Accueil » Actualité » Aux Etats-Unis, Google va faire payer les administrations qui veulent obtenir les données personnelles

Aux Etats-Unis, Google va faire payer les administrations qui veulent obtenir les données personnelles

Face aux demandes croissantes de la part des administrations judiciaires, Google souhaite rendre payante la transmission à la justice des données personnelles des utilisateurs suspects.

Image 1 : Aux Etats-Unis, Google va faire payer les administrations qui veulent obtenir les données personnelles

Voici une nouvelle qui risque de faire du bruit. Selon un rapport du New York Times, le moteur de recherche Google aurait commencé à faire payer les forces de l’ordre pour avoir accès aux données personnelles de certains utilisateurs. L’entreprise prélève des frais de 45 $ pour une demande de comparution, 60 $ pour une mise en écoute, et 250 $ pour un mandat de perquisition, selon les documents obtenus. Cela risque de relancer les débat sur ce que Google Assistant écoute de vos conversations

Comment le FBI espionne les utilisateurs de Google 

Google reçoit en effet un volume toujours croissant de demandes de la part des services de police pour la transmission de données d’utilisateurs, et l’entreprise a donc décidé de prélever des frais pour compenser les coûts de la recherche et de la compilation de ces données. Selon le rapport toujours, Google est légalement autorisé à prélever ces frais, mais traditionnellement, les grandes entreprises technologiques remettent les données sans frais.

Une atteinte à la vie privée

D’une part, cette mesure semble maladroite, tant les débats sur les données personnelles sont tendus aujourd’hui. En Europe, le RGPD empêche la transmission de ces données, sauf si l’individu est déjà condamné par la justice, ou s’il représente un risque pour la sécurité nationale. C’est par ailleurs une décision étrange de la part de Google, qui va être accusé de profiter de la situation et des efforts de recherche de la police.

Google Assistant : quelle vie privée ? 

Dans son rapport de transparence sur les demandes d’informations, Google a enfin révélé qu’en 2019, les autorités américaines avaient fait plus de 160,000 demandes d’informations. L’entreprise explique : « Nous examinons chaque demande que nous recevons pour nous assurer qu’elle répond aux conditions légales et à la politique de Google. Si nous estimons qu’une demande est trop large, nous cherchons à la restreindre au maximum afin de dévoiler le minimum d’informations ». 

Source : DigitalTrends