[Test] Zenfone Selfie : faut-il craquer pour le photophone d'Asus ?

En 2015, Asus relance son implication sur le marché de la téléphonie avec les Zenfone 2. Présenté en juin dernier, le Selfie fait partie de cette nouvelle génération. À l’instar de quelques autres modèles de la gamme, il est polyvalent, mais se singularise grâce à une spécificité technique.

On l’aura deviné, cette caractéristique différenciante du Zenfone Selfie a trait à l’autoportrait. Elle se matérialise par un capteur photo avant surdimensionné, permettant la réalisation de selfies d’aussi bonne qualité qu’avec un capteur principal.

Pour la base, Asus reprend une grande partie de la configuration du Zenfone 2 (ZE551ML), le porte-étendard de la marque pour l’année 2015.

Smartphone à moins de 300 euros, le Zenfone Selfie joue sur un terrain très concurrentiel, mais aussi lucratif puisqu’entrant dans le portefeuille moyen des consommateurs (panier moyen de 250 € pour les achats en ligne).

Toujours à la mode, le selfie, qui a fait son entrée dans l’édition 2015 du Robert, aurait-il trouvé son chantre ultime à travers le Zenfone Selfie ? Est-il bien sous tous rapports ? Faut-il craquer pour lui ?

[Test] Asus Zenfone 2 : faut-il craquer pour le smartphone taïwanais ?

Oui, parce qu’il fait de belles photos

C’est le point d’orgue du Zenfone Selfie. Misant gros sur la photo, Asus peut être fier de son smartphone.

Son capteur arrière de 13 mégapixels est doté d’une mise au point laser très rapide et efficace. Le mode automatique du logiciel photo est aussi très performant. La colorimétrie est bonne, tout comme la balance des blancs. Les photos sont détaillées jusque dans leurs bords. Bien entendu, en agrandissant la photo, on discerne les pixels, mais les textures restent nettes, sans bavure ni bruit.

Capteur arrière en environnement lumineuxCapteur arrière en environnement lumineuxEn basse lumière, le flash double leds offre un rendu tout aussi bon, sans griller les détails. La mise au point profite ici de ce même flash qu’il est possible de déclencher juste avant que la photo ne soit saisie. Pour cela, il suffit d’appuyer sur l’écran avant la prise de vue. À noter qu’un mode « basse lumière » est disponible. Ainsi programmé, l’APN n’utilise alors pas le flash, mais il baisse aussi la qualité à 3 mégapixels et fait apparaître beaucoup de bruit sur la photo. Selon nous, ce mode est soit à éviter, soit à utiliser avec parcimonie.

Capteur arrière dans la pénombre avec flashCapteur arrière dans la pénombre avec flashSpécificité de ce Zenfone Selfie, son capteur avant est le même qu’à l’arrière : un 13 mégapixels couplé à un flash double leds. En revanche, point d’autofocus laser sur celui-ci. Le résultat est aussi bon qu’avec le capteur arrière. L’image est détaillée et précise. Il faut cependant faire attention à l’orientation du téléphone. Très grand, il doit être légèrement penché pour prendre un selfie correct. C’est le seul reproche que l’on peut faire à ce capteur.

Capteur avant en environnement lumineuxCapteur avant en environnement lumineuxCapteur avant dans la pénombre avec flashCapteur avant dans la pénombre avec flash

Petit bonus. Étudié pour l’autoportrait, le Zenfone Selfie intègre une correction à la volée afin de gommer les imperfections des visages, notamment. Ce mode beauté, pourrait-on l’appeler, permet d’amincir les joues, adoucir la peau, changer sa teinte ou encore agrandir le regard. Un gadget qui permet d’assouvir les instincts les plus narcissiques, s’il est utilisé dans de bonnes proportions. En effet, en mettant toutes les options au maximum, on obtient un résultat bien étrange (cf. les clichés ci-dessous). À noter que l’application photo du Selfie possède également d’autres préréglages comme le selfie panoramique, un mode manuel, un autre « Tout sourire », un « GIF animé » ou encore le classique HDR.

Aucune correctionAucune correctionCorrection maximaleCorrection maximale

Oui, parce qu’il est suffisamment puissant

En accord avec son prix fixé sous la barre des 300 euros, le Zenfone Selfie ne prétend pas détrôner les Galaxy S6 et autres Huawei Mate S. Ses composants sont ceux d’un smarpthone de milieu de gamme et c’est sans doute aussi bien comme ça, surtout lorsqu’ils sont aussi bien maîtrisés.

À l’intérieur, on trouve donc un Snapdragon 615 couplé à 3 Go de mémoire vive. Une configuration qui lui permet d’afficher sans broncher une définition de 1920 x 1080 pixels. La navigation dans les menus d’Android 5.0 est fluide et les applications démarrent en un rien de temps. Un petit bémol tout de même pour les jeux. Comme sur bon nombre d’autres appareils aux performances limités, on a droit à une baisse de la qualité graphique afin de maximiser la fluidité. Ainsi, Real Racing 3 n’y profite pas de son meilleur rendu et on y observe même de l’aliasing. Pire, quelques ralentissements peuvent apparaître, mais rarement. Testé également avec Modern Combat 5, le Zenfone Selfie y a fait montre de plus de vivacité. Dynamique et regorgeant de détails, le FPS de Gameloft ne souffre pas sur le Selfie et profite surtout de son confortable écran de 5,5 pouces et de sa définition Full HD.

Real Racong 3Real Racong 3Modern Combat 5Modern Combat 5

Pour des résultats plus théoriques, nous avons soumis le Zenfone Selfie à deux benchmarks. Sous Geekbench 3, il récolte 2169 points en test multicoeur. Il se place alors entre le Galaxy S4 et le Nexus 5, deux smartphones haut de gamme de 2013. Une position honorable pour son segment. Avec AnTuTu, ce sont 37014 points qui lui sont attribués, de quoi le mettre derrière le Galaxy Note 4 et son aîné, le Zenfone 2, sous processeur Atom.

Geekbench 3Geekbench 3AnTuTuAnTuTu

Oui, parce que son autonomie est bonne

Sorti en janvier dernier, le Zenfone 2 ne brillait pas particulièrement par son autonomie. Le Selfie, qui en découle, corrige le tir avec une même batterie de 3000 mAh. On parvient ainsi s'approcher des 10 heures d’autonomie en lecture vidéo. En usage intensif et varié, on arrive à tenir une journée. En limitant les jeux et les vidéos YouTube, on dépasse ce cap sans problème. Une bonne surprise donc pour ce Selfie qui, d’après AnTuTu, a une autonomie qui se situe dans la moyenne des smartphones du marché actuel.

À noter qu’en plus de cette belle performance, le Zenfone Selfie dispose d’une batterie amovible. Il suffit de détacher son dos en plastique (ongles nécessaires) pour accéder à l’accumulateur. Un bon point dans un marché qui s’est épris des modèles unibody rendant inaccessibles leurs entrailles.

Non, parce qu’il est trop grand

5,5 pouces. C’est la taille de la dalle du Zenfone Selfie. Et pour cette diagonale, il est plus grand que le Galaxy Note 4 qui affiche 0,2 pouce de plus : 156.5 x 77.2 x 10.8 mm contre 153.5 x 78.6 x 8.5 mm. Le problème du Zenfone Selfie est qu’il dispose de larges bords, surtout sur sa partie basse et sa partie haute, laquelle accueille le large objectif dédié aux selfies. S’il tient bien en main et que son dos arrondi est particulièrement agréable, il n’est pas aisé de l’utiliser à une main, d’autant plus que ses boutons sont assez mal placés.

Sans doute pour ne froisser ni les gauchers ni les droitiers, Asus a placé tous les boutons au milieu. Ainsi, ceux contrôlant le volume sont à l’arrière, juste sous l’objectif alors que le bouton de mise sous tension surplombe l’appareil et se trouve donc totalement inatteignable à une main.

Enfin, si l’on peut louer la qualité de sa finition, le Zenfone Selfie n’en demeure pas moins un smartphone entièrement recouvert de plastiques. En ce sens, il est assez fragile. Sans pour autant se casser au moindre choc, il pourra montrer rapidement des déformations, sur son contour notamment.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire