[Test] Sony Xperia Z2 : le multimédia avant tout

Un design qui évolue, sans jamais vraiment changer

Si l’on peut reprocher à certaines marques d’abuser du plastique sur ses appareils, ce n’est pas le cas de Sony. Le constructeur japonais prend soin de proposer des matériaux de qualité, qui flattent l’œil autant que la main lorsqu’on les tient. La coque est composée d’un mélange de verre et d’aluminium à priori robuste. Seulement, l’ensemble est relativement imposant : épais, le smartphone est surtout très grand avec beaucoup d’espace perdu sur la face avant. Le poids s’en ressent, avec 163 grammes, mais les possesseurs de Z1 y verront un petit progrès, ce dernier affichant 170 grammes sur la balance !

Dans un encombrement équivalent, l’écran parvient à être plus grand que son prédécesseur, avec 5,2 pouces contre 5. La dalle est de type IPS avec un rétroéclairage à LED, offrant des angles de visions confortables, une fidélité impressionnante des couleurs et une luminosité qui en met plein les yeux. La définition Full HD participe largement à la sensation de qualité qui s’en dégage. Tout ceci mis bout à bout donne une résolution de 424 pixels par pouce, soit une valeur dans la moyenne haute. En découle une précision dans l’affichage quasi irréprochable.

L'étanchéité, sa botte secrète

Là où le premier Xperia Z avait su tirer son épingle du jeu, c’est en étant totalement étanche, une particularité reprise depuis par la concurrence, le Galaxy S5 par exemple. L’idée est partie d’un constat, une grande partie des retours SAV étant consécutifs au contact avec un liquide. Le Z2 conserve cet atout, certifié IP 58, c’est à dire résistant à une immersion d’un mètre sous l’eau pendant 30 minutes. La bonne nouvelle, c’est que Sony a encore simplifié la mise en place de la protection. L’étanchéité est assurée grâce à des petits caches hermétiques qui se chargent de recouvrir les ports microSD ou USB. Ils sont au nombre de deux, contre trois sur la précédente génération. Attention toutefois, nous avons remarqué lors de nos tests qu’en cas de chute, les capots ont la fâcheuse tendance à s’ouvrir.

Sous l’eau, faute de contrôles tactiles fonctionnels, un bouton sur la tranche de l’appareil permet de prendre des clichés en toute tranquillité. Sur le même côté, on retrouve l’immanquable touche d’alimentation, ronde et toujours aussi jolie.

VerdictTout en conservant l’aspect atypique de son téléphone, Sony est parvenu à encore l’améliorer. Le très bel écran est plus grand sans sacrifier la prise en main, déjà délicate, du Z1 et l’étanchéité, l’une de ses principales qualités, est toujours de la partie avec un système simplifié.
Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
Commenter depuis le forum