Accueil » Actualité » Attentats au Sri Lanka : le gouvernement bloque tous les réseaux sociaux

Attentats au Sri Lanka : le gouvernement bloque tous les réseaux sociaux

Le gouvernement Sri Lankais souhaite éviter « la propagation de fausses informations ».

Après les attaques terroristes qui ont fait 207 morts hier dans des églises et hôtels au Sri Lanka, les autorités du pays ont décidé de bloquer l’accès aux réseaux sociaux. Cette interdiction vise les plateformes Facebook, WhatsApp, Twitter, Instragram, Viber ou encore YouTube.

Image 1 : Attentats au Sri Lanka : le gouvernement bloque tous les réseaux sociaux
Crédit photo : AFP

Même si cette fois aucune vidéo des attentats n’a été diffusée sur Facebook, le réseau social est encore une fois au cœur de la controverse. Ce n’est en effet pas la première fois que le Sri Lanka bloque l’accès aux différentes plateformes du groupe.

En mars 2018, le pays avait interdit l’accès à WhatsApp, Instagram et Facebook, craignant que les réseaux soient utilisés pour diffuser des incitations aux violences antimusulmanes. Avant cette décision, les autorités sri lankaises avaient lancé un appel à Facebook, demandant à la société d’assurer une meilleure régulation du contenu. Une requête à laquelle le réseau social n’avait alors pas réagi.

L’observatoire NetBlocks, ONG dont la mission est de surveiller la liberté sur Internet, juge cependant cette mesure inefficace. Elle déplore le « vide informationnel » créé par le blocage qui peut être « facilement exploité par d’autres ».

Afin de pouvoir rester en contact avec leurs proches, certains utilisateurs parviennent quand même à se connecter en utilisant des VPN. Facebook a déclaré dimanche « Nous nous engageons à maintenir nos services et à aider la communauté et le pays à réagir en cette période tragique. ».

>>> Facebook a supprimé 1,5 millions de vidéos après la tuerie de Christchurch