Wiko View 2 : que vaut le smartphone 19:9 à la française?

Comme à son habitude, le constructeur marseillais s’oriente vers des tarifs agressifs. Comptez 199,99 € pour le premier et 299,99 € pour le second. Des prix somme toute plutôt idylliques pour des appareils très en phase avec leur temps, côté design tout du moins.

Bien évidemment, après la photo sur papier glacé, il faut tout de même voir un peu plus loin afin de voir de quoi il en retourne en pratique.  Un exercice de test d’autant plus important que le premier View sorti à l’automne 2017 n’avait pas les épaules nécessaires pour faire face à la concurrence chinoise moins avare en prestations à prix similaire.

Manque de puissance, photo à la traîne et écran moyen, le View 2 parvient-il à corriger les erreurs de son aîné ?

>>> Quels sont les meilleurs smartphones à moins de 200 € ?

Oui, pour le design

Fier d’annoncer le View en septembre 2017, Wiko a su se retourner rapidement après la sortie de l’iPhone X. L’écran doit des bords toujours plus minces, quitte à y laisser une encoche quelque peu disgracieuse. C’est le cas sur le View 2 qui lorgne d’ailleurs plutôt du côté de l’Essential Phone avec une encoche très fine n’embarquant que l’APN de façade. Les autres capteurs sont quant à eux dissimulés dans la fine tranche supérieure de l’appareil. Une bonne idée puisqu’au final, le design général n’en est que plus épuré et l’utilisateur bénéficie d’une plus large surface utilisable.

View 2View 2Visuellement, le View 2 est réussi, surtout dans sa gamme tarifaire. Cependant, lorsqu’on le détaille, on s’aperçoit que les finitions sont un peu chiches. Si l’avant est protégé par une dalle Gorilla Glass, l’arrière est en plastique, un plastique translucide pour imiter le verre. Ce dernier ne manque pas d’accrocher la moindre rayure et bien évidemment les traces de doigts. De plus, son lien avec le cerclage n’est pas ténu. Ils sont disjoints par un espace qui est un nid à poussière.

Heureusement, les défauts physiques de ce Wiko View 2 s’arrêtent là. Ses boutons sont bien placés sur la tranche droite et son capteur biométrique, placé au centre de son dos, tombe bien sous l’index. Reste le capteur photo arrière qui ne parvient pas à affleurer la coque et dépasse donc d’un peu plus d’un millimètre.

View 2View 2

Oui et non, pour son écran

C’est bel et bien la clé de voute du View 2. Son grand écran de 6 pouces occupe près de 80% de la face avant, un véritable régal pour les yeux. Wiko fait fi du 18:9 et passe ici au 19:9, un ratio qui l'oblige à céder à l’encoche qui est désormais devenue la norme.

Néanmoins, une fois cette première impression passée, il faut tenir compte des réglages d’usine de la dalle qui ne sont pas idéaux. Une colorimétrie froide et un contraste perfectible. Seule la luminosité le tire vers le haut. Elle est suffisamment puissante pour permettre l’utilisation du View 2 en plein soleil.

Côté réactivité, en revanche, on repassera. On s’en aperçoit en utilisant le clavier avec lequel on a tôt fait de manquer des caractères en tapant trop vite. Un symptôme qui relève peut-être aussi des faibles performances de la configuration proposée ici par Wiko.

View 2View 2

Non, pour les performances

Si Wiko remplit bien son cahier des charges concernant le design, il peine à convaincre avec la configuration du View 2. En son sein bat un Snapdragon 435, un vieux processeur d’entrée de gamme qui traîne ses guêtres depuis plus de deux ans. Un manque de modernité certain qui choque lorsqu’on voit Xiaomi sortir son Redmi Note 5 au même prix avec un Snapdragon 636 beaucoup plus puissant et sorti en novembre dernier. De plus, il profite des dernières innovations de Qualcomm à commencer par le Bluetooth5, le QuickCharge 5 et une vitesse 4G quadruplée.

En somme, dès le papier le View 2 est battu à plate couture. Une estimation qui est confirmée avec les différents benchmarks que l’on a pu faire tourner dessus : 329 points sur 3DMark, 2614 points sur Geekbench, 59459 points sur Antutu. C’est simple, il est moins bon que des Galaxy Note 4, OnePlus 2 et dépasse à peine le Redmi Note 3.

>>> Xiaomi Redmi Note 5 : un smartphone à moins de 200 € qui a tout d'un grand

View 2View 2Coup de chance, ce manque cruel de performances ne se ressent que peu à l’usage. Concernant les applications, elles se lancent toutes sans problème. Même les gros jeux fonctionnent dessus, mais en qualité dégradée. Nous l’avons soumis à Asphalt 8 et PUBG. Jeu de course, le premier montre un aliasing prononcé sur ses textures, mais reste plutôt fluide (quelques baisses de framerate sont à noter). Dans PUBG, la qualité graphique est automatiquement placée sur faible. Le jeu est alors très laid, mais opérationnel.

View 2 : Asphalt XtremeView 2 : Asphalt XtremeView 2 : PUBGView 2 : PUBG

Non, pour la photo

Le plus souvent les smartphones d’entrée de gamme se débrouillent en photo lorsqu’un certain nombre de conditions sont réunies et en particulier si la luminosité extérieure est suffisante. C’est le cas du View 2. Son objectif arrière de 13 mégapixels ne fait pas de miracle, mais fournit des clichés corrects pour peu que l’on ne zoome pas trop sur les détails. En revanche, il faut prendre son mal en patience puisqu’il est particulièrement lent au traitement des clichés, ce qui oblige à attendre entre chaque prise de vue.

Lorsque la lumière baisse, le View 2 perd tous ses moyens. Il est bien doté d’un « mode nuit », lequel se déclenche automatiquement, mais il ne parvient pas à nous éviter la soupe de pixels. Suffisant pour saisir un moment, à oublier pour de la photo d’art.

View 2View 2View 2View 2

Oui pour l’autonomie

Voici l’atout sur lequel on n’attendait pas ce smartphone. Sa batterie de 3000 mAh est loin d’être inefficace. Sans exceller, elle se tient dans la moyenne des smartphones actuels offrant plus d’une journée et demie d’autonomie en utilisation classique (mail, surf, streaming, appels, SMS). Pour confirmer notre test, Geekbench lui attribue 2360 points et le classe en « Medium ».

View 2View 2

Et le View 2 Pro ?

Wiko ne se contente pas d’un View 2, la version Pro vient lui prêter main-forte avec des éléments améliorés. Pour 100 € de plus, on a droit à un processeur un peu plus véloce (un Snapdragon 450, de juin 2017), 4 Go de RAM contre 3 Go pour le View 2, un cerclage en aluminium et un double capteur photo à l’arrière. Ces deux dernières caractéristiques sont les seules permettant de différencier les deux appareils d’extérieur.

View 2 et View 2 ProView 2 et View 2 Pro
Testé en parallèle du View 2, le Pro ne s’est pas montré beaucoup plus performant. On ressent assez peu son gain de puissance, PUBG demeurant avec des graphismes en niveau faible, par exemple. Geekbench le classe au-dessus du Galaxy S7 (version Snapdragon 820) et en dessous du OnePlus 3 avec un score de 3909 points.

View 2 Pro : Asphalt XtremeView 2 Pro : Asphalt Xtreme
En photo, il parvient à remonter le niveau comparé au View 2. Son double capteur arrière (16 mégapixels et 8 mégapixels avec fonction grand-angle) est mieux calibré et offre des clichés à la colorimétrie juste. En basse lumière, il réussit également à sortir des photos plus exploitables. Néanmoins, lorsque l’on utilise son grand-angle, on a droit à un bruit trop prononcé. Dommage.

View 2 ProView 2 ProView 2 ProView 2 Pro

View 2 Pro : grand-angleView 2 Pro : grand-angle
L’autonomie est, quant à elle, aussi bonne, voire meilleure, que celle du View 2 bien qu’ils partagent le même accumulateur de 3000 mAh.

En définitive, on est face à un appareil plus abouti que le View 2, mais auquel il manque encore un peu de puissance et surtout une meilleure partie photo. À 300 €, on lui préfèrera encore le Redmi Note 5 ou même le Honor 9.

View 2 ProView 2 ProView 2 ProView 2 Pro

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Ludu74
    Arrêter de dire que Wiko est une marque française, c'est juste des chinoiseries importés et vendu par un montage juridique en France.
    Rien n'est fait en France que ce soit la conception, le hardware ou le software tous viens de Chine, à l'exception d'Android qui viens des US.
    La seule chose qui soit française dans l'histoire c'est la marque commerciale, mais elle appartient à Tinno (Chine).

    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Wiko
  • isavc
    il faut arrêter de colporter que wiko est une marque française.
    c'est faux, et écrire cela dans un article est au mieux de l'incompétence, au pire de la publicité mensongère.