Accueil » Actualité » Bose répond (partiellement) aux accusations d’espionnage

Bose répond (partiellement) aux accusations d’espionnage

Image 1 : Bose répond (partiellement) aux accusations d'espionnageBose répond aux accusations de Kyle Zak. Cet américain a déposé plainte contre l’entreprise il y a quelques jours. Il lui reproche d’espionner les utilisateurs de ses casques Bluetooth via son application compagnon Bose Connect.

Le 20 avril, Bose a écrit dans la section communautaire de son site que « rien n’est plus important pour nous que votre confiance. Nous travaillons sans relâche pour la gagner et la conserver et l’avons depuis plus de 50 ans. Cela n’a jamais changé et ne changera jamais. Dans l’application Bose Connect, nous ne mettons pas sur écoutes vos communications, nous ne vendons pas vos informations et nous n’utilisons pas ce que nous collectons pour vous identifier — ou toute autre personne — par votre nom. »

>>> Attention, votre casque Bose vous espionnerait

Rien dans cette déclaration ne fait état du partage de données avec des sociétés tierces. Il en va de même dans la mise à jour du discours de Bose en date du 22 avril. Il précise que « l’application Connect collecte des données standards pour améliorer votre expérience et nos produits – comme des informations sur l’appareil, les performances de l’application ainsi que l’usage de l’application et du produit. Cela inclut les informations sur les musiques jouées sur l’appareil, le volume et d’autres données d’utilisation. Mais pour que nous récupérions ces informations, vous devez utiliser l’application Connect avec votre produit Bose. Vous pouvez utiliser chaque produit Bluetooth de Bose sans cette application Connect. »

En d’autres termes, Bose ne semble pas être en mesure de dissiper tous les soupçons. Au mieux, il explique donc à ses clients que s’ils craignent d’être espionnés, ils peuvent toujours utiliser leurs casques sans passer pas l’application Connect. Une alternative qui peut être ressentie comme un aveu d’échec.

Ce sera à la justice américaine de trancher. L’avocat de Kyle Zak réclame 5 millions de dollars de dommages pour son client. Il demande également le retrait de la vente de plusieurs casques et écouteurs Bluetooth Bose. Sont concernés les QuietControl 30, QuietComfort 35, SoundLink Arround-Ear Wireless Headphones II, SoundLink Color II, SoundSport Wireless et Sound Sport Pulse Wireless.

>>> Comparatif de casques anti-bruit : quel est le meilleur ?