Accueil » Actualité » Astronomie: le noyau de Saturne provoquerait des séismes dans les anneaux de la planète de gaz géante

Astronomie: le noyau de Saturne provoquerait des séismes dans les anneaux de la planète de gaz géante

Des chercheurs de Caltech ont publié une étude sur le noyau de Saturne. D’après eux, les ondulations observées sur les anneaux de Saturne montrent que le noyau de Saturne est visqueux, mouvant, et bien plus gros que ce que l’on pensait.

La sonde spatiale Cassini (NASA) a livré de précieuses informations sur Saturne, avant de terminer son voyage en 2017. Elle a notamment observé des ondulations sur les anneaux de Saturne. Des chercheurs de Caltech (California Institute of Technology) ont publié une étude dans Nature Astronomy qui explique ce phénomène. En 2013, Cassini montrait des ondulations en spirale sur l’anneau le plus proche de Saturne (D-ring). N’ayant pas pu établir de lien entre ces ondulations et l’influence gravitationnelle des nombreuses lunes de Saturne, ils se sont intéressés au noyau de la planète. Leur hypothèse étant que les séismes observés sur les anneaux de Saturne pourraient permettre de modéliser le noyau de Saturne. De même que les séismes sur Terre donnent des informations sur ce qui se passe dans le noyau de la Terre.

La planète de gaz géante est moins solide que ce que l'on pensait - Crédits : NASA
La planète de gaz géante est moins solide que ce que l’on pensait – Crédits : NASA

Un noyau visqueux, mouvant, et très imposant

Les chercheurs de Caltech ont utilisé les anneaux de Saturne comme un sismographe géant. Cela leur permet de sonder sismiquement la structure de la planète de gaz géante. D’après leurs résultats, le noyau de Saturne ne serait pas une sphère solide comme celui de la Terre. Il s’agirait plutôt d’un noyau visqueux et mouvant. Ce noyau, composé d’un mélange visqueux de glace, roches et fluide métallique, n’aurait pas de limites définies. Il serait au contraire mouvant, et coulerait dans l’intérieur de la planète. Ces mouvements créeraient des oscillations gravitationnelles, entrainant les oscillations observées sur le D-ring de Saturne.

L’étude montre aussi que le noyau de Saturne serait beaucoup plus gros que ce que l’on croyait. Il occuperait environ 60% du diamètre de la planète, soit une surface 55 fois plus grosse que la Terre. Il contiendrait l’équivalent de 17 fois la masse de la Terre en roche et glace. Le reste de la planète étant composé d’hydrogène liquide et d’hélium. Saturne est toujours en mouvement, sa surface bougeant d’un mètre toutes les unes à deux heures, comme une onde sur un lac. Agissant comme un sismographe géant, les anneaux de Saturne perçoivent ces perturbations de la gravité, et les particules des anneaux commencent à s’agiter. Cette étude vient appuyer les résultats d’autres études qui montrent que les planètes de gaz géantes de notre système solaire sont encore moins solides que ce que l’on pensait.

Source: TechRadar