The Defenders : que vaut la série Netflix avec plein de super-héros Marvel dedans ?

Avant toute chose, signalons que cet article a été rédigé après avoir visionné les quatre premiers épisodes de la série. Netflix ne livrant pas les quatre autres à la presse, nous lui attribuerons une note définitive lors de la diffusion des derniers épisodes. Mais après avoir visionné la moitié de la saison, nous sommes quand même en mesure de nous faire une idée de l’intérêt de la série.

Après nous avoir présenté tous ses super-héros au travers de séries éponymes (Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage et Iron Fist), Netflix a décidé de réunir tout ce petit monde dans un seul et même programme : The Defenders. Car, après tout, ils évoluent tous dans la ville, mais à part Luke Cage et Jessica Jones, ils ne s’étaient jamais rencontrés. Alors, pourquoi ne pas les réunir à l’écran et faire plaisir à l’ensemble des fans, peu importe qu’ils préfèrent tel ou tel personnage du moment que tout le monde y trouve son compte ?

5 raisons de regarder Marvel’s The Defenders

Les super-héros Marvel et dont les histoires sont diffusées sur Netflix se sont enfin donné rendez-vous dans The Defenders. La série ne compte que huit épisodes, contrairement aux autres séries qui en recensent généralement treize, mais c’est une rencontre au sommet qui s’annonce. Non seulement parce qu’après deux ans de diffusion, tous les personnages font enfin équipe, mais aussi parce qu’ils vont devoir face à un nouvel ennemi surpuissant nommé Alexandra et incarné par Sigourney Weaver. S’il y a une chose qu’on ne peut pas reprocher à Netflix, c’est bien de mettre les petits plats dans les grands et d’assurer ses arrières au niveau du casting.

Mais une telle débauche de personnalités, un tel rassemblement de super-héros vaut-il vraiment le coup ? Ou la série n’est-elle finalement qu’un gros prétexte pour Netflix de faire de l’audience ? Faut-il regarder The Defenders qui sera diffusé dans son intégralité à partir du 18 août ? Réponse ici même.

1 – oui, parce (presque) tous les personnages sont géniaux

Enfin ! Jessica Jones, Daredevil et Luke Cage sont enfin de retour, et c’est plutôt une excellente nouvelle ! Passons sur Iron Fist, sur lequel nous reviendrons plus tard, et réjouissons-nous enfin de retrouver tous ces super-héros sur le petit écran. Que leur est-il arrivé depuis ? Jessica Jones est toujours détective privée et a gardé son sale caractère. Matt Murdock a raccroché son costume et Luke Cage sort de prison. Et avec eux, on revoit tous les personnages secondaires de leur série respective : Stick, Elektra, Colleen Wing, Claire Temple, Trish Walker, Jeri Hogarth, etc. Si certains sont surtout là le temps d’une apparition, d’autres jouent un rôle fondamental dans cette première saison. Et tout le monde s'en sort bien : la sauce prend plutôt bien, les dialogues font mouche (surtout quand Jessica Jones est dans les parages) et la série monte en puissance au fil des épisodes.

2 – non, parce qu’Iron Fist est toujours aussi pathétique

Le pauvre Finn Jones, qui incarne Iron Fist, risque encore d’en prendre pour son grade à la sortie de la série. Car Netflix a tenté de donner encore plus d’importance au personnage que dans sa propre série, faisant de lui un élément central de l’intrigue et de la tentative de La Main se commettre ses méfaits.
Comme dans la série Iron Fist, le personnage peine vraiment à convaincre. Marvel a cependant trouvé un moyen comme un autre de réduire le ridicule de ses altercations, notamment en le faisant combattre… dans le noir ! Plutôt pratique ! Et quand il n’est pas plongé dans l’obscurité, il use de son poing d’acier (pas de chorégraphie à apprendre dans ses moments là, donc). Le reste du temps, Iron Fist passe son temps à méditer ou à s’interroger sur le bien-fondé de son retour à New York. Ce n'est guère intéressant, ça manque de punch et de profondeur. Iron Fist est finalement le personnage dispensable de la série, mais ça, on s'y attendait un peu.

3 – non, pour le premier épisode

Le premier épisode d’une série TV sert souvent de mise en place et il ne s’y passe généralement pas grand-chose. Et c’est le cas de The Defenders. Il pose bien évidemment les bases de la série, mais avaient-elles réellement besoin d’être posées puisqu’on connaît déjà tous les personnages et leurs mésaventures ? Bref, durant tout l’épisode, on s’ennuie ferme. Seules les deux dernières minutes viennent raviver l'intérêt, mais il faut persévérer jusque là.

4 – oui, parce que Sigourney Weaver est vraiment machiavélique

Netflix s'est trouvé une méchante à la hauteur en la personne d'Alexandra, incarnée par Sigourney Weaver. L'actrice campe une chef d'organisation perfide, sans état d'âme, et pourtant fragile. Le choix de l'actrice est judicieux : celle que l'on a connue sous les traits d'Ellen Ripley (dans Alien) campe une super-vilaine de premier choix. Netflix s'est trouvé là une méchante dont on se souviendra longtemps, à l'instar d'un Kilgrave dans Jessica Jones ou d'un Caïd dans Daredevil.

5 – oui et non, parce que c’est trop court

Comme annoncé en préambule de cet article, nous n’avons pu voir que les 4 premiers épisodes. De quoi nous faire une idée de la série, mais peut-être pas d’émettre un choix vraiment définitif quant à son intérêt. En revanche, il est un élément que l’on peut d’ores et déjà anticiper : huit épisodes, cela risque d’être vraiment trop court. On aimerait en voir plus. Certains vous diront que la brièveté de la série permet d'éviter les épisodes bouche-trous, comme dans Luke Cage. C'est peut-être un point positif, mais on a peur de rester sur sa faim au terme des huit épisodes.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire