Accueil » Test » Black Panther : la Geek Critique

Black Panther : la Geek Critique

Image 2 : Black Panther : la Geek Critique
8/10

Black Panther

19,99€ > Amazon
On aime
  • le méchant de l'histoire
  • les scènes d'action qui en mettent plein la vue
  • le scénario moins basique que d'habitude
On n’aime pas
  • certains scènes trop longues et trop moralisatrices
  • où est passé le reste du MCU ? Il s'est déjà fait détruire par Thanos ?
Verdict :

Sans être un total renouveau des films de super-héros, Black Panther livre quelques éléments inédits. Le film nous propose aussi un affrontement entre un super-héros et un super-vilain qui jouent vraiment à armes égales (le plus fort n’est d’ailleurs pas celui qu’on croit) et qui sont tout aussi charismatiques l’un que l’autre. Reste que Black Panther pourrait être écourté d’une trentaine de minutes, sans que le scenario en pâtisse, et à la plus grande joie des spectateurs qui lui reprocheront son côté donneur de leçons un peu pataudes.

plus

Le pitch : suite au décès de son père survenu dans Captain America Civil War, le jeune T’Challa rentre au Wakanda pour devenir roi à son tour. Mais les événements vont prendre une drôle de tournure quand un ancien ennemi refait surface et vole un précieux objet ayant appartenu au Wakanda. D’autant qu’un conflit menace la stabilité de son pays. Pour protéger son royaume, Black Panther va croiser la route de l’agent de la CIA Everett K. Ross rencontré dans Captain America Civil War, et n’hésitera pas à faire appel au Dora Milaje, sa garde rapprochée composée de redoutables guerrières. Image 3 : Black Panther : la Geek Critique

6 raisons d’aller voir (ou pas) Black Panther

Black Panther est le 18e film de la saga lancée par Marvel Studios en 2008 avec Iron Man. Black Panther, vous dites ? Si le personnage n’est pas aussi célèbre qu’un Spider-Man ou un Iron Man, il ne s’agit pas non plus d’un super-héros totalement inconnu, puisqu’il est né dans les pages de Fantastic Four en juillet 1966 et n’a cessé d’être associé aux autres super-héros depuis lors, tout en vivant ses propres aventures. Mais surtout, on a déjà pu le voir sur grand écran dans Captain America Civil War : contrairement à un film comme Doctor Strange, on ne part en terre inconnue, même quand on n’est pas rôdé aux comic books Marvel. Alors que vaut ce film, lui qui sort quelques mois avant Avengers Infinity War, lequel s’annonce comme le plus gros blockbuster de super-héros de tous les temps ? Faut-il aller le voir ou rester bien au chaud sous la couette en attendant qu’il sorte en DVD ou en Blu-Ray ? Réponse ici même…Image 4 : Black Panther : la Geek Critique

1 – Oui, parce les scènes d’action sont très réussies

Disons-le d’entrée de jeu : amateurs de scènes d’action et d’effets spéciaux à couper le souffle, vous ne serez pas déçus. Comme pour la plupart des films Marvel, on en prend plein les mirettes et les séquences fusionnant fond vert et vrais décors sont de toute beauté. Si les différentes bandes-annonces ne vous ont encore convaincus, et pourtant il y a de quoi, retenez que le film recèle de scènes toutes plus mémorables les unes que les autres. Notez au passage que le découpage cinématographique peut paraître un peu trop facile : une bonne scène d’action d’une dizaine de minutes, puis une séquence de la même durée sans qu’il ne se passe quasiment rien, puis on recommence par une scène de combat ou de course-poursuite, et on retombe dans l’inaction (parfois sans grand intérêt). Cette constatation vaut surtout pour la première moitié du film, au terme de laquelle une « étape » est franchie et où tout se met en place. Dès lors, les scènes d’action n’en deviennent que jouissives et hautes en couleur et prennent tout leur sens.Image 5 : Black Panther : la Geek Critique

2 – Oui, parce que le film est plus « adulte » que Spider-Man ou Ant-Man

Si la quasi-totalité des films de super-héros peut se résumer en quelques mots (« la lutte incessante du bien contre le mal »), le cas de Black Panther est un peu plus complexe. Certes, il y a bien un méchant, voire plusieurs, qui combattent le super-héros de l’histoire jusqu’à plus soif. Mais le film tente aussi de faire passer différents messages, tantôt sur l’esclavagisme, tantôt sur l’aide que l’on peut apporter (ou pas) à autrui quand on maîtrise la technologie, tantôt sur la difficulté de devoir prendre les bonnes décisions quand on est au pouvoir, etc. En bref, le film va au-delà du sempiternel combat manichéen entre super-héros et super-vilain.Image 6 : Black Panther : la Geek Critique

3 – Oui, parce que le méchant n’est pas « que » méchant

Le personnage de Killmonger est clairement le super-vilain de l’histoire. Il n’en est pas à son premier assassinat et il va même jusqu’à se scarifier à chaque meurtre (son corps semble d’ailleurs totalement recouvert d’incisions). Mais cet anti-héros se révèle particulièrement attachant dès lors que l’on en apprend un peu plus sur son passé et sur les raisons qui le poussent à s’en prendre à Black Panther et ses proches. Il n’en devient que plus humain et sa cause pourra même sembler juste à certains. On croyait avoir tout vu en matière de super-vilain charismatique avec Loki, le Joker, Magneto ou même Killgrave (le méchant dans Jessica Jones), mais voilà qu’un nouveau venu vient de faire son apparition.

Image 7 : Black Panther : la Geek Critique

4 – Oui, parce que c’est juste magnifique

En voyant Black Panther, on ne peut que saluer le magnifique travail des décorateurs, des accessoiristes et des personnes en charge des effets spéciaux. Le mélange entre espaces naturelles (les 3/4 du film se déroulent en Afrique, sur les terres imaginaires du Wakanda) et architectures ultra futuristes est somptueux. C’est chouette, c’est bien filmé, la photo est superbe et le tout est cohérent quand on connaît les origines du Wakanda et du Vibranium, ce matériau réputé comme le plus résistant de la planète et dont est fait le bouclier de Captain America.Image 8 : Black Panther : la Geek Critique

>> Marvel : 17 films de super-héros passés au crible

5 – Non, parce qu’il y a une bonne demi-heure en trop

À trop vouloir faire passer ses différents messages, le film en devient par moment laborieux. Sans trop vous en dévoiler, Black Panther reprend les mêmes mécaniques que Thor Ragnarok pour faire s’exprimer un personnage qui n’est pas (ou plus) là. Et c’est les moments les plus ennuyeux du film, qui enfonce des portes ouvertes à tour de bras. Mises bout à bout, ces scènes et les réflexions qui en découlent auraient nous épargner une petite demi-heure, sans pour autant rendre bancal le long-métrage.Image 9 : Black Panther : la Geek Critique

6 – Non, parce que ça manque de cohésion avec le reste de l’univers

À l’instar d’un film comme Thor (celui de 2011) ou même de Doctor Strange, Marvel a décidé de jouer la carte de l’autarcie. Entendez par là qu’à l’exception du personnage d’Everett K. Ross et la mort de T’chaka, on ne trouve aucune autre trace des autres films de la licence. Autant Spider-Man Homecoming abusait de la présence de Tony Stark, autant Black Panther se détache totalement du reste du MCU (Marvel Cinematic Universe). Ce qui est d’autant plus préjudiciable que l’on n’est qu’à quelques mois de la sortie d’Avengers Infinity War, qui s’annonce comme le plus gros blockbuster de tous les temps en matière de super-héros. Dommage, car on attendait de Black Panther qu’il balise davantage le terrain en attendant cet événement, ou du moins qu’il y fasse référence via quelques clins d’oeil.Image 10 : Black Panther : la Geek Critique

>> Super-héros : les 35 films prévus jusqu’en 2020