Accueil » Actualité » Bentley veut utiliser des batteries solides pour être plus libre dans ses designs

Bentley veut utiliser des batteries solides pour être plus libre dans ses designs

Le constructeur automobile de luxe Bentley imagine déjà comment l’utilisation de batteries solides permettrait de réinventer le design de ses véhicules notamment dans l’aménagement intérieur. Peut-être un moyen de faire oublier son absence actuelle dans le domaine de la voiture électrique.

Image 1 : Bentley veut utiliser des batteries solides pour être plus libre dans ses designs

Bentley est célèbre pour ses voitures haut de gamme, très haut de gamme. Mais à l’heure actuelle, aucun projet de véhicule électrique n’a été annoncé.

Bentley compte sur les batteries solides pour se libérer des contraintes de design

Pour la marque de luxe, une voiture ne devrait pas être imaginée pour ensuite chercher à y intégrer les batteries nécessaires. Au contraire, celles-ci devraient faire partie intégrante du processus de création et à ce titre Adrian Hallmark, le PDG de la marque, voit un grand intérêt dans la versatilité des batteries solides, que l’on présente comme révolutionnaires depuis des années et qui tardent à arriver. Il les envisage comme permettant de ne plus faire de compromis entre l’autonomie et l’efficacité, permettant un gain d’espace et de poids libérant alors les designers des contraintes habituelles.

Pour lui, la technologie lithium-ion et les formats de packs de batteries actuellement utilisés dans les véhicules électriques contraignent les constructeurs à fabriquer des modèles plus hauts, entrainant l’apparition des crossovers. Mais Bentley imagine davantage des voitures plus basses grâce aux batteries solides. Ce n’est pas le seul avantage qu’y voit le PDG : « Elles sont 30 % plus légères que les batteries lithium-ion à puissance égale. Une [Jaguar] I-pace a 720 kg de batteries, donc les ramener à 500 kg ferait une grosse différence ».

Toutefois, Bentley ne garantit pas d’emprunter le chemin de la batterie solide, « mais c’est dans nos radars pour le milieu de la décennie à venir ». Bentley cherche-t-elle vraiment à être sûre que cette technologie est prête avant de se lancer, à l’image de Ferrari et son annonce qu’aucune voiture électrique n’est prévue avant 2025 ? Ou n’est-ce qu’un prétexte pour expliquer que la seule évocation d’un véhicule électrique de la marque vienne d’un concept-car ? On appréciera tout de même qu’elle ne suive pas l’exemple de Mazda en mettant la faute sur l’aspect pollution des voitures électriques pour justifier le choix de l’essence.

Source : Electrek