%, et plus particulièrement au Pixel 2 XL (130%), au Galaxy S8 (183%) et au OnePlus 5 (220%).

Nous avons également été déçus par la luminosité de l’écran du Razer Phone qui se limite à 310 nits seulement quand la moyenne est de 448 nits. Les OnePlus 5, Galaxy S8 et Pixel 2 XL sont tous équipés d’écrans plus lumineux avec respectivement 384, 437 et 438 nits.

Cependant, le Razer Phone se devait de proposer une innovation à destination des gamers. C’est chose faite avec l’Ultramotion, une technologie d’affichage propriétaire qui bénéficie d’un taux de rafraichissement de 120 Hz, une première mondiale sur smartphone. À l’instar de la technologie G-Sync de Nvidia, Ultramotion synchronise le taux de rafraichissement de l’écran avec celui de la carte graphique. En résulte un affichage plus fluide des effets graphiques avec pratiquement aucun lag.

Oui, pour ses capacités

On s’y attendait en regardant sa fiche technique et le Razer Phone le confirme dans la pratique, c’est un smartphone qui délivre des performances impressionnantes. Aucun ralentissement n’est à déplorer même en gardant YouTube et Twitch en arrière-plan tout en ayant cinq onglets d’ouverts dans Google Chrome. Et la fluidité reste de mise même en lançant le jeu Asphalt : Storm.

Le Razer Phone surpasse tous ses concurrents sous Android avec son processeur Snapdragon 835 et ses 8 Go de RAM. Sur Geekbench 4 qui mesure les performances synthétiques globales, il obtient un score de 6 685, soit bien au-dessus de la moyenne qui s’établit à 4 186. Armés du même processeur, les OnePlus 5, Pixel 2 XL et Galaxy S8 ont obtenu respectivement 6 542, 6 282 et 6 124. L’iPhone 8 Plus et son processeur A11 Bionic fait bande à part avec un score stratosphérique de 10 472.

Comme prévu le Razer Phone s’illustre également avec sa partie graphique. Il obtient 41 526 points au benchmark 3DMark Ice Storm Unlimited, explosant littéralement la moyenne de 21 385. Le OnePlus 5 n’est pas loin derrière avec 39 576, suivi par le Galaxy S8 avec 35 903. Et une fois de plus l’iPhone 8 Plus met tout le monde d’accord avec son score de 64 412.

Dans la pratique, en jouant à Dead Trigger 2, le Razer Phone n’est pas descendu sous les 62 fps avec un maximum de 74 fps. A comparer aux 55 fps et un maximum de 63 fps du Galaxy S8+. Dans les deux cas, le jeu s’avère parfaitement fluide, mais les détails sont plus nets avec le Razer Phone. Même constat avec Asphalt Street Storm dans lequel les reflets du soleil sur la carrosserie de la voiture sont plus réalistes que sur le smartphone de Samsung. Et là encore le Razer Phone affiche de 55 à 68 fps contre 52 à 62 fps pour le Galaxy S8+.

Malgré son châssis en aluminium, le Razer Phone n’est pas trop sujet à la chaleur. Cette dernière est dissipée via un caloduc et une protection thermique qui l’acheminent vers l’extérieur. En jouant à Dead Trigger 2 pendant 30 minutes, la face arrière du téléphone chauffe, mais sans que cela soit désagréable à la longue. Armé d’une sonde thermique nous avons mesuré une température de 32,8 degrés, soit juste en dessous de notre seuil de confort de 35 degrés.

Oui, pour les haut-parleurs

Le Razer Phone est équipé des meilleurs haut-parleurs qu’on ait pu entendre sur un smartphone. Et de loin. Les haut-parleurs à l'avant du terminal sont très puissants non sans conserver le design des ordinateurs portables de la marque dont elle reprend la grille de protection. Chaque enceinte possède son propre amplificateur et si cela ne suffisait pas, le téléphone bénéficie également du logiciel Dolby Atmos qui est pré installé pour bénéficier d’un son à 360°.

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, ce smartphone sonne bien mieux que la plupart des laptops. Pour s’en rendre compte il suffit de lancer Spotify et d’écouter un morceau tel que « Find A Way » de A Tribe Called Quest. La musique envahit la pièce sans distorsion notable malgré le volume élevé, et avec des voix qui restent bien claires. Pour ne rien gâcher, les graves ne sont pas en reste, faisant d’ailleurs preuve d’une certaine subtilité. Ainsi, sur un morceau chargé en basses comme « Drug Dealers Anonymous » de Pusha T et Jay-Z, on profite d’un bel équilibre.

Le Razer Phone est également certifié THX, chose dont on profite uniquement via l’écoute au casque. Dommage que le constructeur fasse l’impasse sur une prise jack standard. Pourtant avec ses 0,3 pouce d’épaisseur, il y avait de la place pour l’intégrer dans le Razer Phone plutôt que de s’encombrer avec un adaptateur (qui est fourni). Certes on pourra utiliser un casque Bluetooth, mais on perd alors le bénéfice du THX. On aurait préféré ne pas avoir à choisir entre une expérience audio optimale et la recharge du terminal.

Quoi qu’il en soit, avec ou sans adaptateur casque, les jeux vidéo n’ont jamais aussi bien sonné. Les effets sonores impressionnent et donnent une nouvelle dimension au jeu sur mobile.

Non, pour l’appareil photo

Le Razer Phone est équipé d’un double appareil photo tel que celui qui équipe l'iPhone 8 Plus. Mais avant de vous imaginer jouer avec le mode Portrait ou les divers effets studio, sachez qu’ils n’offrent aucune fonctionnalité avancée. Il faut donc simplement se contenter du zoom optique offert par le second objectif. Razer a même omis de proposer un bouton dédié pour ce dernier. Il faut donc pincer pour zoomer et essayer de deviner à quel moment on dispose du 2x.

>>> Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones pour la photo ?

L’exposition et le contraste sont réglables, mais il n’y a aucun mode pro pour débrayer l’appareil photo et modifier certains paramètres tels que l’ISO ou la balance de blancs. Le HDR est au rendez-vous, mais l’appareil demande alors deux à trois secondes avant de prendre une photo lorsque ce mode est activé. Une éternité, surtout avec les sujets qui se déplacent et des photos qui finissent par toutes être floues.

Nous avons comparé l’appareil photo du Razer Phone à celui du Galaxy S8+ et ce dernier s’est montré bien supérieur.

Sur le cliché ci-dessus, le Razer Phone restitue des couleurs qui sont plus colorées que celles du smartphone de Samsung qui paraissent un poil délavées. Toutefois ce dernier restitue mieux les détails comme les minuscules fissures dans la peinture, ou encore les creux du mur en briques.

Il en va de même avec cette autre photo prise en lumière naturelle. Le Razer Phone s’adapte mieux à l’éclairage avec des couleurs plus réalistes, mais le Galaxy S8+ restitue mieux les détails les plus fins, notamment les cheveux. Le grain est également mieux géré quand on zoome dans l’image.

En revanche le Razer Phone est à la peine en basse luminosité. En diminuant éclairage l’appareil photo fait la mise au point sur un visage et il lui faut deux à trois secondes avant de déclencher la prise de vue. En résulte une photo qui manque de détails avec un bruit marqué et des couleurs qui sont délavées. Le Galaxy S8+ s’en sort beaucoup mieux.

Le capteur frontal de huit mégapixels a également du mal à s’adapter à l’éclairage avec une légère teinte verte qui dénature la couleur des images. Le Galaxy S8+ restitue mieux le teint de peau.

Les capteurs à l’avant et à l’arrière du Razer Phone peuvent enregistrer des vidéos en 4K, mais pas de miracle ici non plus. Le Razer restitue mieux les couleurs que le Galaxy S8+, mais ce dernier capture plus de détails. En revanche les deux terminaux font jeu égal avec une stabilisation d’image qui est efficace.

Non, pour l’autonomie de la batterie

Avec sa batterie de 4 000 mAh, le Razer Phone est l’un des mieux dotés en la matière. Ce qui ne lui est pas d’une grande aide lors de notre test d’autonomie. Après avoir surfé sur Internet en 4G avec la luminosité de l’écran réglée à 150 nits, le smartphone s’est éteint après 9 heures et 30 minutes. C’est proche de la moyenne des smartphones que nous avons testés qui est de 9h41. En réglant le taux de rafraichissement à 60 Hz au lieu des 90 Hz par défaut, on atteint alors 10h35 d’autonomie de la batterie.

>>> Smartphones : quels sont les meilleurs téléphones en autonomie ?

Néanmoins l’iPhone 8 Plus affichait 11h16 tandis que le Galaxy S8 a rendu l’âme au bout de 10h39. Les Pixel 2 XL et OnePlus 5 font encore mieux avec respectivement 12h09 et 13h06.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire